L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Flambant 9 | La Brigade chimérique IV
Commande librairie Logo caddie
  • Flambant 9

Serge Lehman / Fabrice Colin / Gess

La Brigade chimérique IV

La Brigade chimérique IV

Date de parution : mars 2010

Série : La Brigade chimérique
Tome : 4

Illustrateur : Gess

Collection : Flambant 9


Nombre de pages : 48
Prix : 11,00 €
État : disponible

Ils sont nés sur les champs de bataille de 14-18, dans le souffledes gaz et des armes à rayons X. Ils ont pris le contrôle des grandescapitales européennes. Par-delà le bien et le mal. Les feuilletonistesont fait d'eux des icônes. Les scientifiques sont fascinés par leurspouvoirs. Pourtant, au centre du vieux continent, une menace seprofile, qui risque d'effacer jusqu'au souvenir de leur existence.

Quatrième Livre :

- Épisode 6 : Politique internationale

Profitant d'un voyage ultrasecret du Nyctalope à Moscou, Irène persuade Séverac et George Spad de tenter un raid sur la forteresse souterraine du CID pour délivrer Grégor Samsa, alias le Cafard. Mais à Paris, comme dans la capitale des Soviets, le destin a bien des façons de brouiller les cartes.
 
 
- Épisode 7 : H-A-V Russe
 
Grâce à la miniaturisation de la Chambre ardente, Séverac est désormais capable de mobiliser la Brigade chimérique où et quand il veut. Y compris au coeur du complexe souterrain du CID. Mais les grottes qui s'étendent sous Montmartre dissimulent bien des monstres et bien des secrets. Et les révélations de Gregor Samsa délivré sur les plans du docteur Mabuse en Europe centrale sont pires encore 

 et toujours le site de la Brigade Chimerique.

 
Prix du jury BdGest'Art 2010 pour l'ensemble de la série.
  • Revue de presse
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - bdnews
Posté le 16 mars 2010 -
Après trois tomes sortis fin 2009, voici déjà le nouvel opus des aventures des surhommes de la Brigade chimérique. Prévu en six volumes, ce cycle suit le destin de ces super héros nés de la radioactivité des batailles de la Première Guerre mondiale. Dans cette ligue des gentlemen à la française, on croise Mabuse, Irène Joliot-Curie ou la menace nazie. Une série fantastique riche, qui explose nos codes avec des héros chimères, vampires ou androïdes!
bdnews, mars 2010
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - Le blog de lamiri
Posté le 26 mars 2010 -
Mr K contre les anti-humains
Suite de ce qui est peut-être bien la série d'anticipation uchronique la plus exaltante du moment qui saupoudre de faits réels une incroyable mixture priant les lecteurs d'oublier toute notion de rationalisme mais pas la mémoire de faits historiques toujours présents dans les esprits après sept décennies. (...) 
Entrez sous le pavillon du grandiose music-hall monté par Lehman, Colin et Gess. La lumière des lustres va s'éteindre pour passer à un éclairage radio-actif et dans quelques instants, des magiciens vont vous en mettre plein les yeux avec leurs attractions, vous émerveiller et vous faire frémir. Un tigre géant va s'infiltrer derrière le rideau vert doryphore, une Marlène/Musidora va ponctionner quelques carotides, la belle George tomber en syncope graphomane, une femme-goule menacer la Brigade, les victimes des meurtres de masse mabusiens se pétrifier sur les façades des immeubles en gargouilles implorantes tandis que les blondinets de la pseudo race supérieure jouent au badminton... Et même un homme-poulpe commettre un braquage des magasins d'état moscovites Goum ! Le plus fort, c'est que tout cela tient en 48 pages dont, comme toujours deux superbes illustrations d'entrée en matière. Prochain épisode dans votre cercle de lecture préféré en juin 2010. Il faudra attendre octobre pour la conclusion de cette envoûtante (et même irradiante) aventure.
lamiri, 23 mars 2010, lamiri.over-blog.com
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade Chimérique T1 à 4 - moijimagine.blogspot.com
Posté le 29 mars 2010 -

Je vous propose aujourd'hui une petite sélection de comics et BD qui m'ont plu et que je souhaite faire connaître (même si certaines sont déjà des succès d'édition!).

(...)

- LA BRIGADE CHIMERIQUE T.1 à 4 (série en cours), de Lehman, Colin, Gess et Bessonneau, Editions de l'Atalante, 2009. Un comic français de haut vol, rivalisant avec les anglo-saxons tant sur le contenu que la forme mais basant son histoire juste avant la seconde guerre mondiale. Les super-héros et les super-vilains européens sont en pleine ébullition dans cette période d'avant guerre où pouvoirs mystiques et super-sciences rythme la vie des grandes capitales européennes. Notamment à Paris où les Joliot-Curie et le Nyctalope assurent la défense de la ville des Lumières. Unique !

(...)

