L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Flambant 9 | L'homme truqué
Commande librairie Logo caddie
  • Flambant 9

Serge Lehman / Gess

L'homme truqué

L'homme truqué

Date de parution : mars 2013


Illustrateur : Gess

Collection : Flambant 9

ISBN13 : 9782841726134

Nombre de pages : 64
Prix : 15,00 €
État : disponible

L‘homme truqué est une très libre adaptation du roman éponyme de Maurice Renard paru juste après la Première Guerre mondiale et dont l’argument est le suivant : le 27 mai 1918, le lieutenant Jean Lebris, grièvement blessé au visage lors d’un assaut sur le Chemin des Dames, est kidnappé par une mystérieuse organisation qui teste sur lui un système expérimental de vision électrique. Relâché six mois plus tard près de Paris, Lebris, défiguré, terrorise la population des faubourgs et devient une sorte de légende urbaine  : l'Homme truqué.

  • Revue de presse
+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - ArchéoSF
Posté le 21 mars 2013 -

Serge Lehman & Gess nous ont déjà ravi avec La Brigade chimérique. Voici qu'ils reviennent avec une libre adaptation de L'Homme truqué de Maurice Renard, un auteur important dans l'histoire de la littérature conjecturale tant dans le domaine de la fiction que dans celui de l'essai. La bande dessinée paraît officiellement demain mais on peut admirer depuis quelques jours les premières planches sur le site BDgest.

Publiée par L'Atalante dans la collection Flambant 9, L'Homme truqué reprend en partie l'univers de La Brigade chimérique avec la fin de la Première Guerre mondiale, l'Institut du Radium,... Belle aventure à n'en pas douter... On ne peut qu'espérer que les multiples allusions dans la bande dessinée (que ce soit de Lehman, Nolane, Lofficier et d'autres) faites à des textes anciens relevant de la littérature conjecturale donneront envie de se (re) plonger dans un domaine souvent éclipsé par sa petite sœur d'outre-atlantique...

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Scénario.com
Posté le 25 mars 2013 -

27 mai 1918, le Chemin des Dames. La bataille fait rage. Des soldats français sont décimés par un avion allemand. Le capitaine Lebris court pour se trouver un abri. Il plonge dans un trou d'obus, reprenant son souffle, il a le temps de regarder la photo de sa fiancé, Fanny. Mais le repos est de courte durée. Une bombe explose près de lui, le blessant aux yeux. Il n'y voit plus rien. Il se réveille dans une sorte de chambre d’hôpital. une infirmière veille sur lui et appelle un docteur. Le bris pose la question de savoir s'il est aveugle ? Le docteur lui répond qu'il va voir cela...

Paris, janvier 1919. Les journalistes accueillent Madame Curie, de retour à l'Institut du Radium. Elle surveille les installations de son matériel et après rejoint ses appartements. Un homme l'attend dans la pénombre. Elle le reconnait : il s'agit de Léo Saint-Clair alias le Nyctalope. Ce dernier, après les politesses d'usages, lui propose une affaire : cela concerne celui que l'on appelle l'Homme Truqué...

Lorsqu'au dernier festival international de la Bande Dessinée d'Angoulême, j'ai interviewé Serge Lehman pour la série Masqué, nous sommes revenus sur La Brigade Chimérique et à cette occasion, il a pu nous parler de ce projet qui devait sortir dans les mois qui suivent et qui s'intitule L'Homme Truqué. Là, je dois bien vous avouer qu'il m'avait mis la puce à l'oreille et m'avait bien intrigué.

Il y a des livres qui sont de bonnes et belles surprises. C'est le cas de cette Homme Truqué, librement adapté de l'œuvre de Maurice renard (1921).

Ce récit est signé Serge Lehman et se situe dans l'univers de la Brigade Chimérique, qui d'ailleurs fait une apparition. Le scénariste de Masqué utilise les personnages du Nyctalope et de Marie Curie qui s'intéressent à cet Homme Truqué. Le mystère et le suspense sont bien entretenus dans cette histoire.

