L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Insomniaques et ferroviaires | La Ville intemporelle
Commande librairie Logo caddie
  • Insomniaques et ferroviaires

Francisco González Ledesma

La Ville intemporelle

ou Le Vampire de Barcelone
La Ville intemporelle

Date de parution : août 2008


Traduit par : Christophe Josse


ISBN13 : 9782841724123

Nombre de pages : 416
Prix : 22,00 €
État : disponible

Barcelone aujourd’hui. Marta Vives, érudite et jeune assistante de l’avocat Marcos Solana, cherche à éclaircir la mort mystérieuse d’un riche Barcelonais, retrouvé exsangue. Au fil de ses recherches, Marta va s’immerger dans le passé, côtoyer des forces obscures et revivre l’affrontement qui a opposé sa famille pendant des siècles à une autre vieille lignée catalane : les Masdéu. Parallèlement, nous suivons le parcours d’un vampire, inquiétant narrateur surgi des bas-fonds de la Barcelone médiévale et dont la silhouette reparaît aux épisodes marquants de l’histoire de cette ville rebelle, voire révolutionnaire, du Moyen Âge à nos jours : l’Inquisition, les différentes étapes du développement urbain, le siège de la cité en 1714, Gaudí, les anarchistes, la guerre civile…

Marta et cet être maudit, le héros véritable, nous accompagnent dans cette incursion fascinante au coeur de la capitale catalane bâtie sur nombre de cimetières et où se livre un combat ancestral. S’il emprunte au fantastique et au genre criminel, ce récit est par-dessus tout l’aventure, l’épopée d’une ville.

  • Revue de presse
+
Gonzalez Ledesma - La Ville Intemporelle - Radio Cite Vauban
Posté le 18 novembre 2008 -
Barcelone, la capitale catalane, capitale de coeur pour nombreux espagnols en lieu et place de la trop blanche et royale Madrid, est un berceau d'histoire et de civilisation de l'humanité et des peuples qui l'ont occupée. Qui d'autre qu'un barcelonais amoureux de la ville comme Francisco Gonzalez Ledesma pour lui rendre hommage dans La Ville Intemporelle, son dernier roman traduit en français et paru aux éditions l'Atalante.

Marta Vives, jeune stagiaire d'un cabinet d'avocats, brillante universitaire bardée de diplômes, mène l'enquête sur la mort d'un riche barcelonais retrouvé exsangue. Elle mène aussi une investigation personnelle qui la mène dans les entrailles de Barcelone aussi bien au niveau historique qu'au niveau architectural.

Parallèlement à ce premier récit, l'auteur dépeint le parcours d'un vampire, lui aussi barcelonais, de sa naissance au Moyen Age dans un lupanar glauque à la mort de sa mère pour faits de sorcellerie, de la prise en compte de sa nature vampirique à son voyage à travers les siècles, toujours attaché à Barcelone qu'il voit se transformer grâce ou à cause, c'est selon, de l'inquisition, à Gaudi et des franquistes.

Vous l'avez compris, ici c'est bien Barcelone le personnage principal, l'héroïne centrale. Ne venez pas chercher chez Ledesma de l'horreur, du sang et du sensationnel. C'est parce que le vampire traverse les siècles que l'auteur se sert de cette figure classique des romans d'horreur. Mais il lui peaufine un profil presque sympathique, bien loin du monstre de Transylvanie. En naviguant entre le passé et le présent, Ledesma montre le caractère immuable de l'opposition entre le Bien et le Mal, l'emprise de la foi sur le destin des hommes et d'une ville.

Bien loin des images d'Épinal ou plutôt de Barcelone que nous avons tous en tête, l'auteur nous la montre sous un jour nouveau, même pour ses lecteurs fidèles qui l'ont arpenté en long, en large et en travers en compagnie de Mendez, son personnage fétiche. Enfin, Ledesma, en bon raconteur d'histoire, n'oublie pas qu'un bon roman, c'est aussi une bonne fin, qui est loin ici d'être téléphonée et rend honneur à Barcelone, sa muse d'hier, d'aujourd'hui et de demain.