Gaétan, 28 mars 2010, moijimagine.blogspot.com

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - ActuSF
Posté le 09 avril 2010 -
Le Nyctalope et l’Accélérateur sont en visite en Russie, pour rencontrer le Grand Frère, mais "Nous Autres" retarde chaque jour l’entrevue stratégique. À Paris, Irène Joliot-Curie persuade Jean Séverac de profiter de l’absence de Saint-Clair pour mener un raid dans son QG de Montmartre afin de délivrer Gregor Samsa, le Cafard, que le protecteur de Paris retient prisonnier. Quant à Félifax, l’homme-tigre, il effectue pour le Conseil une mission de reconnaissance à Métropolis, d’où le Docteur Mabuse manigance de maléfiques projets...

 Les trois premiers tomes de La Brigade Chimérique mettaient en place l’univers uchronique imaginé par Serge Lehman et Fabrice Colin. Les armes employées et les expérimentations menées pendant la Première Guerre Mondiale ont donné naissance à des mutants, devenus des monstres ou des super héros destinés à influer sur l’avenir du monde.

(...)

Avec ce quatrième tome de la série, le récit revient enfin et à proprement parler au thème qu’introduisait le premier opus : la menace de guerre qui pèse sur l’Europe en cette année 1939. Le Docteur Mabuse, allié à Gog, l’homme le plus riche du monde, et à La Phalange, qui met l’Espagne à feu et à sang, menace avec son armée de Crânes le corridor de Dantzig. C’est l’annexion par l’Allemagne, on le sait, de ce bras de terre donnant à la Pologne un accès à la mer, qui déclencha la Seconde Guerre Mondiale. Le lecteur est donc parfaitement conscient de ce qui se prépare dans l’univers parallèle de La Brigade Chimérique.

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - bd.blog.sudouest.com
Posté le 09 avril 2010 -

Le feuilleton uchronique mitonné par Serge Lehmann et Fabrice Colin, deux des grandes signatures de la SF made in France, se poursuit avec bonheur aux éditions L’Atalante avec deux nouveaux épisodes, « Politique internationale » et « H-A-V-russe », réunis en recueil.

Les deux hommes approfondissent ce cross-over réunissant l’ensemble des figures de la littérature fantastique des années 20. Ils mettent en avant un Nyctalope obsédé par sa propre gloire leurré par « Nous autres », avatar du système communiste, pendant que Mabuse développe l’armée des Crânes symbolisant le régime nazi. Séverac, de son côté, mesure l’impact de l’activité de la Brigade Chimérique sur sa santé physique et mentale.

Le travail de Gess (image et conception graphique) et Céline Buissonneau (couleurs) offre puissance et crédibilité à ce récit d’aventure qui détourne avec bonheur les codes du récit de super-héros. Que du bonheur.

Philippe Belhache

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - Planetbd.com
Posté le 13 avril 2010 -
La brigade chimérique est une série qui a marqué les esprits puisque les trois premiers volets ont été publiés dans un intervalle de trois mois. Avec un rythme si soutenu, l'attente concernant ce quatrième opus n'en a été que plus longue. Néanmoins, celui-ci arrive moins de six mois après son prédécesseur ! Ce délai (honteux !) a d’autant plus paru insupportable, que l'histoire développée par Serge Lehman et Fabrice Collin a pris pleinement son envol. Maintenant, l'intrigue est en place, et on brûle de savoir ce qu'il advient des personnages et du passionnant univers uchronique dans lequel ils évoluent. Certes, l'influence d'Alan Moore est toujours aussi perceptible, mais La brigade chimérique réussit à tenir largement la comparaison avec les titres du scénariste anglais. Gess a su étendre son style de dessin à un registre différent, très réussi, influencé autant de Mike Mignola (le padre d'Hellboy) que de Kevin O'Neill (le dessinateur de La ligue des gentlemen extraordinaires). Lorsque des français s'essaient au comics et le font bien, cela donne La brigade chimérique !
+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - CitronMeringue
Posté le 16 avril 2010 -

On peut déplorer la quantité de trop petites cases par page, c’est un peu fatiguant, même si les dessins sont globalement à la hauteur. Cette réserve faite, on se plongera avec délice dans ce qui reste l’un des très beaux hommages à la littérature populaire française du début du vingtième siècle, mené par des connaisseurs et, sans doute, de vrais fans (Lehman et Colin). Certains regretteront aussi le grand nombre de personnages qui oblige les auteurs à en négliger certains au profit d’autres. Cela paraît obligatoire avec un concept qui fait la part belle à la citation et à l’hommage constant. On l’accepte ou pas. Et puis, les vrais héros de la série sont ceux qui ont été créés par les scénaristes, à savoir l’incroyable Brigade Chimérique elle-même !