Tout d'abord, nous avons l'impression que Saint-Clair et Madame Curie poursuivent un criminel notoire et dangereux, mais au final, leur quête va être d'un autre genre, à la surprise du lecteur. La suite du récit devrait vous surprendre. Le scénario est fort bien écrit. Lehman met aussi en scène le romancier Maurice Renard lui-même.

Nous comprenons pourquoi il s’intéresse au capitaine Lebris. L'auteur joue aussi sur l'émotion. On a de la compassion pour cette "créature" qu'est devenue l'ancien capitaine, mais surtout les retrouvailles avec sa fiancée ont un goùt amer, difficile.

Lehman continue ses références à d'autres œuvres littéraires ou cinématographiques dans les pages de cet album. Lehman a une très bonne écriture, qui vous emporte facilement dans son imaginaire. Il n'a aucun problème pour vous emporter dans cette enquête du Nyctalope.

Au dessin, on est heureux de croiser à nouveau le talent de Gess. Mais quel génie dans la mise en scène, dans le choix du style, dans les décors, dans les personnages. Quelles belles pages cela donne ces fausses couvertures et titres de journaux de l'époque ! Même le choix des couleurs est judicieux. Et pour vous en convaincre, il suffit de feuilleter les premières pages de cette œuvre.

L'Homme Truqué est un passionnant récit, du très bon divertissement feuilletonnesque. Je ne peux que vous conseiller la lecture de cette oeuvre signée Lehman et Gess. De plus, je suis sure que, si cela n'a pas déjà été fait, cela vous donnera envie de vous plonger (ou de vous replonger) dans la série La Brigade Chimérique.

Mais en attendant, faites connaissance avec l'Homme Truqué !

Berthold

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Le blog bobd
Posté le 26 mars 2013 -

Rescapé miraculeux d’un bombardement allemand, Lebris va être victime d’une expérience mystérieuse pour réapparaître, affublé d’un casque métallique qui lui couvre la moitié du visage, sous le pseudonyme de l’Homme Truqué. Marie Curie et Le Nyctalope vont dès lors s’intéresser à son cas.

Feuilletonesque en diable cette suite de la Brigade Chimérique où l’on croise des araignées bioniques et des savants fous soviétiques, est au moins aussi passionnante et maîtrisée que la série mère. Dans un Paris uchronqiue cette histoire de superhéros avant l’heure manie suspense et aventure avec brio le tout porté par ce style graphique si particulier, devenu indissociable de la franchise.

Un excellent album.

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Temps de livres
Posté le 02 avril 2013 -

Janvier 1919. Marie Curie s'installe à l'institut du radium. Léo Saint-Clair (le Nyctalope) lui propose une association pour que la superscience aide la justice. Première mission : découvrir la vraie nature de l'homme truqué. Quel est ce personnage dont une partie du visage est recouvert d'un casque métallique ?

Pendant plus d'un an, les auteurs de La Brigade Chimérique avaient raconté la fin des supers-héros européens. Une histoire qui prend place dans l'univers de l'hypermonde. Pour le définir, reprenons ce que dit Régis Messac « Ce sont les mondes hors du monde, à côté du monde, au-delà du monde, inventés, devinés ou entrevus par des hommes à la riche imagination, des poètes. Il faut pour les visiter entreprendre les voyages imaginaires, les voyages impossibles. » Les trois auteurs seraient-ils des poètes ? Lisez La Brigade Chimérique pour le savoir, mais pour L'Homme Truqué, Serge Lehman et Gess le sont indubitablement.