Olivier VERSTRAETE, Radio Cité Vauban, 11 novembre 2008

+
Gonzalez Ledesma - La ville Intemporelle - Vampirisme.com
Posté le 18 novembre 2008 -

Avec ce roman aux couleurs de l'Espagne, Francisco González Ledesma fait de Barcelone l'un des éléments principaux de son récit. L'architecture de la ville, son histoire, l'aspect social qui régit la vie de ses habitants… Autant de détails retranscrits de façon minutieuse et complète, de sorte que le lecteur puisse en apprendre un maximum sur la cité sans pourtant jamais y avoir mis les pieds. Le traitement narratif de l'auteur consiste d'ailleurs à faire évoluer la capitale catalane comme un personnage à part entière, tel un être vivant.

Barcelone est une ville peu exploitée dans les récits vampiriques. Habitués à lire des histoires préférant prendre pour cadre les rues Parisiennes ou les cimetières Londoniens, les lecteurs du roman se voient ainsi immerger sur un tout nouveau terrain d'aventure. L'auteur aime sa ville, cela transparaît clairement dans ses écrits, tout comme son respect de la gent féminine dont il s'applique à décrire l'immuable courage ainsi que son dévouement à de justes causes au fil des périodes historiques que couvre le récit.

La ville intemporelle ou le vampire de Barcelone nous entraîne donc aux côtés de la jeune Marta Vives en quête des secrets que recèlent ses origines familiales. En parallèle, nous suivons le destin d'un vampire bien singulier qui accumule les expériences en compagnie de mortels célèbres ou anonymes, s'imprégnant à chaque fois de leurs espoirs, leurs peines, leurs génies ou leurs cruautés. Autant de tranches d'existences qui font de notre immortel un témoin vivant traversant plusieurs périodes clés de l'histoire de la ville. L'auteur profite de ce contexte pour divulguer une quantité non négligeable d'informations. Un peu à la manière du film Highlander, nous voyons le vampire parcourir les siècles sans subir les outrages du temps et en endossant de multiples identités, à cette exception près dont le personnage immortel ne s'éloigne que rarement de la cité qui l’a vu naître. Un seul être en ce monde semble réellement connaître son existence : ‹‹ L'Autre ››, sur qui nous n'apprenons finalement que peu de chose au cours du roman, excepté le fanatisme qui anime ce dernier et son penchant à faire le mal.

Francisco González Ledesma interprète le mythe du vampire de façon original à bien des égards. Le non-mort dont nous suivons le périple est asexué, fait extrêmement rarissime pour les créatures telles que lui. Il a été enfanté et possède même une mère biologique malgré les conditions pour le moins anormales de son enfance. Cette particularité le place encore un peu plus à l'écart de l'habituelle figure vampirique que nous connaissons. Les signes caractéristiques du vampire sont quant à eux réduit à leur plus simple expression : à peine sait-on que le personnage a besoin d'une ration quotidienne de sang pour survivre, que sa peau est empreinte d'une certaine pâleur et que sa force physique se situe au-dessus de la moyenne. Sa relation avec le sang est par ailleurs des plus rudimentaires : il ne se substante que par nécessité, jamais par plaisir. En outre, le vampire du récit ne craint absolument pas les rayons du soleil bien que par nature, il privilégie l'environnement nocturne sans pour autant en dépendre. Il peut même s'alimenter, en petite quantité, avec de la nourriture ordinaire comme n'importe quel être humain normal.

Roman original et instructif donc, mais également pourvu d'une grande intelligence. L'auteur n'hésite pas à confronter ses lecteurs à certaines questions d'ordre religieuses avec lesquelles sont remises en questions les origines même du bien, du mal, de Dieu et de Satan. Une profonde réflexion sur la foi et la vie éternelle qui ne ralenti nullement le rythme du récit. Deux regrets subsistent toutefois : la fin tout d'abord qui laissera peut-être le lecteur sur sa faim comme ce fut mon cas, ainsi que cette sensation tenace comme quoi le vampire n'est en fait qu'un prétexte utilisé afin d'explorer les arcanes historiques de la ville à travers les yeux d'un seul et même être vivant.

Allié à une structure narrative ne tombant jamais dans l'incohérence malgré l'abondance de détails, La ville intemporelle ou le vampire de Barcelone se place néanmoins dans les œuvres à ne pas manquer, bien qu'ayant peu de point en commun avec la figure vampirique traditionnelle.