Pour en revenir aux méchants de l’histoire, il aurait été difficile d’en choisir de pires. Les nazis ont été pleinement intégrés dans la culture populaire depuis belle lurette. Le fanzine Nagual avait d’ailleurs consacré un intéressant dossier à ce sujet. Superman et Capitaine America les ont affrontés pendant la guerre, des super espions capitalistes ont fait de même à partir des années cinquante en luttant contre leurs héritiers (quand ils n’exterminaient pas, avec la même conviction, d’affreux communistes) ! Plus récemment, Indiana Jones, lui-même hommage aux pulps et aux sérials, les a largement combattus pour le plus grand plaisir des nouvelles générations. Citons aussi les romans d’horreur, La Lance de James Herbert ou L’Heure du loup de Robert McCammon, peut-être influencés à leur tour par les aventures du héros au fouet. Parmi des éléments à même de séduire la littérature et le cinéma d’évasion : leur goût pour l’occulte, étudié dans Le Matin des Magiciens puis Planète, et leur sens du décorum : croix gammées, runes, têtes de morts et vêtements noirs des SS, cérémonies grandioses…

De très bons méchants potentiels on le voit, qui valent bien l’Empire de George Lucas !

Comme disait Hitchcock, « meilleur est le méchant, meilleur est le film ». Un adage aussi valable pour une B.D comme La Brigade Chimérique, même si ce tome IV ne les exploite pas encore assez.

Patryck Ficini 

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - Ouest France
Posté le 16 avril 2010 -

Les éditions l'Atalante ont publié en août 2009 le premier tome d'un comics nouveau souffle, La Brigade chimérique. Sous la plume du dessinateur Gess et grâce aux textes de Serge Lehman et Fabrice Colin, aidés par la coloriste Céline Bessonneau, le monde des super-héros est revisité par le biais de l'Histoire. Depuis sa sortie, la bande dessinée connaît un succès grandissant auprès d'un public de plus en plus fan. Démonstration en a été faite aux dernières Utopiales, où les auteurs sont restés pendant des heures dédicacer le troisième opus à une horde de lecteurs. C'est dire si le quatrième épisode était attendu ! On y retrouve Sévérac et George Spad dont la relation se précise, le Nyctalope à Moscou et l'identité de l'allié de Mabuse... Si tout ceci vous semble du chinois, lisez-vite la Brigade !

Ouest France, 7 avril 2010

+
Gess, Lehman, Colin, Brissonneau - La Brigade chimérique IV - Le matricule des anges
Posté le 26 avril 2010 -

Prolongement rêvé aux productions populaires de l'entre-deux-guerres, La Brigade chimérique dessine un monde où tout se tient.

Difficile de présenter cette série, aujourd'hui à son quatrième tome: et même au départ, on n'y comprend pas grand chose. On se figurait grosso modo que l'idée était fort originale (des justiciers bien de chez nous à la veille de la Seconde Guerre Mondiale), mais que sa réalisation était malaisée. Notamment, l'excès de petites cases et de grandes figures (de littérature populaire en histoire littéraire: André Breton sous une affiche du Nyctalope) pouvait signaler la bande dessinée un poil trop cultivée pour être honnête. On se trompait: le charme met un peu de temps à agir, mais il est profond. 

Il tient d'abord aux racines de La Brigade... qui s'enfoncent assez loin. Le romancier Serge Lehman, ici scénariste (avec Fabrice Colin, est parti d'un étonnement: pourquoi l'Europe occidentale n'a-t-elle pas produit de super-héros? "Quelque chose "manque" dans notre imaginaire, sans qu'on puisse dire quoi exactement": ce quelque chose fut pourtant tout près d'exister, en témoignent les aventuriers des feuilletonistes qu'un coup de pouce aurait pu hisser jusqu'aux exploits de leurs confrères américains. En témoignent encore quelques romans oubliés, tel, en 1919, L'homme chimérique de George Spad(?): dans les tranchées, le lieutenant de Séverac, pris entre les gaz allemands et les rayons X de son unité de radiologie, se trouve "remplacé" par quatre personnages, les Chimériques.En 1934, l'éditeur annonce une suite: "Dans l'Europe en état de guerre civile larvaire, une nouvelle génération de surhommes travaille au contrôle de la foule (...) c'est au centre que se dresse le plus grand ennemi de la liberté, le maître du crime légal et de l'hypnosede masse. MABUSE! Ce nom seul fait trembler et gémir sur tous le continent... Sauf à Paris. Dans les salles secrètes de l'Institut du Radium, la riposte se prépare. Réservez dès maintenant auprès de votre libraire La Brigade Chimérique contre Mabuse."