En adaptant librement le roman éponyme de Maurice Renard, Serge Lehman revisite non seulement une partie de la littérature populaire, mais rend aussi hommage au genre (comic-book, roman-feuilleton, pulps). A l'opposé de la production actuelle qui propose des récits politiquement corrects, L'Homme Truqué est un récit de science-fiction, où toute vérité n'est pas bonne à dire (la véritable nature de l'homme truqué, la philosophie du Nyctalope). L'auteur introduit une ambiance inquiétante, proche de la réalité (incursion de parutions, de personnages, d'évènements réels) qui interroge le lecteur et s'il est curieux, lui fera chercher des réponses. Les personnages ont des caractères forts. On discutera du Nyctalope, le gentilhomme-justicier, on frissonnera avec Jean Lebris, on acclamera la ténacité de Marie Curie...

Pour illustrer ce récit, Gess est un auteur particulièrement inspiré. L'éditeur le définit comme celui qui met en images. Rien n'est plus exact. Avec son trait qui lui est propre, Gess retranscrit parfaitement personnages, attitudes et décors. Sa maîtrise de la mise en couleur rehausse l'ambiance fantastique du récit. Quant à sa vision de l'homme truqué, elle tout aussi réaliste que monstrueuse. Quand on parle d'image, il peut être question de graphisme, mais aussi de photographie. Dans ce récit qui rend hommage aux romans-feuilletons, Gess illustre à sa façon les deux arts.

Si le lecteur n'est plus surpris de l'habileté des deux auteurs, il retrouve avec joie cet univers proche de notre réalité. Empruntant différents codes, L'Homme Truqué se révèle aussi bien du comic-book que du roman-feuilleton illustré. Si ce livre est le seuil de l'hypermonde, si La Brigade Chimérique en est la fin, on espère avec la même maestria, le cœur du récit.

Hervé

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Les Sentiers de l'Imaginaire
Posté le 02 avril 2013 -

Ceux qui ont lu les six tomes de la Brigade Chimérique s’en souviennent sans nuls doutes comme une série audacieuse et inventive qui s’emparait du mythe du super-héros pour en écrire un pan européen prologue à celle qui a fleurit outre atlantique entre les deux guerres. Les héros sont nés dans le sang et la boue des tranchées pendant la grande guerre, à cause du souffle fétide des gaz de combats et des armes à rayon x qui y furent utilisés plus que de raison. Par de là le bien et le mal, ils ont pris peu à peu le contrôle des principales capitales européennes. Mais le spectre d’une nouvelle guerre se profile alors que de sombres menaces grandissent, menaçant jusqu’au souvenir de leur existence. Certains sont devenus des icônes, telle la Brigade Chimérique qui a fait parler d’elle dans le sillage de Marie Curie, la Reine du Radium, qui fit passer l’humanité de l’ère de la vapeur à celle du radium.

En refermant le sixième et dernier album, qui bouclait la boucle historique, refermant par la même l’uchronie, difficile de ne pas ressentir un pincement au cœur face au formidable potentiel inexprimé de cet univers à la fois original et séduisant… Le prolongement en jeu de rôle était presque naturel de par la densité de l’univers et les multiples intrigues qui pouvaient s’y développer…

C’est peu dire que ce projet conférant une origine européenne aux super héros américains était audacieux et ambitieux… mais le pari était plus que réussi et cette série éditée par L’Atalante a d’emblée fait sensation… Le subtil dosage entre fiction et histoire, les références multiples à des personnages où des évènements véridiques et à la culture populaire, la structure complexe et alambiquée du scénario, et le formidable travail graphique de Guess ont fait de cette série une série incontournable.

Et voilà que Serge Lehman et Guess nous propose de nous replonger dans leur univers pour ce qui pourrait être considéré comme un prologue aux Brigades Chimériques.

