L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Flambant 9 | La brigade chimérique VI
Commande librairie Logo caddie
  • Flambant 9

Serge Lehman / Fabrice Colin / Gess

La brigade chimérique VI

Épisode 10 : La Tête arrive - Épilogue : Le grand Nocturne
La brigade chimérique VI

Date de parution : octobre 2010

Série : La Brigade chimérique

Illustrateur : Gess

Collection : Flambant 9

ISBN13 : 9782841725236

Nombre de pages : 48
Prix : 11,00 €
État : disponible

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandes capitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistes ont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurs pouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace se profile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.

 

Sixième livre

Épisode 10 : La Tête arrive

À Varsovie, Georges Spad essaie d'accomplir sa vocation salvatrice et subit en retour la colère d'un nuage vivant. Pendant ce temps, à Metropolis, la Brigade Chimérique démembre des crânes mais le docteur Mabuse et son gang ont une dernière carte dans leur manche. 

 

Épilogue : Le grand Nocturne 

Une ère s'achève, une autre commence. Un sage de l'ancien temps prend la parole pour suggérer un deuil. Une promesse est faite à demi-mot. Un ordre est donné : "Gagner cette guerre." C'est ce qui lui reste à faire. 

 

Prix du jury BdGest'Art 2010 pour l'ensemble de la série.

  • Revue de presse
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Le comptoir de la BD
Posté le 03 décembre 2009 -
La Brigade Chimérique ravive les fantasmes liés aux premières expériences sur la radioactivité, met en scène des personnages illustres réels et fictifs et présente des lieux à fort potentiel fantasmagorique […]
La Brigade Chimérique elle-même, dont on ne connait la véritable nature que dans le troisième tome, est un carré de personnages antagonistes pourvus de super pouvoirs : la vie et la mort, l’humanité et la bestialité.
 
Il est difficile de raconter l’histoire de cette série, dont le style graphique emprunte tout à la fois à l’Art Nouveau et au trait expressionniste de Mike Magnola, convoque Kafka et Nietzsche, Freud et Lacan, et s’inspire et salue les oeuvres de Mürnau, de Fritz Lang, d’Eisenstein, de Klimt… L’équipe des 4 (fantastiques ?) auteurs, Serge Lehman (oui le romancier), Fabrice Colin, Gess (Carmen Mc Callum, c’est lui aux pinceaux) et la coloriste Céline Bessonneau doit passer de bons moments à répertorier et décliner leurs envies de personnages et de situations hommages.
J’ai également trouvé des échos de Watchmen, avec les étranges similitudes dans le personnage de Nyctalope, sorte de Night-Howl protecteur nocturne de la Cité évoluant sur un navire volant (le seul manifestement à pouvoir le faire) doublé de la mégalomanie d’Ozymandias, et Jean Séverac qui dans le sort et l’allure rappelle le Docteur Manhattan, jusque dans l’histoire elle-même où tout comme les Watchmen, la Brigade Chimérique est en réalité de l’histoire passée (elle faisait office de bienfaiteurs qui alimentaient la superstition des soldats pendant la Grande Guerre) et sa réactivation à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale ne parviendra peut-être pas à empêcher la déflagration dont pourtant sont issues les nations pacifiées (du moins en Europe) de notre temps.
 
Cette série très française s’apparente également sur son principe à la Ligue des Gentlemen Extraordinaires d’Alan Moore et aurait pu être une oeuvre signée de Neil Gaiman (par ailleurs bon copain d’Alan Moore et de Terry Pratchett…). Il y a pire comme parentée.
Vous l’aurez compris, la Brigade Chimérique est d’une grande richesse d’évocation, un mélange de références et on pourrait s’amuser à parier sur les prochaines apparitions (…)
 
Une oeuvre qui stimule, c’est tellement peu commun que rien que pour ça, jetez vous sur la Brigade Chimérique !

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique VI - BD Fugue
Posté le 20 octobre 2010 -
Comme promis dès le début, on assiste à l'effondrement du continent où, désormais, le « surhomme » sera un visage du mal. Nos derniers grands héros traversent l'Atlantique et ceux qui restent, comme ceux qui s'engagent, sont désormais sans masque - sans autres pouvoirs que le courage et l'esprit de résistance. La Brigade chimérique est plus qu'une simple fiction. C'est une plongée archéologique au coeur de l'imaginaire mutilé de l'Europe. Une tentative pour reconstituer ce qui nous est arrivé il y a soixante-dix ans - pour comprendre comment nous avons perdu le pouvoir homérique d'exprimer nos valeurs sous la forme d'une mythologie. Avec, peutêtre, l'espoir que cette confrontation aidera à renouer le lien rompu.
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique IV, V, VI - Imaginelf
Posté le 25 octobre 2010 -

Les clins d’œil sont toujours savoureux, les auteurs faisant intervenir des écrivains d’époque bien connus et d’autres qui ne l’étaient pas encore, mais font référence également aux futurs héros bien humains qui se révèleront dans la littérature européenne d’après-guerre, suite à la disparition des créatures issues de la superscience.

Ces derniers épisodes sont franchement marquants. Restent en tête d’une part cette photo de famille de tous les surhommes européens, que le lecteur n’aura pas vraiment eu le temps de connaître, et d’autre part cette réécriture des horreurs de la guerre et de ses justifications, dont les symboles ne laissent pas indifférents.

Lelf

Lire l'article en entier

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - Fabien Vehlmann
Posté le 28 octobre 2010 -

Ne vous laissez pas abuser par la vague impression qu'il s'agirait d'une simple déclinaison de la Ligue des Gentlemans Extraordinaires, car ce concept-ci est original et tout bonnement génial : on y découvre pourquoi les super-héros ont disparu d'Europe aux alentours de la 2nde Guerre Mondiale... alors même qu'ils auraient pu connaître le même destin glorieux que leurs cousins américains (Spiderman, Superman et autres Batman).

Les deux scénaristes (Serge Lehman et Fabrice Colin) nous font donc découvrir une magnifique galerie de héros et de méchants puisés dans la littérature fantastique française et européenne du début du XXème siècle (du Nyctalope au Docteur Mabuse), en émaillant le récit de références ludiques aux surréalistes ou au fameux "surhomme" de Nietzsche, le tout magnifiquement dessiné par Gess et parfaitement mis en couleur par Céline Bessonneau.

C'est bien simple : c'est si intelligent, beau et malin que mes yeux en pleurent amèrement de jalousie et d'envie (d'autant que je cherche depuis pas mal de temps à bosser sur un concept de super-héros à la française).
Bref, vivement le 6, histoire d'abréger mes souffrances.

Fabien Velhmann

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique VI - Elbakin.net
Posté le 29 octobre 2010 -

Après un temps mort (c'est le cas de le dire), arrive donc le sixième album et la conclusion, la révélation du pourquoi du comment de la disparition des super-héros européens, qui sous-tendait l'ensemble de la BD.
Que dire au final ? Implacable, cette conclusion est tout aussi tétanisante qu'effroyablement logique, en poussant dans ses derniers retranchements les mécanismes internes de cet univers. Oubliés les clins d'oeil (Francis Drake), l'épilogue de la Brigade Chimérique n'est qu'un lent chemin de croix de renoncement, dont il ne reste qu'une promesse à respecter coûte que coûte, alors que la superscience, ou la magie, peu importe son nom, disparaît du Vieux Continent : gagner la guerre.
Dans les flammes, la fumée et la cendre.

Lire l'intégralité de l'article

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique VI - planetebd.com
Posté le 28 octobre 2010 -

Parmi les séries ambitieuses sorties ces dernières années, La brigade chimérique aurait eu de quoi effrayer nombre d’éditeurs. Le but était de raconter une histoire de super héros, dans un format comics, parlant des derniers surhommes européens et de leur disparition.

Or si un tel récit semblait une véritable gageure à mettre en place, Serge Lehman et Fabrice Colin ont relevé le défi haut la main. Leur univers est riche et intrigant, multipliant les références à Wells, Jean Ray et Fritz Lang (entre autre) durant les 6 tomes de leur œuvre. L’inspiration d’Alan Moore était également évidente lors des premiers opus…

Les derniers tomes se détachent toutefois plus volontiers de l’influence du scénariste anglais et de sa fameuse Ligue des gentlemen extraordinaires. La conclusion du récit se révèle surprenante et rassurera les lecteurs dubitatifs tant elle est bien amenée. Avec 6 albums sortis en 14 mois, ce comics à la française (un french comics) n’a pas eu le temps de s’essouffler !

La prestation exemplaire de Gess aux dessins impose le respect. Durant près de 300 pages (depuis le début), le dessinateur des premières aventures de Carmen McCallum et de Teddy Bear concocte une partition graphique impeccable, fortement influencée par le Mignola période Hellboy. On en aurait bien repris encore un peu…

+
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - Sud-est.com
Posté le 03 novembre 2009 -

Nouvelle étape dans le projet fleuve initié par le duo d’auteurs SF formé de Serge Lehman et Fabrice Colin avec la complicité de Stéphane Gess - graphiste tout juste échappé de « Carmen McCallum » (Delcourt) - et de la coloriste Céline Bessonneau. Lehman et Colin ont convoqué le ban et l’arrière ban de la littérature fantastique européenne des années 20 pour livrer un récit extrêmement référencé mais jamais empesé, sous une forme empruntant tant au feuilleton classique - façon pulp - qu’aux comics américains. Les deux hommes ont découpé « La Brigade Chimérique » en six tomes regroupant chacun deux épisodes. « L’homme cassé » et « Bon anniversaire, docteur Severac ! » livrent chacun leur quota d’informations sur Séverac et la Brigade, mais aussi sur George Spad, jeune femme énigmatique hantée par des voix mystérieuses. Gess se glisse dans l’imaginaire de l’époque, flirte avec l’art de Mike « BPRD » Mignola, use de la grammaire graphique des super-héros tout autant que de l’art contemporain. Et parvient ainsi à unifier un récit qui emprunte à des univers littéraires hétéroclites. Enthousiasmant.