La suite ne paraîtra pas, ou du moins ne paraît qu'aujourd'hui. Ses concepteurs sont fidèles à la bande-annonce de 34, dans la distribution des rôles, dans le trait souvent expressionniste (Mabuse oblige), et dans l'esprit finalement si profond: l'Histoire se projette ici sur les intrigues ou mieux encore, les fictions sont rendues à leur très grande et très mystérieuse force. En ce sens, on reste soufflé par l'ampleur remarquable, du point de vue  du texte comme de l'inventivité graphique (Gess), des dernières pages de ce volume: les gargouilles deviennent officiers allemands et Gregor Samsa dévoile les étapes de la solution finale - que vient-il faire dans cette galère? Le site consacré à notre bande-dessinée rappelle que Kafka, pour présenter le héros de La Métamorphose, use du terme même qu'emploiera Hitler pour désigner les Juifs - ungeziefer, vermine."Cette institution d'une énigme latente, déposée dans la littérature et le cinéma européen des années 20-30, d'une jonction entre les mots, les images, les symboles aussi dévastratrice que le dévoiement nazi du thème du surhomme, est l'émotion qui a donné forme à La Brigade Chimérique."

Gilles Magniont - Le matricule des anges, avril 2010

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Rhinocéros
Posté le 05 mai 2010 -

La Brigade Chimérique: la revanche du feuilleton français

Alors que Marie Curie a confié le sort de Paris au Nyctalope, le tristement célèbre docteur Mabuse fomente un plan machiavélique pour conquérir l’Europe. Les Joliot-Curie, associés au héros de la Première Guerre mondiale, parviendront-ils à contrer ce sinistre complot ?

En relisant des feuilletons de l’entre-deux-guerres, l’écrivain de science-fiction Serge Lehman s’était surpris à constater à quel point la littérature française regorgeait de personnages hauts en couleur, largement dignes de son pendant anglo-saxon. Et de se dire qu’il suffirait d’un bon coup de pinceau et d’un scénariste un peu malin pour en faire une sacrée bonne série. L’idée de base de La Brigade chimérique était née. Las, un certain Alan Moore venait d’avoir peu ou prou la même avec sa Ligue des gentlemen extraordinaires, et affronter le magicien de Northampton en duel de scénaristes relevant quasi systématiquement du suicide allégorique, le projet fut mis en sommeil. Puis, réalisant que Moore interrompait son univers en 1914, Lehman replongea dans ses notes et commença à échafauder un scénario. La thématique ? La fin des super-héros européens.

Il ne serait pas impossible, ni même absurde de comparer les deux œuvres, mais l’expérience serait longue et d’un intérêt limité. On se contentera de dire que La Brigade chimérique sort du duel sans avoir à rougir, ce qui est déjà beaucoup. Exhumés d’ouvrages très différents, les personnages comme François Dutilleul (le passe-muraille de Marcel Aymé) ou Gregor Samsa (« héros » et avatar de l’auteur dans La Métamorphose de Kafka) acquièrent une nette épaisseur. Mention spéciale à Léo Saint-Clair, le Nyctalope, issu d’une série de feuilletons signés Jean de La Hire et réincarné ici en chef de la protection de Paris désigné par Marie Curie. Ce sinistre personnage, pétri d’ambition et à l’ego aux proportions étonnantes, est prêt à bien des bassesses mais parvient pourtant à se rendre assez émouvant dans sa folie des grandeurs.

Suite de l'article...

+
Gess, Lehman, Colin, Brissonneau - La Brigade chimérique - Le Figaro Magazine
Posté le 12 mai 2010 -

[...] Mais le projet le plus enthousiasmant vient de L'Atalante, éditeur nantais qui a carrément pris la question à bras-le-corps: que sont devenus les super-héros européens? Lehman, Colin et Gess répondent avec La Brigade chimérique, série de 6 albums (4 parus) rendant la vie à d'authentiques super-héros de la littérature populaire du début du XXè siècle aujourd'hui oublié : le passe-muraille, le nyctalope, l'accélérateur, etc. Un travail traité au format comic, avec un grand soin graphique et un récit qui pose une question: et si la disparition des super-héros était liée à un complexe de vaincu?

Thibaut Dary - Le Figaro Magazine - 22 avril 2010

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Ikosa.net
Posté le 31 mai 2010 -

LE JEU DE RÔLE DE LA BRIGADE CHIMÉRIQUE SERA ÉDITÉE CHEZ SANS-DÉTOUR

La rumeur que vous révélions il y a peu se concrétise : le jeu de rôles de la Brigade Chimérique verra donc bel et bien le jour. Et ce sera chez Sans-Détour fin 2010.

La Brigade Chimérique est une série de bandes dessinées française fortement influencée par l’esprit des comics US. 4 volumes sont déjà parus chez l’Atalante. Son traitement original du thème des super-héros et sa période historique (l’entre-deux-guerres), encore peu explorée, semblaient faits pour aboutir à une adaptation de son univers radiumpunk en jeu de rôles. Nous vous faisions part de ce projet dans cet article que nous vous invitons à redécouvrir pour en apprendre plus sur la BD.