Asmodée, Vampirisme.com, 26 septembre 2008

+
Gonzalez Ledesma - La Ville Intemporelle - Actu du Noir
Posté le 18 novembre 2008 -

Il y a fort longtemps, dans un bordel fréquenté par les artisans  et les ecclésiastiques de Barcelone, naît un enfant étrange. A cinq ans, son visage est celui d'un adulte et il se nourrit de sang.  Quantd il a sept ans, sa mère accusée de sorcellerie par l'Autre, est exécutée. Il survivra alors seul, au fil des siècles, se cachant, changeant d'identité et de métier quand ceux qui le côtoient s'aperçoivent qu'il ne vieillit pas, échappant plusieurs fois à l'Autre qui le pourchasse à travers les siècles. Aujourd'hui, Marta Vives, belle jeune femme, stagiaire dans un cabinet d'avocat, est amenée à croiser sa route, et à s'interroger sur l'histoire de sa propre famille, liée à la guerre en4re les deux éternels, ainsi qu'à celle que se livrent, depuis fort longtemps, les libres-penseurs et les tenants de l'orthodoxie religieuse.

Avec La Ville Intemporelle ou le Vampire de Barcelone, Francisco Gonzalez Ledesma fait une belle déclaration d'amour à sa ville et aux femmes qui en ont été, et en reste, l'âme. Peut-être plus encore que dans ses polars habituels c'est bien Barcelone le personnage central de ce dernier roman. Barcelone que l'on voit changer, étouffer, grandir, saigner, changer, souffrir, s'enrichir, vivre... du Moyen Âge à nos jours. Barcelone qui, comme toujours, est indissociable dans l'oeuvre de Ledesma de ses habitants, et plus particulièrement des plus pauvres, de ceux qui l'ont construite, nourrie et fait palpiter. Barcelone qui au cours des siècles s'est construite sur ses morts et ses ruines, et qui s'est empressée de les oublier. C'est à ce passé oublié que Ledesma rend hommage.

Il le fait pour la première fois, au travers d'un récit fantastique, mettant en scène le combat permanent entre le Bien et le Mal, Dieu et le Diable, ceux qui croient et ceux qui douotent, ceux qui prônent l'Obéissance et ceux qui veulent la réflexion et la discussion. Un combat qui ne s'achève bien entendu pas à la fin du roman...

Comme toujours chez le créateur de Mendez, il ne faut pas attendre une trame serrée et de l'action. Il écrit une histoire de vampire sans terreur ou presque, sans péripéties ou presque, sans combats titanesques entre forces surhumaines. Son récit fantastique, comme ses romans policiers, utilise le genre comme un prétexte à écrire, encore et toujours, la même histoire. Celle d'un souvenir mélancolique aux couleurs sépia, hommage à tous les anonymes qui sont l'âme de Barcelone. Francisco Gonzalez Ledesma se renouvelle en réécrivant le roman qu'il écrit depuis ses débuts. Ce qui est la marque de grands auteurs.

 Jean-Marc Laherrère, actu-du-noir, 15 octobre 2008

+
Gonzalez Ledesma, La ville intemporelle - La Tribune de Vienne et de l'Isère
Posté le 03 mars 2009 -

Attention, chef d'œuvre ! On connaît bien Gonzalez Ledesma à Vienne puisqu'il est venu à "Sang d'encre" et que sa présence fut un temps fort du Salon. Une quinzaine de romans traduits en français, chez L'Atalante et Gallimard, ont mis à jour les talents d'un auteur dont le dernier ouvrage a connu un très vif succès en Espagne.

Catalan, dans ce qu'il y a de meilleur, sans chauvinisme, il retrace l'épopée de sa ville au travers de plusieurs siècles jusqu'à nos jours dans une noirceur réaliste qui permettra à ceux qui connaissent l'envers de la Cité des Prodiges, comme l'a décrite Mendoza dans un autre livre fabuleux, de retrouver des lieux mythiques. On plonge dans les bas quartiers, dans la cité en pleine efferverscence commerciale, dans la boulimie immobilière, dans les révolutions, les combats populaires. Une foule de gens se croisent, politiciens, prostituées, petits et grands fonctionnaires, capitaines d'industrie, journalistes, ouvriers, sous l'œil d'un narrateur immortel, un vampire qui n'est pas aussi diabolique qu'il le croit...

 

François Joly, La Tribune de Vienne et de l'Isère, n°2470, janvier 2009. 