Chronique de Philippe Belhache

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - Comics Place
Posté le 23 septembre 2009 -
La Brigade Chimérique au début de "J'irai lire des Comics chez vous, #7".
"Absolument Génial"
 Un avis plus détaillé dans la chronique texte à venir…
 
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Ikosa.net
Posté le 31 mai 2010 -

LE JEU DE RÔLE DE LA BRIGADE CHIMÉRIQUE SERA ÉDITÉE CHEZ SANS-DÉTOUR

La rumeur que vous révélions il y a peu se concrétise : le jeu de rôles de la Brigade Chimérique verra donc bel et bien le jour. Et ce sera chez Sans-Détour fin 2010.

La Brigade Chimérique est une série de bandes dessinées française fortement influencée par l’esprit des comics US. 4 volumes sont déjà parus chez l’Atalante. Son traitement original du thème des super-héros et sa période historique (l’entre-deux-guerres), encore peu explorée, semblaient faits pour aboutir à une adaptation de son univers radiumpunk en jeu de rôles. Nous vous faisions part de ce projet dans cet article que nous vous invitons à redécouvrir pour en apprendre plus sur la BD.

Ce projet d’adaptation rôlistique devient donc réalité et sera édité chez Sans-Détour dans un format encore inconnu. La date de publication devrait nous conduire vers la fin de l’année en cours.

Fan de la première heure de la série, Romain d’Huissier (Qin, Capharnaüm, Devâstra…) mène ce projet avec enthousiasme. Ses super-pouvoirs lui ont permis d’attirer auprès de lui quelques plus purs héros de la nation rôliste : Willy Favre (Brain Soda, Humanydyne, Kuro, Sable Rouge…), Julien Heylbroeck (Warsaw, Humanydyne…), Laurent Devernay (Kuro, Brain Soda...), et Stéphane Treille (Qin, Kuro...). En plus de cette dream team ayant à son actif une partie non-négligeable de la production ludique francophone de ces dernières années, le projet d’adaptation est mené avec le soutien et la collaboration de toute l’équipe à l’origine de la BD.

En plus de permettre, évidemment, de jouer des aventures dans l’univers de la BD, le jeu aura aussi l’ambition de servir d’encyclopédie officielle de cet univers et présentera ainsi de nombreuses informations inédites, le tout illustré dans le respect du graphisme de l’oeuvre.

En attendant d’avoir en mains de plus amples informations, nous vous laissons en compagnie de l’argumentaire laissé par les auteurs : Incarnant des surhommes dotés de capacités prodigieuses, les personnages seront mêlés de près ou de loin aux bouleversements qui agitent alors les cités européennes durant les années 30 : crise économique, montée des extrémismes, guerre imminente… Mais ils pourront également vivre des aventures plus feuilletonnantes : partant à l’aventure aussi bien dans des contrées encore inexplorées en compagnie d’Hareton Ironcastle que voyageant sur Mars pour y contrer les desseins des tripodes décrits par H.G. Wells – à moins qu’ils n’essaient d’empêcher le terrible Sun Koh de découvrir la Nouvelle Thulé…

Narbeuh - Ikosa.net

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - Komic Strips
Posté le 03 novembre 2009 -

Scénariste de nombreux romans de science fiction, Serge Lehman s’est penché sur le monde du 9e art depuis 2007, avec l’apparition de séries comme La saison de la coulœuvre ou encore Thomas Lestrange, parus chez l’éditeur nantais L’Atalante. Voici son nouveau projet, aux côtés de Fabrice Collin, déjà connu pour sa prestation sur Tir Nan Og, notamment. La brigade chimérique est d’ores et déjà prévue en 6 tomes, avec un rythme de parution très rapproché : les trois premiers volets sortiront sur 3 mois, de quoi permettre au lecteur de mieux se fondre dans cet univers. Le récit nous narre la manière dont des super héros européens (et oui ils ne sont pas qu’américains) se retrouvent dans une aventure étonnante, où leur sort va être remis en cause. Découpé en deux parties, ce tome offre un prologue extrêmement intéressant, ainsi qu’un premier chapitre bien pensé. On ne peut toutefois s‘empêcher de rapprocher cette histoire, des œuvres d’Alan Moore comme Watchmen ou La ligue des gentlemen extraordinaires. Il y a pire comme compliment… Pour assurer la partie visuelle, la tâche est confiée à Gess, le dessinateur ayant inventée la jolie Carmen Mc Callum ! Dès les premiers phylactères, on comprend pourquoi celui-ci a laissé sa place sur la série, car le style dévoilé est très différent. Clairement influencées par Mike Mignola et ses encrages appuyés, certaines planches pourraient faire penser à Hellboy, mais avec un trait plus fin et un encrage moins présent. Au-delà des inspirations, prestigieuses cela va sans dire, La brigade chimérique laisse de grands espoirs et confirme amplement dans les deux albums qui suivent. Plus que trois volumes pour découvrir la fin de cette étonnante aventure !

Mickaël

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Rom51
Posté le 31 mai 2010 -

La Brigade Chimérique: l'adaptation en jeu de rôle

Et voilà, après de longs mois de travail, c'est enfin fait ! Ce jeu de rôle sera édité par Sans Détour à la fin de l'année 2010. L'annonce officielle est sur leur site et les abonnés à leur newsletter ont déjà du recevoir l'information sous forme d'un beau PDF donnant quelques détails.

Cette adaptation a été rendue possible grâce à plusieurs personnes :

- Tout d'abord les auteurs de la BD eux-même (alias le Club de l'Hypermonde) : Fabrice Colin que j'ai contacté en premier et qui s'est démené pour que ça se fasse, Serge Lehman qui nous a livré les secrets de son esprit foisonnant et nous laisse nous amuser avec ses jouets, Gess qui est enthousiaste depuis le début et dont le talent ne cesse de nous émerveiller, et Céline Bessoneau bien sûr.

- L'Atalante en la personne de Annette, qui a pris le temps de m'écouter et m'a pris au sérieux dès le départ, ce qui n'était pas gagné.

- Sans Détour bien sûr ! Un éditeur d'un professionnalisme épatant, qui a immédiatement cru au potentiel du projet et nous permet de travailler dans les meilleures conditions possibles. (c'est bien la première fois de ma carrière d'auteur que je signe mon contrat avant que le jeu ne soit paru...)

- Et enfin l'équipe de choc qui a accepté de monter dans le stratogyre avec moi (moi c'est Romain "Rom1" d'Huissier pour ceux qui ont pas suivi dans le fond) : Willy "BrainSalad" Favre, Julien "Wyatt Scurlock" Heylbroeck, Laurent "Bob Darko" Devernay (qui a de plus joué le rôle d'entremetteuse avec talent) et Stéphane "Stephlong" Treille.

Voilà, nous en sommes au début de l'aventure mais nul doute que vous entendrez à nouveau parler de cette adaptation en JdR de la Brigade chimérique ! En attendant, la Confrérie du Radium travaille dur.

Rom1 - Rom51.blogspot.com

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - PC Jeux
Posté le 11 décembre 2009 -

Dotée de dizaines de références à la littérature fantastique, ou à l'histoire en général, La brigade chimérique est une bande dessinée française qui doit compter six tomes. Le troisième vient juste de sortir et nous vous le recommandons chaudement rien que pour sa thématique et son ambiance.

À mi-chemin entre La Ligue des Gentlemen Extraordinaires et Hellboy ces trois tomes possèdent cette petite touche tricolore qui fait la différence.
Quant au style graphique très particulier il n'est pas sans rappeler celui de Mignola tout en donnant un cachet singulier aux images.

Bref une bien belle réussite qui mériterait toutefois un petit peu plus d'action.
Il n'empèche que la thématique et l'ambiance pourraient coller à merveille à un jeu vidéo.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Rhinocéros
Posté le 05 mai 2010 -

La Brigade Chimérique: la revanche du feuilleton français

Alors que Marie Curie a confié le sort de Paris au Nyctalope, le tristement célèbre docteur Mabuse fomente un plan machiavélique pour conquérir l’Europe. Les Joliot-Curie, associés au héros de la Première Guerre mondiale, parviendront-ils à contrer ce sinistre complot ?

En relisant des feuilletons de l’entre-deux-guerres, l’écrivain de science-fiction Serge Lehman s’était surpris à constater à quel point la littérature française regorgeait de personnages hauts en couleur, largement dignes de son pendant anglo-saxon. Et de se dire qu’il suffirait d’un bon coup de pinceau et d’un scénariste un peu malin pour en faire une sacrée bonne série. L’idée de base de La Brigade chimérique était née. Las, un certain Alan Moore venait d’avoir peu ou prou la même avec sa Ligue des gentlemen extraordinaires, et affronter le magicien de Northampton en duel de scénaristes relevant quasi systématiquement du suicide allégorique, le projet fut mis en sommeil. Puis, réalisant que Moore interrompait son univers en 1914, Lehman replongea dans ses notes et commença à échafauder un scénario. La thématique ? La fin des super-héros européens.