Ce projet d’adaptation rôlistique devient donc réalité et sera édité chez Sans-Détour dans un format encore inconnu. La date de publication devrait nous conduire vers la fin de l’année en cours.

Fan de la première heure de la série, Romain d’Huissier (Qin, Capharnaüm, Devâstra…) mène ce projet avec enthousiasme. Ses super-pouvoirs lui ont permis d’attirer auprès de lui quelques plus purs héros de la nation rôliste : Willy Favre (Brain Soda, Humanydyne, Kuro, Sable Rouge…), Julien Heylbroeck (Warsaw, Humanydyne…), Laurent Devernay (Kuro, Brain Soda...), et Stéphane Treille (Qin, Kuro...). En plus de cette dream team ayant à son actif une partie non-négligeable de la production ludique francophone de ces dernières années, le projet d’adaptation est mené avec le soutien et la collaboration de toute l’équipe à l’origine de la BD.

En plus de permettre, évidemment, de jouer des aventures dans l’univers de la BD, le jeu aura aussi l’ambition de servir d’encyclopédie officielle de cet univers et présentera ainsi de nombreuses informations inédites, le tout illustré dans le respect du graphisme de l’oeuvre.

En attendant d’avoir en mains de plus amples informations, nous vous laissons en compagnie de l’argumentaire laissé par les auteurs : Incarnant des surhommes dotés de capacités prodigieuses, les personnages seront mêlés de près ou de loin aux bouleversements qui agitent alors les cités européennes durant les années 30 : crise économique, montée des extrémismes, guerre imminente… Mais ils pourront également vivre des aventures plus feuilletonnantes : partant à l’aventure aussi bien dans des contrées encore inexplorées en compagnie d’Hareton Ironcastle que voyageant sur Mars pour y contrer les desseins des tripodes décrits par H.G. Wells – à moins qu’ils n’essaient d’empêcher le terrible Sun Koh de découvrir la Nouvelle Thulé…

Narbeuh - Ikosa.net

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique - Rom51
Posté le 31 mai 2010 -

La Brigade Chimérique: l'adaptation en jeu de rôle

Et voilà, après de longs mois de travail, c'est enfin fait ! Ce jeu de rôle sera édité par Sans Détour à la fin de l'année 2010. L'annonce officielle est sur leur site et les abonnés à leur newsletter ont déjà du recevoir l'information sous forme d'un beau PDF donnant quelques détails.

Cette adaptation a été rendue possible grâce à plusieurs personnes :

- Tout d'abord les auteurs de la BD eux-même (alias le Club de l'Hypermonde) : Fabrice Colin que j'ai contacté en premier et qui s'est démené pour que ça se fasse, Serge Lehman qui nous a livré les secrets de son esprit foisonnant et nous laisse nous amuser avec ses jouets, Gess qui est enthousiaste depuis le début et dont le talent ne cesse de nous émerveiller, et Céline Bessoneau bien sûr.

- L'Atalante en la personne de Annette, qui a pris le temps de m'écouter et m'a pris au sérieux dès le départ, ce qui n'était pas gagné.

- Sans Détour bien sûr ! Un éditeur d'un professionnalisme épatant, qui a immédiatement cru au potentiel du projet et nous permet de travailler dans les meilleures conditions possibles. (c'est bien la première fois de ma carrière d'auteur que je signe mon contrat avant que le jeu ne soit paru...)

- Et enfin l'équipe de choc qui a accepté de monter dans le stratogyre avec moi (moi c'est Romain "Rom1" d'Huissier pour ceux qui ont pas suivi dans le fond) : Willy "BrainSalad" Favre, Julien "Wyatt Scurlock" Heylbroeck, Laurent "Bob Darko" Devernay (qui a de plus joué le rôle d'entremetteuse avec talent) et Stéphane "Stephlong" Treille.

Voilà, nous en sommes au début de l'aventure mais nul doute que vous entendrez à nouveau parler de cette adaptation en JdR de la Brigade chimérique ! En attendant, la Confrérie du Radium travaille dur.

Rom1 - Rom51.blogspot.com

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau - La Brigade chimérique IV - chroniques de l'imaginaire
Posté le 07 juillet 2010 -

Séverac est dans le laboratoire d’Irène Curie, la fille de la célèbre Marie, à l’Institut du Radium. Le but de l’expérience est maintenant de transformer la chevalière de Séverac en mini chambre ardente : un simple coup sur la bague avec la paume de la main permet désormais à Séverac d’invoquer les quatre divinités de la Brigade Chimérique. Idem dans l’autre sens… A présent, Séverac et Curie attendent George Spad, mais l’écrivain a de plus en plus de retard et cela inquiète Séverac, qui commence à se rendre compte d’une chose : il devient bel et bien amoureux de la jolie biographe chargée d’écrire les mémoires de Léo Saint Clair, le célèbre super héros protecteur de la ville de Paris.