+
Gonzalez Ledesma - La Ville Intemporelle - Chroniques de l'Imaginaire
Posté le 03 décembre 2008 -
Marcos Solana et le père Olavide se retrouvent tous deux auprès du cadavre exsangue de Guillermo Clavé, l'un en qualité d'avocat, et l'autre de confesseur, de cette grande famille barcelonaise. En sortant, l'avocat a l'impression de croiser dans un couloir un homme qui figurait sur une photo des médecins de l'hôpital, prise en 1916. Hallucination due à la fatigue, sans doute.

Peut-être, mais le poids de l'histoire, à Barcelone, où les villes s'empilent les unes sur les autres, comme à Troie, est lourd, comme le sait fort bien Marta Vives, l'historienne en stage chez l'avocat, dont la famille vit à Barcelone depuis le Moyen-Age.

Comme le font celui qui raconte l'histoire, et l'Autre.

Ce roman étrange, discrètement fantastique, sans vrai début et à la fin elliptique, sinon énigmatique, a quelque chose de fascinant. Outre le fait qu'il est écrit de façon remarquable, sur le plan littéraire, certes, mais aussi avec une érudition qui force l'admiration, il soulève des questions que le monde et la société actuels nous posent sans cesse, telles que la nature du temps, ou celle du Bien et du Mal, ou la façon dont le passé de notre famille peut rétrécir notre champ de réaction. Tout cela en passant en revue l'histoire de Barcelone de la fin du Moyen-Age à nos jours, dans une unité de lieu qui donne le vertige.

Il paraît certain que ce livre fait partie de ceux qui ont leurs lecteurs fervents et leurs détracteurs acharnés, mais pour ceux qui l'aiment, il est sans doute quasiment impossible d'en ressortir une fois qu'on y a plongé.

Mureliane, Chroniques de l’Imaginaire, 01 octobre 2008

+
Gonzales Ledesma - La ville intemporelle - Alibis
Posté le 09 juin 2009 -
Le poids des ans, le poids des morts...
Depuis vingt-cinq ans, la magnifique ville de Barcelone a son chantre : Francisco Gonzalez Ledesma, auteur émérite qui a fait sa marque, entre autres, grâce à Méndez, un policier d'un âge certain aux méthodes bien personnelles. Il faut le voir parcourir à pied les ruelles et venelles de la vieille ville, dont il connaît non seulement chaque coin, mais aussi chaque putain et truand, apostrophant le chaland ici, donnant une baffe là, tel un père de famille un peu bougon mais aimant qui veille sur le destin de sa progéniture. Pour ma part, j'ai rencontré pour la première fois le vieux policier nostalgique au milieu des années quatre-vingt-dix en lisant Chronique sentimentale en rouge, qui m'avait enthousiasmé non pas tant en raison de l'intérêt de son intrigue policière, mais par l'amour inconditionnel, qui suintait de chaque page, des vieilles pierres de la capitale de la Catologne et de ses habitants les plus humbles
+
Gonzalez Ledesma - La ville Intemporelle - Mizzenmast
Posté le 22 juin 2010 -

Léché, soigné, mais aussi viscéral, tantôt détaché tantôt personnel, le Vampire de Barcelone ne laissera personne de marbre – La ville intemporelle, elle, entraîne le lecteur que je sais que vous serez, dans les méandres des peurs les plus intimes, au cœur des feux millénaires alimentés par le doute et les superstitions.

Un livre à consommer sans modération aucune, à prêter, à lire, à relire surtout.

Ledesma signe là un ouvrage à plusieurs profondeurs, abyssal. 

Mizzenmast

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Les mondes d'Honor
David Weber
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
Libration sélectionné pour le prix Libr'à Nous 2018
Posté 30 novembre 2017 -

Libration de Becky Chambers est sélectionné dans la catégorie Imaginaire du prix Libr'à Nous !

Découvrez toute la sélection.chambers_libration1.jpg 23844952_2178574499036622_5849656067202614671_n.jpg

+
On parle de nous…
Posté 23 novembre 2017 -

À Francfort, Foire du Livre 2017 :

 

Dans Ouest-France (édition du 20/11 par Yves Scherr) :

equipe.jpg

 

 

 

 

 

Sur Télénantes (minutes 2:20) :

snapshot.jpg

 

+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]