Il ne serait pas impossible, ni même absurde de comparer les deux œuvres, mais l’expérience serait longue et d’un intérêt limité. On se contentera de dire que La Brigade chimérique sort du duel sans avoir à rougir, ce qui est déjà beaucoup. Exhumés d’ouvrages très différents, les personnages comme François Dutilleul (le passe-muraille de Marcel Aymé) ou Gregor Samsa (« héros » et avatar de l’auteur dans La Métamorphose de Kafka) acquièrent une nette épaisseur. Mention spéciale à Léo Saint-Clair, le Nyctalope, issu d’une série de feuilletons signés Jean de La Hire et réincarné ici en chef de la protection de Paris désigné par Marie Curie. Ce sinistre personnage, pétri d’ambition et à l’ego aux proportions étonnantes, est prêt à bien des bassesses mais parvient pourtant à se rendre assez émouvant dans sa folie des grandeurs.

Suite de l'article...

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - Sud-est.com
Posté le 03 novembre 2009 -

Nouvelle étape dans le projet fleuve initié par le duo d’auteurs SF formé de Serge Lehman et Fabrice Colin avec la complicité de Stéphane Gess - graphiste tout juste échappé de « Carmen McCallum » (Delcourt) - et de la coloriste Céline Bessonneau. Lehman et Colin ont convoqué le ban et l’arrière ban de la littérature fantastique européenne des années 20 pour livrer un récit extrêmement référencé mais jamais empesé, sous une forme empruntant tant au feuilleton classique - façon pulp - qu’aux comics américains. Les deux hommes ont découpé « La Brigade Chimérique » en six tomes regroupant chacun deux épisodes. « L’homme cassé » et « Bon anniversaire, docteur Severac ! » livrent chacun leur quota d’informations sur Séverac et la Brigade, mais aussi sur George Spad, jeune femme énigmatique hantée par des voix mystérieuses. Gess se glisse dans l’imaginaire de l’époque, flirte avec l’art de Mike « BPRD » Mignola, use de la grammaire graphique des super-héros tout autant que de l’art contemporain. Et parvient ainsi à unifier un récit qui emprunte à des univers littéraires hétéroclites. Enthousiasmant.

Chronique de Philippe Belhache

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - MystérieuselibrairieNantaise
Posté le 05 novembre 2010 -

En lien avec l’article précédent sur les Utopiales, applaudissons l’arrivée quasi simultanée du 6ème et dernier tome de La Brigade Chimérique et de l’Encyclopédie pour le Jeu de Rôle qui en est issu.

Le premier vient clore magistralement le scénario élevé au radium par Serge Lehman et Fabrice Colin, maturé dans la Chambre Ardente par Gess et Céline Bessoneau. Le tout est publié aux éditions L’Atalante.

Pour ceux qui auraient eu la malchance de passer à côté de cette formidable série, en voici le résumé. Alors que l’Europe s’apprête à basculer dans la Seconde Guerre Mondiale, les héros et justiciers européens tentent de deviner les sombres plans du Docteur Mabuse et de lui barrer la route…

Honnêtement, nous sommes largement au-delà d’une simple histoire de super-héros mais bien en face d’une réflexion aussi solide que ludique sur la place de l’homme parfait et de son mythe au coeur des tumultes des sociétés. En réutilisant les héros populaires du début du siècle depuis oubliés, les auteurs tentent de répondre à la question qui nous taraude tous : pourquoi le super-héros est-il l’apanage des Etats-Unis ? La réponse à ce qui pourrait être une boutade – révélée dans ce dernier tome -  tombe comme une… évidence !

Car c’est là toute la solidité de cette série, chaque lecteur peut y lire ce qu’il souhaite : une aventure avec des héros principalement français, une évocation de la foisonnante galerie d’œuvres dîtes mineures de l’entre-deux guerres, une réflexion sur l’Histoire et la fondation d’un mythe,… Le tout orchestré crescendo sur 6 tomes pour une fin en apothéose, imprévue mais inévitable.

L’autre ouvrage va ravir aussi bien l’amateur de jeu de rôle que celui de BD. En effet, les éditions Sans Détour proposent une adaptation de la saga en JDR. Proposé en avant-première lors des Utopiales, on peut déjà deviner par les quelques visuels disséminés ici et là sur le net,  que cet ouvrage porte en lui les mêmes qualités que la série-mère.

Il ne vous reste plus qu’à découvrir le travail de ces explorateurs de la Superscience !

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique VI - Le Blog de Lamiri
Posté le 09 novembre 2010 -

Dans cette fulgurante re-visitation de l'Histoire, Lehman et Colin rendent donc un bel hommage à la réelle genèse des méga-vengeurs de comics, pratiquement tous nés de l'imagination de scénaristes et dessinateurs juifs (Schuster & Siegel, Will Eisner, Bob Kane, Jack Kirby, Stan Lee...) qui, consciemment ou non, ont du repenser à la légendaire créature de glaise du rabbin Loew. Les auteurs s'amusent à imiter des clichés du genre comme pour faire la transition : Lebon abattant son gigantesque poing sur le sol crie "A ton tour de souffrir !", les armes à feu font des "Krak !" et des "Buda ! Buda !" et quand la Brigade affronte Mabuse pour le combat ultime au sommet, chacun se charge de l'adversaire qui lui ressemble le plus.

Cette série qui mérite doublement le qualificatif de fantastique s'achève par une des évocations les plus magistrales et bouleversantes de l'horreur absolue. Je n'en révélerai pas davantage sinon qu'il fallait oser inventer une vision aussi originale pour l'indicible, où la Porte des Enfers descend du ciel comme atterrirait la soucoupe volante d'envahisseurs maléfiques. Bon, maintenant que c'est fini, vous aurez compris que La Brigade chimérique appartient déjà aux plus belles heures de l'histoire de la bande dessinée. Une saga qui se perpétue ce mois de novembre sous la forme d'une Encyclopédie descriptive et décryptive qui est aussi un jeu de rôle, éditée par Sans Détour et qui sera inaugurée durant les Utopiales de Nantes.

L'article en entier

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique VI– Ouest-France
Posté le 17 novembre 2010 -

L’aventure de La Brigade Chimérique, bande dessinée hors normes, a commencé il y a un petit peu plus d’un an avec la sortie d’un premier tome préparé depuis belle lurette en coulisse par les auteurs Serge Lehman et Fabrice Colin, le dessinateur Gess et la coloriste Céline Bessonneau.

« C’est trois ans de boulot, 10 pages dessinées par mois, qui ont pris fin en juin dernier », raconte Gess à l’occasion de la sortie du 6e et dernier tome. Son attachement au projet se ressent, à fleur de peau : « J’ai renoué avec des émotions d’enfant, les contes et légendes, le roman, le feuilleton. Je me suis emparé du scénario de Serge, ça venait comme une évidence. J’ai mis le dessin au service de l’histoire. » L’histoire ? « C’est une parabole autour de l’Histoire, pour faire un pont entre l’Europe d’avant la guerre et maintenant. » Une Europe peuplée de super-héros comme Mabuse, le Gog, Harry Dickson ou Bob Morane… des super-héros oubliés, remplacés par leurs homologues américains en collant, revus à la sauce Gess. Ainsi « pour le passe-muraille, je voulais quelqu’un d’aérien. Je suis plutôt allé chercher du côté de Fred Astaire que Bourvil ».

Le succès de La Brigade Chimérique ne s’est pas fait attendre, comme on a pu le voir aux Utopiales l’année dernière. Une longue file d’attente a forcé les auteurs a rester dédicacer tout un après-midi.

Un public de tous les âges, car comme l’explique Gess, « les gens sont touchés dans leur âme d’enfant ». Et si on lui demande son personnage favori, il hésite avec Georges Spad pour finalement expliquer : « Je suis très attaché à Palmyre, cette sorcière magicienne en lien avec un monde parallèle, elle m’intrigue beaucoup. J’aime bien les gens militants comme le couple Joliot Curie, surtout Irène, qui marche sur les pas de sa mère. »

La Brigade vient d’achever ses aventures d’une manière bien sombre… mais elle ne refera pas l’histoire. L’aventure continue avec la sortie d’un jeu de rôle et d’une encyclopédie qui permettront à tous les amateurs de prolonger le contact, en attendant, qui sait, une résurrection.

Gess sera présent durant les Utopiales sur le stand de la librairie et maison d’édition, L’Atalante.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique t.6 - Psychovision
Posté le 22 novembre 2010 -

Ce sixième et dernier tome de La Brigade Chimérique est donc celui où le monde de fiction imaginé par Serge Lehman et Fabrice Colin va laisser place au monde réel, ou plutôt devrait-ton dire que l'uchronie va devenir la réalité par un habile tour de passe-passe qui donnera tout son sens à la série. Puis, il ne s'agit finalement que d'une ultime transformation dans une série qui en contient déjà beaucoup, même si la dernière n'est logiquement que le retour à la normal que l'on pouvait attendre depuis le début de la série, la fameuse fin des super-héros européens. Et leur disparition n'aura pas vraiment lieu au cours d'une gigantesque apocalypse où tout ce beau monde s'affrontera, elle se fera plutôt avec subtilité et en confrontant le monde issu de la littérature au monde réel. Comme si les écrits de l'époque étaient devenus matériels pour le pire et le meilleur et comme si une magie ou une science avait donné vie à ce qui aurait du rester sur papier. Mais ils devront finalement y retourner afin de montrer notre réalité dans toute son horreur.

L'excellent dessin de Gess et bien entendu les superbes couleurs de Céline Bessonneau donnent toute leur ampleur à ce final et n'hésitent pas à utiliser des images chocs pour donner tous leurs sens à l'histoire qu'ils servent. Puis on retrouve évidement les clins d'oeils à divers comics et romans qui font partie du charme de la série et qui nous offrent même un note d'espoir dans un final particulièrement sombre et crépusculaire.