Justement, ce denier s’est absenté de la capitale française pour se rendre à Moscou en compagnie de Gibberne, dit l’Accélérateur. Ils ont ensemble une audience prévue avec le chef de « Nous Autres », mais de report en report, le héros anglais devient de plus en plus interrogatif sur l’absence de réactions de la part de son allié français. Pendant ce temps, c’est Félifax, un autre héros français, immense félin de son état, qui est chargé d’espionner ce qui se passe à Métropolis. Et ce qu’il va découvrir sur les agissements de Mabuse est tout simplement terrifiant…

Séverac vient d’aider Spad à reprendre connaissance après une nouvelle crise, particulièrement violente celle-ci. Le couple se rend à Montmartre afin de pénétrer de force dans les sous-sols de Saint-Clair, afin d’aller y chercher Le Cafard, un autre héros retenu prisonnier là depuis des mois. La Brigade Chimérique parviendra sans difficulté à forcer le passage jusqu’au Cafard, mais il se trouve qu’un monstre très ancien est également retenu en ces lieux : un monstre venu d’un autre âge, qu’il va falloir maintenant vaincre.

Nous montons d’un ton dans les révélations et dans l’action avec ce quatrième tome de La Brigade Chimérique. Le graphisme bénéficie toujours de ce trait vif admirable pour les mises en mouvement, même si le principal atout de ce tome reste l’action menée sur plusieurs plans, à bien des endroits différents. Alors que nous étions centrés sur Paris dans les tomes précédents, nous voilà ici de retour à Métropolis, ainsi qu’à Moscou, en plus de la capitale française.

De même, Le Cafard est enfin libéré, même s’il ne fera pas long feu : un nouveau mystère, à priori russe, est à suivre maintenant. Un tome révélateur donc, qui n’est pas sans laisser de nouvelles interrogations, et c’est tant mieux, d’autant que le tout est traité avec le même sérieux et la même qualité que ce qu’on a pu lire dans les tomes précédents. Il ne nous reste qu’à pester que les trois derniers tomes ne soient pas parus ensemble comme cela fût le cas pour les trois premiers, histoire d’éviter une attente que j’espère pas trop longue…

Clark, le 05 Mai 2010

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade Chimérique IV, V, VI - Imaginelf
Posté le 25 octobre 2010 -

Les clins d’œil sont toujours savoureux, les auteurs faisant intervenir des écrivains d’époque bien connus et d’autres qui ne l’étaient pas encore, mais font référence également aux futurs héros bien humains qui se révèleront dans la littérature européenne d’après-guerre, suite à la disparition des créatures issues de la superscience.

Ces derniers épisodes sont franchement marquants. Restent en tête d’une part cette photo de famille de tous les surhommes européens, que le lecteur n’aura pas vraiment eu le temps de connaître, et d’autre part cette réécriture des horreurs de la guerre et de ses justifications, dont les symboles ne laissent pas indifférents.

Lelf

Lire l'article en entier

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - Fabien Vehlmann
Posté le 28 octobre 2010 -

Ne vous laissez pas abuser par la vague impression qu'il s'agirait d'une simple déclinaison de la Ligue des Gentlemans Extraordinaires, car ce concept-ci est original et tout bonnement génial : on y découvre pourquoi les super-héros ont disparu d'Europe aux alentours de la 2nde Guerre Mondiale... alors même qu'ils auraient pu connaître le même destin glorieux que leurs cousins américains (Spiderman, Superman et autres Batman).

Les deux scénaristes (Serge Lehman et Fabrice Colin) nous font donc découvrir une magnifique galerie de héros et de méchants puisés dans la littérature fantastique française et européenne du début du XXème siècle (du Nyctalope au Docteur Mabuse), en émaillant le récit de références ludiques aux surréalistes ou au fameux "surhomme" de Nietzsche, le tout magnifiquement dessiné par Gess et parfaitement mis en couleur par Céline Bessonneau.

C'est bien simple : c'est si intelligent, beau et malin que mes yeux en pleurent amèrement de jalousie et d'envie (d'autant que je cherche depuis pas mal de temps à bosser sur un concept de super-héros à la française).
Bref, vivement le 6, histoire d'abréger mes souffrances.

Fabien Velhmann

+
Gess, Lehman, Colin, Bessonneau – La Brigade Chimérique - BDGest'
Posté le 25 janvier 2011 -

Prix du Jury BD Gest' 2010

« Le Jury 2010 a souhaité distinguer une création qui relève à la fois de la série et, d’une certaine manière, de l’initiative. En 14 mois, sous l’égide d’un « petit » éditeur qui aligne les choix remarquables qui construisent son identité, Fabrice Colin, Serge Lehman et Stéphane Gess ont proposé un récit complet, composé un univers peuplé de super-héros évoluant sur le continent européen au cours d’une période trouble. La conclusion de l’article publié à l’occasion de la sortie du 6e et dernier tome traduit l’enthousiasme procuré par la découverte de cette série qui a su jouer des codes classiques pour imposer les siens : "Brillant du début à la fin, audacieux dans sa thématique et sa construction, exigeant mais respectueux envers le lecteur, La Brigade chimérique est peut-être l’une des meilleures surprises de ces dernières années. À découvrir de toute urgence, si ce n’est déjà fait." »

+
Gess, Lehman, Colin & Bessoneau - La brigade chimérique IV - bedenews
Posté le 21 juillet 2011 -
La brigade chimérique est une bande dessinée explorant l'univers des surhommes européens, ou plutôt la fin des super-héros européens. 
 