Mais la vrai question avec ce final est de savoir si la France a enfin réussi à sortir un bon comics ? La réponse me semble être à la fois oui et non. Oui parce que la série pourrait tout à fait trouver sa place entre certains graphics-novels et mini-séries sans avoir à rougir aucunement de ses défaut. Et à la fois non parce justement, c'est une histoire qui se termine et qui ne permet donc pas de continuité comme la plupart des personnages de Super-Héros américains. Mais cela serait vraiment dommage pour les amateurs de ces derniers de ne pas tenter l'aventure, ceci-dit ! Et pour les amateurs de BD Franco-belge également !

Lire l'intégralité de l'article.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique VI – Librairie Glénat
Posté le 07 décembre 2010 -

Serge Lehman et Fabrice Colin sont maintenant des figures incontournables de la sphère fantastique en France et ici, ils imposent leurs pattes à un univers pétrit d'influences venant aussi bien du comic book, du cinéma ou bien évidemment de la littérature. Mélangeant allègrement personnages de fiction (tel le Passe Muraille) que réels (Les Joliot-Curie), la Brigade chimérique se présente comme une superbe fresque mais dont l'histoire ne se laisse pas déflorer en quelqeus phrases, il s'agit clairement d'un OVNI qui traverse nos librairies dans un flash lumineux. À cheval des deux côtés de l'Atlantique, il s'agit d'un vrai régal.

On peut s'amuser à chercher les influences de partout mais il faudrait beaucoup de temps pour toutes les trouver.

Côté dessin, on trouve un Gess qui après s'être illustré sur Carmen Mc Callum, s'illustre à nouveau ici dans un pur style comics. Saluons l'exploit de sortir six albums de 46 pages en deux ans !

Une série pour tout les amoureux des super héros, du fantastique et de BD bien ficelée.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique VI - Les vagabonds du rêve
Posté le 07 décembre 2010 -
Le Grand Nocturne clôt quant à lui la saga d’une façon étonnante. C’est la fin des surhommes et la venue d’une guerre conventionnelle. Même Hitler (vu de dos) pointe cette fois le bout de ses moustaches !
Dans le camp allié, après la défaite des super-héros français, vient le temps des héros humains comme Bob Morane ou Francis Blake (génial double clin d’œil à des chefs d’œuvre de la littérature et de la B.D populaires !). On a même droit à une apparition remarquée du Golem et au retour de Superman en civil...
Référentielle mais infiniment respectueuse de ses aînés (malgré le sort peu enviable du Nyctalope de Jean de la Hire), La Brigade Chimérique est une série diablement intéressante, prenante et intelligente
, malgré des hauts et des bas inévitables. On peut la considérer un peu comme la réponse française à La Ligue des Gentlemen Extraordinaires. On en a apprécié aussi la noirceur (comment aurait-il pu en aller autrement avec la seconde guerre mondiale pour vrai sujet ?), servie par des auteurs et des artistes de talent.
Difficile de dire si cette série marquera durablement les esprits. Son côté intellectuel, davantage – et paradoxalement – que populaire, la réserve en effet à un lectorat relativement restreint. En tout cas, une chose est sûre, La Brigade Chimérique mérite un joli succès critique et public.
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - Télérama
Posté le 09 décembre 2010 -
C'est l'improbable fusion de l'esprit feuilletonesque du début du XXe siècle et du style des « comics » à super-héros.  Plus un sens aigu du second degré.
Résultat : une série aussi brillante qu'insolite, mettant la fille de Marie Curie et le docteur Mabuse en vedette.
Le stalinisme et le nazisme sont à l'œuvre dans ce récit situé dans les années 1930, placé sous la double influence de Kafka et de Fritz Lang.
Savoureux.


+
Gess, Lehman, Colin, Bessoneau - La Brigade Chimérique VI - L'amour des livres
Posté le 20 décembre 2010 -

Le Docteur Mabuse et son armée de squelettes nazis ont pris le pouvoir en Europe. Mais tout n’est pas perdu, tant que la Brigade Chimérique veille… Alors que Georges et Tota, attaquées par un Lebon transformé en gigantesque nuage vivant, se font arrêter par les crânes de Mabuse, la Brigade intervient. Dans un format comics, la série raconte les aventures de super-héros européens : des humains que la guerre des tranchées, en 14-18, a transformé…

Un univers riche et intrigant qui trouve ici sa conclusion.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessoneau - La Brigade Chimérique VI - Les chroniques de l'imaginaire
Posté le 27 décembre 2010 -

[…] Sachez tout de même que la fin de ce tome conduit à l'embrasement qui démarre la seconde guerre mondiale... La brigade chimérique s'achève donc, non sans laisser entrevoir une encyclopédie qui reprend l'univers de la série. Sachez également que cette aventure ne date pas d'aujourd'hui, puisqu'elle est la reprise d'une aventure parue initialement entre les deux guerres, il y a bien longtemps...

Côté scénario, cela aura été fluide de bout en bout, et surtout magnifiquement mis en image par Gess et Céline Bessonneau. Certaines pages sont monumentales de détails et de mouvements, avec des fonds admirablement travaillés, notamment pour ce dernier tome.

Une série intelligente sur laquelle vous pouvez compter, pourquoi pas pour vos cadeaux de Noël de cette fin d'année 2010 !

Ecrite par Clark,
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - ActuSF
Posté le 19 octobre 2009 -

Références assumées tout d’abord, notamment à ces auteurs dumerveilleux scientifique auxquels Serge Lehman est très attaché. Ainsile caméo remarqué du Dr Flohr et de son Homme élastique, emprunté à Jacques Spitz, ou l’utilisation habile du Passe-muraillede Marcel Aymé. Lehman et Colin inscrivent ainsi intelligemment leurhistoire dans un contexte historique à la fois décalé et parfaitementindentifiable.
 
Références graphiques, aussi. Le Nyctalope, ce super-héros imbu delui-même et qui semble jouer un jeu trouble, évoque immanquablement lesBD de Tardi, avec ses grosses lunettes, son melon et son grand manteau.Les apparitions furtives de Doc Savage ou de Superman (dans uneversion, il est vrai, un peu customisée) sont habilement orchestréespar Gess, qui se tire bien de ce métissage graphique assumé. Tout commed’ailleurs, il utilise avec malice les portraits des personnageshistoriques.

Et puis, bien sûr – inévitablement – on songe à La Ligue des Gentlemen Extraordinaires,du non moins extraordinaire Alan Moore. Mêmes emprunts à la littératurepopulaire, mêmes clins d’œil à l’Histoire avec un grand H, le cousinageest indéniable. Au point que les esprits chagrins pourraient y voircomme une version yéyé d’un grand succès anglo-saxon.
Heureusement, Colin et Lehman y amènent leurs propre foliesimaginatives, leurs propres cultures, et l’on sent la tentation quasimétaphysique qui point et augure d’une suite des plus prometteuses.

Gess, quant à lui, a su trouver un juste milieu dans son graphisme,évitant de se laisser asservir par des référents visuels qui auraientrapidement pu devenir encombrants, sans non plus se laisser écartelerpar le mélange des genres. Il assure ainsi
un beau travail de cohésiongraphique.

Reste que cette Brigade Chimérique remplit soncontrat. Intrigante et originale, répondant aux vieilles obsessions deSerge Lehman sur ce rendez-vous manqué de la France avec les genres del’Imaginaire et entrant, de fait, dans cette métafiction qui plaît tantà Fabrice Colin, il n’est pas étonnant de voir ces deux-là prendre unplaisir manifeste à l’exercice. Plaisir pour l’instant partagé de notrecôté.
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Blog à part
Posté le 07 octobre 2009 -

L’idée de cette série est, de l’aveu de ses auteurs (Fabrice Colin et Serge Lehman), de faire une comics de super-héros à la française et, pour une fois, ce “à la française” ne résonne pas comme un baiser de la mort. Pour le moment, l’histoire tape sur à peu près toutes mes cordes sensibles: une période que je connais particulièrement bien, des héros que j’aime beaucoup (Harry Dickson et Thomas Carnacki sont de la partie) et un côté “Ligue des Gentlemen Extraordinaires”, moitié uchronie, moitié réécriture des thèmes pulp façon Planetary. Tout ce que j’aime.

Le style de Gess, le dessinateur, s’inspire de celui des comics de “l’Âge d’or”, ainsi que de la ligne claire, avec une bonne dose d’inspiration Mike Mignola (Hellboy). Ce n’est pas exactement le domaine des expérimentations, mais plutôt une relecture moderne des anciens codes de la bande dessinée – qui a peut-être le défaut de faire style-genre (ou, pour être plus clair, s’autoparodier), mais c’est le thème qui veut ça.

Ces deux premiers tomes ont de quoi ravir les fans de super-héros à la sauce pulp des années 30.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Chronicart
Posté le 29 octobre 2009 -

Il y a deux tendances lourdes dans la science-fiction de ces dernières années : l'uchronie, qui développe des passés et des présents alternatifs, et la réactivation des mythes (dieux, légendes, superhéros - cf. par exemple le métaréflexif Livre de toutes les heures d'Hal Duncan). Serge Lehman a bien capté ces tendances, et s'en fait l'écho dans La Brigade Chimérique, qu'il scénarise avec Fabrice Colin. Dans la lignée des Watchmen et d'American gods (Neil Gaiman), entre autres, il s'interroge sur le degré de réalité que contiennent les mythes, et sur l'influence qu'ils exerceraient s'ils étaient davantage qu'un produit de l'imagination - des êtres de chair.

Car les mondes fictifs sont des mondes possibles, et l'existence de récits qui les rapportent leur donne un certain coefficient de réalité. Même s'ils n'ont pas été actualisés, ils existent à la marge du monde réel, dans des branches temporelles parallèles. L'uchronie (« l'autre temps ») consiste à les parcourir. […] Quelque part à la lisière du monde que nous connaissons, il y en a un qui lui ressemble, et qui n'a rien à voir.

C'est ce type de fantaisie, improbable mais cohérente, irréelle mais réaliste, que parcourt La Brigade chimérique. Dans un Paris de 1939 au bord de la guerre, Frédéric et Marie Joliot-Curie dirigent l'Institut du Radium, qui accueille les victimes d'armes chimiques et radioactives de la Grande Guerre ; des mutants aux capacités inouïes, dont le monde ne sait que faire. Ces rejetons de la « superscience », qui bouleverse notre maîtrise de la matière et s'apprête à accoucher de la bombe A, posent la question du statut des surhommes : doivent-ils se mettre au service de l'humanité, et défendre un idéal de justice ? Ou se réunir et couper les ponts avec le stade inférieur de l'évolution, pour inaugurer une nouvelle ère historique ? La querelle entre le Professeur Xavier et Magnéto a quelque chose d'intemporel.

La Brigade chimérique est une excellente « BD-feuilleton », très marquée par les pulps et les histoires de super-vilains des années 30, qui bénéficie du remarquable travail d'illustration de Gess, influencé pour sa part par Mike Mignola.

On fera tout de même un petit reproche : l'ensemble est trop court, au vu de la richesse du récit.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - deslivres.com
Posté le 04 décembre 2009 -
L'écrivain d'anticipation Serge Lehman et le scénariste Fabrice Colin sont retournés aux sources des grands maîtres avant l'heure de ce sous-genre que furent Jules Verne, Gaston Leroux, H. G. Wells et Jean Ray pour offrir un comic book à l'européenne fascinant. Dès le postulat de départ, il est recommandé d'attacher sa ceinture pour entrer dans ce parc diablement attractif : au coeur de la boucherie de 14-18, des soldats intoxiqués par les gaz auraient développé des super-pouvoirs et Marie Curie pu étudier le cas très particulier de l'un d'eux. Un homme capable de se diviser en quatre entités, le Dr Serum (un squelette !), un ange, une sculpturale naïade rousse échappée d'une toile de Klimt et... un ours !
 
[…]

Un brassage ébouriffant qui passe au mixeur le Fritz Lang de la période allemande, les aventures d'Harry Dickson, les Surréalistes, Franz Kafka, les serials de Louis Feuillade, Marcel Aymé, les secrets de l'atome... j'en passe et des meilleurs. Une véritable "Ligue des Poilus Extraordinaires" à l'ère de l'Art Déco et du Bauhaus.
Ce n'est pas tout ! Car Lehman et Colin ont trouvé en Gess le parfait metteur en images de leur savant délire. Comme La Brigade chimérique est une boîte de Pandore qui, aussitôt ouverte interdit de décrocher et réclame une suite, le site spécialement conçu pour pénétrer dans son univers permettra de patienter.
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Du9
Posté le 03 décembre 2009 -
Si Lehman et Moore ont un point commun, c’est leur grande culture pouvant structurer un univers fictionnel profondément référentiel sans tomber dans l’anecdote, pour au contraire sous tendre une réflexion et/ou une théorie sur l’histoire du domaine artistique qu’ils explorent.

[…]


Reste que pour l’instant cette série s’offre comme la plus crédible des tentatives et surtout la plus réussie en la matière. Serge Lehman s’est entouré de personnes sachant accompagner ce projet, se plier au genre et à ses codes. Les reproches adressés à Gess comme quoi il ferait du Mignola restent eux aussi caricaturaux. Ici la manière de Gess est surtout au diapason du projet de Lehman qui se ramifie jusque dans sa production et aurait pu aller jusqu’à sa publication en kiosque sous forme de fascicules si cela n’avait pas été impossible financièrement.

Si La Brigade Chimérique apparaîtra peut-être comme la première bande dessinée francophone de super-héros réussie, je note pour ma part qu’elle apparaît en tant qu’uchronie dans un genre aujourd’hui difficilement perçu autrement que comme une mythologie. Dans les années 60 et jusqu’au milieu des années 80, Spiderman ou Daredevil pouvaient être des héros contemporains, en phase avec leur époque et son actualité, que l’on pouvait s’attendre à voir au coin d’un building. Aujourd’hui, ils sont avant tout des mythes dont on peut donner une version ou travailler d’après un postulat. Le super-héroïsme semble de nos jours du domaine du « what if » généralisé, un domaine merveilleux dont on s’amuse à biaiser, nuancer les codes par exemples, au gré de trouvailles scénaristiques voire graphiques.
La Brigade Chimérique ne sera donc jamais une revanche ou un rattrapage de la bande dessinée et de la science fiction francophone dans le domaine du super-héroïsme, mais bien plutôt — et c’est là sa pertinence — une interrogation féconde sur leur histoire entrelacée.

 

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Fantasy au petit déjeuner
Posté le 12 octobre 2009 -

Projet à moitié fou né des cerveaux féconds de Serge Lehman et Fabrice Colin, ce comics à la française fait déjà beaucoup parler de lui.
Serait-il possible, qu'en notre belle contrée, nous ayons enfin droit à une oeuvre digne de l'héritage d'Alan Moore et de Jack Kirby ?

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Geek
Posté le 14 décembre 2009 -

L'heure des super-héros européens est arrivée grâce à la Brigade Chimérique emmenée par le romancier Serge Lehman, le récit découpé comme un comic propose de découvrir la vie et l'œuvre de ces surhommes dans l'entreguerre avant leur disparition des mémoires.

Le docteur Mabuse, Nyctalope ou Marie Curie s'en donnent ainsi à cœur joie sur le Vieux Continent déchiré.

Mise en scène par un Gess au trait "Mignolesque", l'aventure est une immanquable du moment.

91% - La brigade des gentlemen extraordinaires.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - geekinc.fr
Posté le 12 octobre 2009 -
La Brigade chimérique est un récit ambitieux, érudit et mystérieux, construit sur le mode du feuilleton, avec des héros dont les origines sont issues du cinéma ,de la littérature ou de l’Art du début du XXème siècle. Histoire solide, aux enjeux multiples qui passionnera les amateurs de la LGE, de Hellboy mais également bien d’autres…
 
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - lamiri.over-blog.com
Posté le 16 septembre 2009 -

Vous aimez l'évasion dans le feuilleton à l'ancienne, les péripéties débridées et l'irréalisme enchanteur ? Ne cherchez pas plus loin, La Brigade chimérique a largement de quoi combler vos attentes.
L'idée de départ est, comme il se doit, abracadabrantesque : de l'horreur des tranchées de 14-18 seraient nés des hommes dotés de super-pouvoirs. En parallèle, et malheureusement il ne s'agit là que de la triste réalité, ce même cauchemar a donné à d'autres des fantasmes de super-puissance. Serge Lehman et Fabrice Colin se sont amusés à modifier quelque peu de trop célèbres entités dictatoriales. […]

Un régal dans la lignée des Tanatos de Didier Convard et Jean-Yves Delitte, du Ministère de l'Espace de Warren Ellis et Chris Weston, de D-Day, le jour du désastre de David et Brin et évidemment des uchronies steampunks nées du cerveau complexe d'Alan Moore. Le dessin et le format renforcent l'impression de lire un comic book haut de gamme sous les hautes influences de Gaston Leroux, H. G. Wells, Jean Ray (Harry Dickson apparaît d'ailleurs furtivement), Louis Feuillade et du Fritz Lang de la période allemande, lorsqu'il réalisait ses films-monstres sur des scénarii de sa compagne Théa von Harbou, juste avant qu'elle ne tombe dans les bras de l'immonde Mabuse. […]
Peu importe qui a ou n'a jamais existé, le résultat mérite les applaudissements

 

 

 

 

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - lataniereduchampi.over-blog.com
Posté le 14 octobre 2009 -
Amateurs de super-héros, de steampunk, de Jules VERNE, d'Histoire, d'histoires, de l'esprit qui anima les feuilletonnistes du début du XXième siècle... cette bande dessinée est faite pour vous !

La Brigade Chimérique plonge dans les origines des super-héros européens, issus des cerveaux féconds et des imaginations débordantes d'une multitude d'auteurs.
Serge LEHMAN, initiateur du projet, décrit avec passion et détails cette histoire au long cours nourrie d'anecdotes et de grands noms.
Fabrice COLIN, auteur protéiforme passé par la case "jeux de rôles", lui prête main-forte.
GESS, dessinateur dynamique et dynamisant, met le tout en images, jouant des textures avec un talent certain pour les superpositions déroutantes ou le dépouillement incisif.
Céline BESSONNEAU y appose des couleurs toujours justes mêlant ambiances puissantes et "côté rétro".
[…]
Du grand art, donc, qui donne envie, outre de visiter en long, large et travers le riche site internet, et de lire les prochains tomes dès qu'ils sortiront du néant, de découvrir le riche foisonnement littéraire de ces oeuvres nées dans des temps troublés - l'entre-Deux Guerres - et sur lesquelles le temps a passé l'éponge de l'amnésie.

Champimages dans tous leurs états !
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - les chroniqueurs vagabonds
Posté le 02 octobre 2009 -
Dans des années Trente phantasmées, héros et vilains s’affrontent pour la domination de l’Europe. La fille de Marie Curie enquête sur les projets nazis du diabolique docteur Mabuse, qui rêve de race supérieure....
Pour le vrai passionné de littérature populaire, les héros, anti-héros et méchants du passé ont autant d’importance que ceux d’aujourd’hui. Il est toujours agréable de vérifier que les héros sont éternels. Pas seulement ceux de l’univers américain (pulps, comics), mais aussi ceux d’origine européenne, et plus particulièrement francophone. Contrairement à une idée plus répandue qu’on ne le pense, la littérature de genre d’un pays comme la France a, depuis le XIXème siécle, produit un nombre invraisemblable de personnages passionnants. Comme Fantômas et Rocambole pour n’en citer que deux. Il y aurait beaucoup à dire aussi de la production pléthorique d’un éditeur comme le Fleuve Noir.