Critique de La Brigade Chimérique, volume 4.
Note moyenne de la rédaction : 17/20
 
Jean Severac est à Paris. Il essaye de repérer le terrible Gregor Samsa, aidé en cela par George Spad. Pendant ce temps, à Moscou, "Nous Autres" démontre l'efficacité de la pensée unique du peuple. Les alliés s'unissent pendant qu'à Metropolis, le gang M met en branle un effroyable projet.
Si ce résumé vous paraît complexe, c'est normal, nous en sommes au quatrième de volume de la série ! Divisée en épisodes, l'intrigue s'intensifie au fil des tomes. Loin de certaines images rétrogrades du récit super-héroïque, La Brigade chimérique s'appuie sur les bases de l'histoire. La montée du communisme, la nazification allemande, mêlés aux sciences de l'époque. C'est par ce biais que les auteurs font un travail remarquable. Il n'est pas question de combat, de science, de politique, de magie, mais de tout cela imbriqué méticuleusement.
C'est un véritable hommage à la littérature populaire, aux feuilletons qu'achetaient nos parents, voire nos grands-parents. C'est aussi une bande-dessinée super-héroïque. Les héros dévoilés sont tous humains et, finalement, n'ont rien de "super". Si Peter Parker (alter ego de Spider-Man) dit souvent : " un grand pouvoir implique de grandes responsabilités ", on pourrait ajouter ici qu'en avoir agit sur votre corps. Que ce soit Severac ou le Nyctalope, leur don a son revers de la médaille.
Si le récit tient en haleine, le graphisme n'a rien à lui envier. Les dessins de Gess démontrent encore une fois que nos artistes n'ont pas à rougir des américains. Cadrages dynamiques, en lien avec le récit. Mise en cases très classique, certes, et ça fonctionne ! Pas besoin de mise en page éclatée.
Ici, on apprécie le dessin, le récit, leurs efficacités multipliées par l'utilisation de la couleur. Ce livre est l'exemple type qui rallie les amoureux des super-héros ainsi que les bédéphiles. La maquette du livre, petit format, récit découpé en épisodes avec les couvertures correspondantes, renvoie aux maquettes des comic-books.
Finalement, La Brigade chimérique ne serait-elle pas le renouveau des artistes européens ?
 
Hervé Beilvaire
Bede-news 
+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade chimérique - Culturellement Geek
Posté le 23 février 2012 -

Les super-héros à l’aube de la seconde guerre mondiale

En 1938, l’Europe s’apprête à basculer dans les horreurs de la guerre. Nés pour la plupart dans les tranchées de 14-18, victimes de bombardements expérimentaux au radium, les héros superscientifiques sont devenus la principale force politique européenne.


En France, Saint-Clair, dit Le Nyctalope, allié à Giberne, l’Accélérateur londonien, est le protecteur officiel de Paris, désigné dans des circonstances nébuleuses par la légendaire Marie Curie, fondatrice de l’Institut du Radium, qui s’est éteinte en 1934. La propre fille de Marie Curie, Irène Joliot-Curie, tente toujours de redonner son lustre au vénérable établissement de sa mère, mais ses accointances avec Nous Autres, la force superscientifique communiste, l’affaiblit considérablement sur le plan politique.

Des dissensions malvenues à l’heure où l’apparition de la Phalange en Espagne déséquilibrent dangereusement les rapports de forces. S’étant allié au Docteur Mabuse, créateur des Crânes de III° Reich et à l’italien Gog, ce nouveau monstre superscientifique ajoute à la confusion ambiante, sous l’œil impavide des Américains, distants témoins de la dégradation des relations sur le Vieux Continent.

Alors qu’il devient clair pour tous que la situation politique échappe à tout contrôle, Irène Joliot-Curie à peut-être trouvé la clef qu’espèrent la France et l’Angleterre pour retourner la situation : la Brigade Chimérique, jusque-là simple légende qui accompagnait le fantôme de sa mère, et dont la réalité vient finalement d’éclater au grand jour. Un quatuor à la puissance phénoménale, peut-être capable de s’opposer à la mégalomanie de Mabuse.