La Brigade chimérique part du même principe que La Ligue des gentlemen extraordinaires : héros et méchants de la culture populaire existent réellement. Leur histoire se mêle initimement à la « grande » histoire dans un univers uchronique. Par exemple, le célèbre Docteur Mabuse du feuilletonniste allemand Norbert Jacques, immortalisé par Fritz Lang au cinéma, est dans cette BD à la tête d’une armée de nazis. Hitler et Himmler semblent quant à eux aux abonnés absents.
[…]
La Brigade chimérique est un formidable melting-pot de héros classiques, parfois injustement oubliés du même grand public qui les fêtait hier, et de (super)héros inventés (ceux-là mêmes qui composent la Brigade Chimérique proprement dite).
[…]
Parmi les autres personnages de La Brigade, citons Harry Dickson (en guest-star), l’Homme Élastique de Jacques Spitz (au centre de scènes spectaculaires), Garou-Garou le Passe-Muraille de Marcel Aymé, ici en super-voleur, ou encore le héros de la Métamorphose de Kafka ! Tout cela est très varié on le voit, mais crédible. On est loin d’un vulgaire fourre-tout. Même les américains Shadow, Savage et Superman (sans qu’on prononce son nom) font une apparition remarquée à l’assemblée de surhommes convoquée par l’infâme Mabuse !

La Brigade chimérique I et II sont à la fois un magnifique hommage à la littérature populaire et/ou fantastique et un excellent début de série, dont, certes, l’on ne comprend guère les tenants et les aboutissants (ne doutons pas que cela s’éclaircira ensuite) mais où l’on sent aussi un réel potentiel. Quelque chose de fort, peut-être de grandiose, se prépare.
Lehman (un ancien du Fleuve !) et Colin semblent en connaître un rayon en la matière, et réellement aimer leurs illustres prédécesseurs en littérature d’évasion. Les dessins de Gess sont agréables, quoique moins entousiasmants que le scénario.
Au total, La Brigade chimérique est une œuvre pleine de qualités. Espérons aussi qu’elle est le premier pas vers une réédition intégrale des aventures du Nyctalope...

Puisque les héros ne meurent jamais !
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Murmures.info
Posté le 04 décembre 2009 -
[…]
Le résultat est tout simplement magnifique.

Chaque livre contient deux épisodes de 28 pages, et, le parti étant pris par les auteurs de faire comme si tout le monde connaissait déjà les personnages, il faut un petit moment (au moins trois épisodes pour ma part) pour commencer à saisir pleinement toute l'intrigue. La présentation des albums est superbe, le format rappelant celui des comics américains, et les couvertures (du livre comme de chacun des épisodes) sont splendides. Le dessin de Gess évolue dans un style un peu comics-vieillot qui colle parfaitement au contexte et tranche avec celui des couvertures, envoyant parfois de véritables claques au détour d'un rêve ou d'une évocation d'un personnage. Pour vous convaincre de la classe de la chose, allez donc faire un tour sur le site internet de la série...

À chaque épisode, le lecteur prend conscience de l'ampleur du concept
: tout y passe, de la physique quantique à la psychanalyse jungienne, du communisme au national-socialisme, des extra-terrestres aux vampires... Mais pourtant on a rarement l'impression d'être largué, signe peut-être que ces super-héros 'made in Europe' n'ont pas complètement disparus de notre mémoire collective.

De la bédé conceptuelle accessible à tout un chacun, qu'il soit fan de comics ou de Fantômas.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Noosfere
Posté le 15 septembre 2009 -

Dans ce premier tome, le prologue nous présente de nombreux héros, et constitue donc un plaisir intense de chasse aux références : même si certaines sont citées explicitement par les auteurs, il appartient au lecteur de retrouver les autres, et il y parviendra plus ou moins bien en fonction de ses connaissances.

Quasiment aucun personnage n'est gratuit, tous renvoient à une œuvre qui sous-tend le propos de Lehman et Colin. Mais que le lecteur à la culture moins encyclopédique que celle des auteurs ne s'effraie pas : il savourera tout autant le contenu. Car le monde bâti par les auteurs est très intéressant, très touffu, et les prouesses des protagonistes proprement stupéfiantes. La richesse de l'univers créé permet de nombreuses possibilités quant aux interactions des super-héros entre eux, et avec l'Histoire. C'est du reste l'un des points sur lesquels les auteurs seront jugés in fine dans cette BD. [...]

Au final, ce premier tome de la Brigade chimérique se dévore d'une traite, et se relit aussi sec pour y trouver des allusions et références qui auraient échappé à la première lecture. Un postulat de départ original, un scénario découpé très précisément, et gorgé de références qui sont autant de jeux de pistes, bref un plaisir de lecture intégral, que l'on complètera volontiers en consultant le site web mis en place pour l'occasion.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Page des libraires
Posté le 09 octobre 2009 -
La bd, les comics et la tradition perdue du feuilleton populaire enfin réconciliés : bienvenue dans les années 1930, celles du Dr Mabuse et de La brigade chimérique.

Pourquoi n'y a-t-il pas de super-héros en Europe? Même si les spécimens américains ont toujours été bien accueillis de ce coté-ci de l'Atlantique, la France ou plus largement l'Europe continentale, n'a jamais vraiment osé créer les siens. Les héros qui auraient pu leur donner naissance (Le Passe-muraille, Félifax, le Nyctalope,…) ont pourtant peuplé les pages de la littérature populaire d'avant-guerre…
Tous ou presque ont disparu au lendemain du second conflit mondial. C'est le mystère de cette disparition, de cette amnésie collective, que se propose d'élucider la Brigade Chimérique. Et c'est donc de la plume de Serge Lehman, assisté par Fabrice Colin, et sous les pinceaux de Gess, que naissent enfin les "hommes superscientifiques", super-héros perdus du vieux continent. Apparus sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffle des faz et des armes à rayons X, ils dominent, sous la figure tutélaire de Marie Curie, une Europe à la veille de tomber sous la coupe des totalitarisme qui ont marqué le XXe siecle. Car depuis Metropolis, nichée au coeur de l'Europe centrale, le Dr Mabuse allié àl'Italien Gog et à l'espagnol La Phalange, prétend contrer les communistes de Nous Autres en annexant Prague…
Outre la situation politique, les auteurs s'attachent à restituer l'effervescence artistique, culturelle et scientifique d'entre-deux guerres.

Le considérable travail documentaire est également sensible dans la contribution de Gess, à ce titre essentielle, puisque au-delà du graphisme librement inspiré par certains comics américains, le dessinateur a su développer une esthétique résolument pulp, mais parfaitement imprégnée de celle de l'époque. Et bien qu'aujourd'hui pour la plupart oubliés, les héros de La Brigade Chimérique nous semblent si familiers qu'on entre avec eux dans cette histoire érudite comme on accepte une évidence, enfin prêt à remonter avec les auteurs au traumatisme qui, au coeur du XX° siècle, a dépossédé l'Europe de ses surhommes.


+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - ranatoad.blogspot.com
Posté le 12 octobre 2009 -
Magnifique projet que La Brigade Chimérique, scénarisée par Serge Lehman et Fabrice Colin (tous deux romanciers du fantastique, hommes d'expérience et de passion) dessinée par Gess et colorisée par Céline Bessonneau : créer une histoire, un monde, qui nous dévoilerait dans une uchronie très sérieuse ce qu'aurait été la France de l'entre-deux-guerres vue à travers le prisme des super-héros.
Le dessin est parfait, l'histoire est haletante et pulp au possible, les auteurs ont su réussir exactement ce qu'ils semblaient vouloir faire : une transposition française des comics américains, située à une période française qui donnerait toute son identité à l'histoire, prouvant qu'elle n'est pas qu'une transposition.
Lehman et Colin nous font ainsi découvrir nombre de personnages de la littérature fantastique européenne, oubliés pour la plupart, et qui savamment glissés dans l'intrigue passeraient pour avoir été inventés sur l'instant.
Une grande et belle oeuvre que l'on a hâte de pouvoir découvrir dans son intégralité, et qui fait du bien : il y a longtemps que l'on attendait un comics à la française de cet acabit.
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Rom1
Posté le 18 décembre 2009 -
C'est donc là une autre des grandes qualités de La brigade chimérique que de jouer avec l'Histoire tout en la respectant, de nous pousser à nous y intéresser par le biais de la fiction (celle-ci a t'elle jamais eu un autre rôle que de nous amener à contempler le réel sous un angle original ?) et au final, de nous permettre de rêver à nouveau sur la base de personnages que l'on espère voir resurgir dans de nouvelles histoires, des spin-off ou des modernisations.
En espérant que la Chambre ardente s'ouvrira à nouveau, libérant ces chimères dont notre imaginaire a grand besoin.
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - The Great Moustache
Posté le 24 septembre 2009 -

La Brigade Chimérique est le projet de bd franco-belge le plus ambitieux et le plus réussi depuis Les Aventures de Mégamonsieur (…). Par contre, il n'y a aucun lien entre ces deux ouvrages, j'avais juste envie d'en parler, c'est tout.

Sorte de croisement entre La Ligue des Gentlemen Extraordinaires pour le scénario et Hellboy pour le dessin, La Brigade... offre une histoire fouillée et passionnante qui met en scène différents héros de la littérature, du cinéma ou même des personnalités publiques, dans une uchronie qui se passe entre les deux guerres : le Nyctalope, la Passe-Muraille, le Golem, Marie Curie ou encore un ersatz de Superman (ey il y en a d'autres!) se croisent dans une intrigue politique où les super héros, qui existent depuis la découverte du radium par Marie Curie, doivent se débattre entre leur vie personnelle et la montée du nazisme (représenté par le Docteur Mabuse) ou du communisme (appelés dans l'ouvrage "Nous Autres"). C'est plus complexe que ça, et quasiment impossible à résumer (…), mais c'est une bd absolument formidable.