 

Une mélange de genre réussi pour une œuvre ambitieuse

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi tous les super-héros étaient américains ? Que sont donc devenus nos super-soldats, où étaient-ils durant la Seconde Guerre Mondiale ? Voilà l’épineuse question à laquelle Serge Lehman et Francis Colin souhaitent répondre avec la Brigade Chimérique, une aventure superscientifique en six tomes dans l’Europe de la fin des années 30.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, à l’époque où Superman et Doc Savage dévoilaient leur existence au monde, l’Europe possédait déjà depuis plusieurs décennies ses super-héros. Porte-étendards de notre culture, contemporains de Holmes et de Fantômas, ils étaient bien différents de leurs homologues américains.

Seule témoignage de leur existence oubliée, la Brigade Chimérique nous prouve avec maestria que les histoires de super-héros n’ont pas vocation de dépendre forcément de la culture nord-américaine, et que la BD franco-belge est parfaitement capable de se l’approprier, avec au moins autant de talent.

L’ouvrage est brillant, mêlant adroitement l’ambiance européenne début de siècle avec la narration historique et les super-héros de comics sans jamais céder aux facilités de l’emprunt, s’appropriant complètement chaque apport extérieur pour l’incorporer à son univers. De cette œuvre plurielle se dégage un attrait énorme, empreint de fascination pour ces héros d’un passé fictif, qui cèderont finalement leur place au commandant Robert Morane et son écossais d’ami dans la littérature française.

Le trait brut de Gess, mêlant parfois découpes photographique en noir et blanc à ses illustrations épurées, va à l’essentiel. Parfois frustrante, cette simplicité apparente dissimule de très belles planches et une parfaite justesse du trait.

Unique et intelligente, la Brigade Chimérique est la réponse franco-belge aux comics américains, et elle n’a pas à rougir de la comparaison !

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade chimérique - Nouveau regard
Posté le 11 juillet 2012 -

Mais en fin de compte, par quel mystérieux hasard les récits de super-héros sont-ils restés un genre spécifiquement américain, alors même que l’imaginaire était aussi fertile des deux côtés de l’Atlantique ? Les auteurs de La brigade chimérique apportent enfin une réponse convaincante à ce questionnement lancinant, en mettant en scène des super-héros issus de la littérature française, et en expliquant pourquoi ils ont disparu à l’issue de la Deuxième Guerre Mondiale. Un tour de force !

Nouveau regard

+
Gess, Lehman, Colin & Bessonneau - La Brigade chimérique IV - Mauvais genres
Posté le 24 juin 2013 -
Jean Severac est à Paris. Il essaye de repérer, avec George Spad, Gregor Samsa. Pendant ce temps, à Moscou, "Nous Autres" démontre l'efficacité de la pensée unique du peuple. Les alliés s'unissent pendant qu'à Metropolis, le gang M met en branle un effroyable projet.

Si ce résumé vous paraît complexe, reportez-vous aux chapitres précédents de La Brigade chimérique. Divisée en épisodes, cette intrigue s'intensifie au fil des tomes. Loin de certaines images rétrogrades du récit super-héroïque, La Brigade chimérique s'appuie sur les bases de l'histoire. Le communisme qui monte, la nazification allemande, mêlés aux sciences de l'époque. C'est par ce biais que les auteurs font un travail remarquable. Il n'est pas question de combat, de science, de politique, de magie, mais de tout cela imbriqué méticuleusement. C'est un véritable hommage à la littérature populaire, aux feuilletons qu'achetaient nos parents, voire nos grands-parents. C'est aussi une bande-dessinée super-héroïque. Les héros dévoilés sont tous humains et, finalement, n'ont rien de "super". Si Peter Parker (alter ego de Spider-Man) dit souvent : "un grand pouvoir implique de grandes responsabilités", on pourrait ajouter ici qu'en avoir agit sur votre corps. Que ce soit Severac ou le Nyctalope, leur don a son revers de la médaille.

Si le récit tient en haleine, le graphisme n'a rien à lui envier. Les dessins de Gess démontrent encore une fois que nos artistes n'ont pas à rougir des américains. Cadrages dynamiques, en lien avec le récit. Mise en cases très classique, certes, et ça fonctionne ! Pas besoin de mise en page éclatée. Ici, on apprécie le dessin, le récit, leurs efficacités multipliées par l'utilisation de la couleur. Ce livre est l'exemple type qui rallie les amoureux des super-héros ainsi que les bédéphiles. La maquette du livre ? petit format, récit découpé en épisodes avec les couvertures correspondantes ? renvoie aux maquettes des comic-books. Finalement, La Brigade chimérique ne serait-elle pas le renouveau des artistes européens ?
 


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
Livre9
Le Jeu de Cuse
Wolfgang Jeschke
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En novembre, tous les ebooks de David Weber à 4,99e
Posté 13 novembre 2017 -
davidweber_site.jpgEn novembre, tous les ebooks de David Weber sont à prix réduit. Profitez-en pour découvrir la saga Honor Harrington.
+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]