C'est intelligent, c'est beau, c'est bourré de références culturelles (et certaines sont très pointues - j'ai dû vérifier sur internet hein, je ne fais pas mon malin en me la jouant "mwahahah j'ai tout trouvé") et d'idées géniales, et le tout forme un univers très cohérent, très riche. La bande dessinée adopte un format comics très agréable, et chaque numéro se découpe en deux épisodes, d'où un petit côté serial que j'apprécie beaucoup.

Le prochain numéro sort le mois prochain je crois, et j'ai hâte de lire la suite.

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique - Vicklay
Posté le 07 octobre 2009 -

Les deux premiers tomes de la série permettant aux auteurs de faire les présentations, mais également de commencer à mettre en évidence les relations entre les super-héros, les forces ou faiblesses des alliances qu'ils tissent entre eux.

Ainsi, dans Mécanoïde Curie, le lecteur découvre un ensemble de héros européens qu'il croit pouvoir classer en factions. Mais est-ce si simple ? Car dans La Dernière mission du Passe-Muraille, le Nyctalope, défenseur de Paris, n'apparaît pas nécessairement comme le héros bienveillant qu'il semble être... C'est d'autant plus vrai dans le tome 2 et les épisodes Cagliostro et La Chambre ardente. Mais le suspense court toujours à la fin des deux premiers volumes de La Brigade chimérique. Ce qui n'est évidemment pas sans donner envie de lire le troisième tome, qui paraîtra d'ici la fin de l'année 2009.

L'histoire est mise en images par Gess, dont le style se présente comme minimaliste. Les cases ne fourmillent pas de détails, mais restitue parfaitement l'ambiance d'années 30-40 dans lesquelles se déroulerait une aventure super-héroïque : personnages aux looks marqués, engins « boulonnesques » issus d'une technologie inexplicablement avancée, créatures de superscience, et caetera.
Le découpage des cases est également tout ce qu'il y a de plus classique. Mais ce n'est pas dérangeant, voire même mieux (on ne fait pas une mise en page absolument novatrice quand on a choisi un dessin qui n'est pas d'avant-garde). En fait, dessin autant que scénario placent le lecteur dans un contexte suranné d'avant-guerre parfaitement retranscrit. C'est bien vu, bien écrit, parfaitement réussi. Chaque tome est du bel ouvrage de qualité.

Il n'y a pas de doute concernant La Brigade chimérique : c'est une série qui débute de façon excellente, qui est riche de références, mais qu'on n'a pas besoin d'avoir pour prendre plaisir à lire la BD, et dotée d'un scénario visiblement en béton.
Vivement la suite !

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique -planetebd.com
Posté le 16 septembre 2009 -

Le récit nous narre la manière dont des super héros européens (et oui ils ne sont pas qu’américains) se retrouvent dans une aventure étonnante, où leur sort va être remis en cause. Découpé en deux parties, ce tome offre un prologue extrêmement intéressant, ainsi qu’un premier chapitre bien pensé. On ne peut toutefois s‘empêcher de rapprocher cette histoire, des œuvres d’Alan Moore comme Watchmen ou La ligue des gentlemen extraordinaires. Il y a pire comme compliment…

Pour assurer la partie visuelle, la tâche est confiée à Gess, le dessinateur ayant inventée la jolie Carmen Mc Callum ! Dès les premiers phylactères, on comprend pourquoi celui-ci a laissé sa place sur la série, car le style dévoilé est très différent. Clairement influencées par Mike Mignola et ses encrages appuyés, certaines planches pourraient faire penser à Hellboy, mais avec un trait plus fin et un encrage moins présent. Au-delà des inspirations, prestigieuses cela va sans dire, La brigade chimérique laisse de grands espoirs pour la suite…

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique - Claro
Posté le 23 septembre 2009 -

Le duo Colin-Lehman, c'est Docteur Nitro et Mister Glycérine. Du coup, l'imaginaire se prend des baffes orchestrées par l'Histoire, et les rêves de puissance sont forcément plongés dans l'acide du doute. Ici, il est question de super-héros, d'obédience européenne, mais qui ne sont ni spider- ni super- ni bat-, non des héros ancrés dans l'imagnaire français, allemand, italien, etc. Car une question brûle les lèvres des rêveurs de monde: que foutaient nos french heroes à l'heure où la peste brune étendait son rêche velours sur les populations européennes? D'où l'idée de les faire intervenir, eux qui n'ont guère eu de successeurs dans la littérature fantastique d'après-guerre.
+
Gess, Lehman, Colin, Brissonneau - La Brigade chimérique - Le Figaro Magazine
Posté le 12 mai 2010 -

[...] Mais le projet le plus enthousiasmant vient de L'Atalante, éditeur nantais qui a carrément pris la question à bras-le-corps: que sont devenus les super-héros européens? Lehman, Colin et Gess répondent avec La Brigade chimérique, série de 6 albums (4 parus) rendant la vie à d'authentiques super-héros de la littérature populaire du début du XXè siècle aujourd'hui oublié : le passe-muraille, le nyctalope, l'accélérateur, etc. Un travail traité au format comic, avec un grand soin graphique et un récit qui pose une question: et si la disparition des super-héros était liée à un complexe de vaincu?

Thibaut Dary - Le Figaro Magazine - 22 avril 2010

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - Le blog de Dionnet
Posté le 20 décembre 2010 -

[…]

L’excellente série « La Brigade Chimérique » de Serge Lehman, Fabrice Colin et Gess qui est de mieux en mieux et j’essaye de ne pas être jaloux.

En fait je ne le suis pas car leurs super héros de début du siècle nés de la mythologie populaire n’ont rien à voir avec les miens mais la synchronicité est une chose curieuse. Pourquoi les français se mettent-ils à faire du super héros maintenant? presque tous en même temps car je sais qu’il y en aura d’autres. Mystère.

Ladite « Brigade Chimérique » d’ailleurs avec son Dr Mabuse et sa Marie Curie vient d’ailleurs de s’achever en beauté avec un super épilogue, c’est aux éditions de l’Atalante et il faut que vous vous jetiez dessus. C’est un des meilleurs comic books de ces dernières années, un des deux ou trois, et pour une fois il est français.

La manière dont ils ont brassé l’histoire de l’Europe jusqu’à la seconde guerre mondiale et ses horreurs en incluant toute la mythologie populaire française mais pas seulement, est pour moi une totale réussite. De plus, Gess, dessinateur que j’aimais bien jusqu’à présent, a fait des progrès considérables et son dessin est tout à fait passionnant.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - L'Intermède
Posté le 04 janvier 2011 -

Pourquoi les X-Men, Superman, Spiderman et autres super-héros sont-ils tous américains ? Qu'est-ce qui a empêché l'émergence d'une véritable littérature de comics en Europe ?

C'est la question qui sous-tend la bande-dessinée La Brigade chimérique, dont les six tomes ont été publiés chez l'Atalante de 2009 à 2010. Elle a clos son cycle en décembre dernier et voit aujourd'hui paraître aux éditions Sans-Détour L'Encyclopédie et le Jeu de rôle permettant la mise en scène créative des lieux, des concepts et des personnages de La Brigade.

Ressusciter l'imaginaire de l'anticipation française des décennies 1920 et 1930 et faire revivre les années folles par le prisme créatif du "radiumpunk", telle est l'originalité de l'oeuvre de Serge Lehman, Fabrice Colin et Stéphane Gess. Décryptage et rencontre avec les auteurs.

[…]

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - BDGest'
Posté le 25 janvier 2011 -

Prix du Jury BD Gest' 2010

« Le Jury 2010 a souhaité distinguer une création qui relève à la fois de la série et, d’une certaine manière, de l’initiative. En 14 mois, sous l’égide d’un « petit » éditeur qui aligne les choix remarquables qui construisent son identité, Fabrice Colin, Serge Lehman et Stéphane Gess ont proposé un récit complet, composé un univers peuplé de super-héros évoluant sur le continent européen au cours d’une période trouble. La conclusion de l’article publié à l’occasion de la sortie du 6e et dernier tome traduit l’enthousiasme procuré par la découverte de cette série qui a su jouer des codes classiques pour imposer les siens : "Brillant du début à la fin, audacieux dans sa thématique et sa construction, exigeant mais respectueux envers le lecteur, La Brigade chimérique est peut-être l’une des meilleures surprises de ces dernières années. À découvrir de toute urgence, si ce n’est déjà fait." »

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - Chronicart
Posté le 26 janvier 2011 -

[…]

Les super-héros sont une invention d'outre-Atlantique ? Faux. Mais on les a, eux aussi, oubliés, voire refoulés. Pour preuve, cette BD en six tomes, La Brigade chimérique, co-scénarisée par Fabrice Colin et illustrée par Gess, qui cherche à rendre compte du retrait de la figure du surhomme à l'orée de la Deuxième Guerre mondiale. Car l'Europe n'a été sauvée par aucun être d'exception, aucun « homme truqué » pour reprendre la formule de Maurice Renard, aucun prodige de la science ; elle a, au contraire, retourné la technique contre elle-même, dans un acte d'une barbarie inouïe qui la laissera exsangue et humiliée. Sa repentance passera par une certaine gêne à glorifier le miracle technologique, et les mutants déserteront la scène littéraire européenne, pour mieux se voir offrir un panthéon moderne aux Etats-Unis.

Il est temps, donc, de redécouvrir ces héros de feuilletons : le Nyctalope, vigilante de Paris créé par Jean de la Hire (l'auteur de Le Roue fulgurante) ; l'Accélérateur, proto-Flash né dans une nouvelle de H.G. Wells, « Le Nouvel accélérateur » ; ou Félifax, l'homme-tigre inventé par Féval fils. Et chez les vilains : le Docteur Mabuse, personnage de Norbert Jacques popularisé par Fritz Lang ; Gog, le milliardaire nihiliste de Giovanni Pappi (réédition chez Attila) ; et quelques autres affreux au nom cinématographique (le Werewolf, l'Ange bleu...). L'idée géniale étant d'ajouter à cette liste quelques personnages réels, très « années 30 » (les Surréalistes...), et d'intégrer « Gregor Samsa », l'homme-cafard de La Métamorphose - avec ce postulat philosophique à faire froid dans le dos : le terme employé par Kafka pour désigner le monstre de sa nouvelle est « ungeziefer », le même qui servira à Hitler pour désigner les Juifs - de la « vermine ». Comme si les mots, à l'origine simples images ou métaphores, pouvaient engendrer une réalité, comme si la réification des métaphores, qui est une des plus vieilles recettes de la science-fiction, avait opéré hors de la littérature, dans le réel, au prix d'immenses sacrifices humains.

Dans ce contexte, nos héros de l'entre-guerre symbolisent une transition : après les gentlemen sans pouvoirs (très intelligents ou très riches, comme Sherlock Holmes, Arsène Lupin, ou la Ligue d'Alan Moore), après les premiers « miracles » de la science (L'Homme invisible, Dr Jekyll, le Passe-Muraille), ils personnifient le moment où l'image de la technique bascule, révélant son ambivalence, dans le sillage de la Première Guerre mondiale, et à la faveur des études sur le radium que l'on mène à l'Institut des époux Curie. Plus tard, il y aura l'uranium, Los Alamos, Hiroshima, et on se dotera de monstruosités plus grandioses encore (les X-Men), dont la valeur morale sera clairement mise en question. Entre-temps, une génération intermédiaire aura été sacrifiée, la magie aura quitté le vieux continent, à l'image du Golem de Prague qui, dans ce sixième tome, fuit le nazisme et embarque pour l'Amérique. Nos héros de feuilles à deux sous regardent, démunis, la nouvelle science s'ériger en instrument de mort. Pour la peine, on les oubliera. L'heure est sans doute venue de déchirer le voile d'hypnose tissé par Mabuse / Hitler pour retrouver ces héros primitifs à l'impuissance touchante.

+
Gess - Lehman - Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique VI - L'avis des bulles
Posté le 01 août 2011 -
L'homme transformé en nuage par l'expérience des Curie, devient fou, et se retourne contre le Nyctalope, le défenseur de Paris, avant d'être abattus par les crânes, les agents du mégalomane et suprématiste docteur Mabuse. Pendant ce temps, la Brigade chimérique prend d'assaut Métropolis, défendue par des légions de crânes, fermement décidée à arrêter le dangereux docteur...
 
Avec ce tome 6 s'achève la saga de la désormais mythique Brigade chimérique, où comment des auteurs talentueux rendent hommage aux super-héros de la culture populaire européenne, et nous expliquent pourquoi ils ont disparu de la vieille Europe alors qu'ils pullulent outre Atlantique. Partant de cet intriguant préambule, Serge LEHMAN et Fabrice COLIN ont créé une série fleurant bon le parfum d'aventure qui habitait les bandes dessinées des années 30, (re)créant des personnages emblématiques (il y a même une rencontre entre Bob Morane et Francis Blake !) dans une europe littéralement fantas(ti)que qui va entrer dans la deuxième Guerre mondiale. GESS apporte une touche non négligeable à l'édifice, donnant un visuel au trait volontairement appuyé pour un aspect vintage du meilleur effet, servi par des couleurs judicieusement étudiées de Céline BESSONNEAU, qui masquent parfois un décor par trop réduit. D'une construction exemplaire, ce récit feuilletonesque est encore une fois la brillante illustration que des auteurs inspirés peuvent toujours faire la différence, en particulier en matière de thèmes connus.
 
Chapeau !
 
Alan SALLES
L'Avis des bulles 
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade chimérique - Culturellement Geek
Posté le 23 février 2012 -

Les super-héros à l’aube de la seconde guerre mondiale

En 1938, l’Europe s’apprête à basculer dans les horreurs de la guerre. Nés pour la plupart dans les tranchées de 14-18, victimes de bombardements expérimentaux au radium, les héros superscientifiques sont devenus la principale force politique européenne.


En France, Saint-Clair, dit Le Nyctalope, allié à Giberne, l’Accélérateur londonien, est le protecteur officiel de Paris, désigné dans des circonstances nébuleuses par la légendaire Marie Curie, fondatrice de l’Institut du Radium, qui s’est éteinte en 1934. La propre fille de Marie Curie, Irène Joliot-Curie, tente toujours de redonner son lustre au vénérable établissement de sa mère, mais ses accointances avec Nous Autres, la force superscientifique communiste, l’affaiblit considérablement sur le plan politique.

Des dissensions malvenues à l’heure où l’apparition de la Phalange en Espagne déséquilibrent dangereusement les rapports de forces. S’étant allié au Docteur Mabuse, créateur des Crânes de III° Reich et à l’italien Gog, ce nouveau monstre superscientifique ajoute à la confusion ambiante, sous l’œil impavide des Américains, distants témoins de la dégradation des relations sur le Vieux Continent.

Alors qu’il devient clair pour tous que la situation politique échappe à tout contrôle, Irène Joliot-Curie à peut-être trouvé la clef qu’espèrent la France et l’Angleterre pour retourner la situation : la Brigade Chimérique, jusque-là simple légende qui accompagnait le fantôme de sa mère, et dont la réalité vient finalement d’éclater au grand jour. Un quatuor à la puissance phénoménale, peut-être capable de s’opposer à la mégalomanie de Mabuse.

 

Une mélange de genre réussi pour une œuvre ambitieuse

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tous les super-héros étaient américains ? Que sont donc devenus nos super-soldats, où étaient-ils durant la Seconde Guerre Mondiale ? Voilà l’épineuse question à laquelle Serge Lehman et Francis Colin souhaitent répondre avec la Brigade Chimérique, une aventure superscientifique en six tomes dans l’Europe de la fin des années 30.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, à l’époque où Superman et Doc Savage dévoilaient leur existence au monde, l’Europe possédait déjà depuis plusieurs décennies ses super-héros. Porte-étendards de notre culture, contemporains de Holmes et de Fantômas, ils étaient bien différents de leurs homologues américains.

Seule témoignage de leur existence oubliée, la Brigade Chimérique nous prouve avec maestria que les histoires de super-héros n’ont pas vocation de dépendre forcément de la culture nord-américaine, et que la BD franco-belge est parfaitement capable de se l’approprier, avec au moins autant de talent.

L’ouvrage est brillant, mêlant adroitement l’ambiance européenne début de siècle avec la narration historique et les super-héros de comics sans jamais céder aux facilités de l’emprunt, s’appropriant complètement chaque apport extérieur pour l’incorporer à son univers. De cette œuvre plurielle se dégage un attrait énorme, empreint de fascination pour ces héros d’un passé fictif, qui cèderont finalement leur place au commandant Robert Morane et son écossais d’ami dans la littérature française.

Le trait brut de Gess, mêlant parfois découpes photographique en noir et blanc à ses illustrations épurées, va à l’essentiel. Parfois frustrante, cette simplicité apparente dissimule de très belles planches et une parfaite justesse du trait.

Unique et intelligente, la Brigade Chimérique est la réponse franco-belge aux comics américains, et elle n’a pas à rougir de la comparaison !

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade chimérique - Nouveau regard
Posté le 11 juillet 2012 -

Mais en fin de compte, par quel mystérieux hasard les récits de super-héros sont-ils restés un genre spécifiquement américain, alors même que l’imaginaire était aussi fertile des deux côtés de l’Atlantique ? Les auteurs de La brigade chimérique apportent enfin une réponse convaincante à ce questionnement lancinant, en mettant en scène des super-héros issus de la littérature française, et en expliquant pourquoi ils ont disparu à l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale. Un tour de force !

Nouveau regard

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
Livre9
Le Roman du roi Arthur
Thomas Malory
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
Le fol après-midi steampunk
Posté 17 octobre 2017 -

Le temps d'un après-midi, venez vivre un moment steampunk à l'occasion du Mois de l'Imaginaire, et de l'anniversaire de la Fabrique Onirique, avec diverses animations : concours de costumes, photos dans le studio de la Fabrique Onirique, dédicace de Victor Fleury, auteur de L'Empire Electrique, le samedi 21 octobre à 15h30 à la Librairie L'Atalante ... Et bien d'autres surprises !

 steampunk.jpg

+
Prix Actusf de L'Uchronie 2017 : nominations !
Posté 09 octobre 2017 -

La série "La longue Terre" de Stephen Baxter et Terry Pratchett nommée au prix spécial du Prix Actusf de l'Uchronie !couv_pratchett-baxter.jpgthumb_la-longue-guerre.jpgthumb_couv_pratchett_longue_mars_2.jpg

longue-utopie.jpglong_cosmos_site.jpg

+
En octobre, tous les ebooks de Terry Pratchett à 4,99e
Posté 02 octobre 2017 -

terrypratchett_site.jpg

En octobre, (re)découvrez l’incontournable Terry Pratchett, mondialement connu comme l’auteur des Annales du Disque-monde. À lire en numérique et à prix réduit.
+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons, depuis le 1er février, interrompu la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]