La guerre vient de s’achever. Une créature baptisé l’Homme Truqué par la presse à sensation commence à terroriser la population aux portes de Paris. Le Nyctalope et Marie Curie vont s’allier pour tenter de le capturer. Ils apprendront qu’il combattait lors de l’offensive du Chemin des Dames lorsqu’il perdit la vue lors de l’explosion d’un schrapnell le 27 mai 1918. Kidnappé par une mystérieuse organisation qui lui rendit la vue grâce à une machine aussi mystérieuse qu’ingénieuse, il est relâché, sans un mot d’explication. Mais à sa vue humaine fut substituée une vue de l’électricité et des impulsions électriques qui siègent dans chaque créature du règne animal… Son étrange pouvoir superscientifique lui permettra peut-être de mettre fin à une sourde et inquiétante menace qui grandit dans la capitale…

L’adaptation de ce roman éponyme de Maurice Renard, ou plutôt sa relecture par le prisme des "Brigades Chimériques", est un réel délice. Serge Lehman s’empare du personnage du lieutenant Jean Lebris pour en faire l’un des rouages d’un scénario encore et toujours intrigant et captivant. L’exploitation du contexte historique est faite de façon très judicieuse et le découpage en chapitre qui respecte l’aspect feuilletonesque du roman comme de la série-mère impulse un rythme appréciable à ce one shot plus que convaincant… tout en permettant à Gess de proposer d’élégante pages de garde inspirée des unes de la presse de l’époque. Son travail graphique est une nouvelle fois remarquable, tant dans sa narration extrêmement fluide que dans le soin apporté aux décors et aux objets superscientifiques qui émaillent le récit, conférant à l’ensemble densité et crédibilité.

L’homme truqué est un délicieux prolongement de l’univers échafaudé par Fabrice Colin et Serge Lehman avec leurs Brigades Chimériques. Les amateurs de la série-mère ne peuvent passer à côté de cet album qui prolonge la magie distillée par les six tomes de cette dernière. Quand à ceux qui ne connaissent pas cette œuvre qualifiée de radiumpunk par ses créateurs, en référence au stempunk, nous ne pouvons que leur conseiller vivement de s’y plonger sans tarder avant de lire L’homme truqué. Ils ne le regretteront pas.

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Rom51
Posté le 02 avril 2013 -

L'Homme truqué est un pur régal pour l'amateur à la fois du roman d'origine (dont il est une relecture respectueuse) et de l'univers développé en filigrane dans la Brigade chimérique. Il est d'ailleurs à noter que Serge Lehman suit ici une certaine logique : ainsi, si la Brigade chimérique était le point final de l'histoire des surhommes européens, l'Homme truqué en est en quelque sorte le commencement. En effet, si le Nyctalope semble déjà oeuvrer depuis quelques temps, Marie Curie revient à peine de la Grande Guerre et accueille les premières victimes de la superscience dans son Institut ; l'Homme truqué est le premier surhomme à y être recruté. Nous sommes en 1919, vingt ans avant que l'Anti-être ne remporte (temporairement) la victoire sur l'imaginaire merveilleux-scientifique, et bien que les prodiges de la superscience ne soient pas tout à fait inédits, l'âge d'or des surhommes débute à peine. Après nous avoir narré la fin de l'histoire, Lehman et Gess reviennent donc au commencement et encadrent ainsi leur Hypermonde avec deux solides bornes entre lesquelles l'univers pourra continuer à se développer de façon cohérente maintenant que les fondamentaux (thématiques, narratifs, chronologiques) en ont été posés. Nul doute que de nombreuses autres histoires sont encore à raconter durant ces deux décennies ! (d'ailleurs, au détour d'un dialogue entre Maurice Renard et Rosny Aîné, on peut prédire qui sera le protagoniste du prochain album - et c'est fort alléchant !)

Le scénario de l'Homme truqué est une belle réussite. Ici, l'ambition n'est donc plus d'apporter une réponse symbolique (quasi psychanalytique) à la dramatique carence de l'Europe en matière d'imaginaire super-héroïque, mais bien de se ré-emparer sans complexe du courant merveilleux-scientifique et de ses dieux et héros pour raconter (ou re-raconter) les fabuleuses aventures qui émerveillaient les lecteurs et spectateurs de l'époque - bref, s'approprier cet héritage, le dépoussiérer un peu, le moderniser même afin de recréer cet enchantement à destination du lecteur, du spectateur d'aujourd'hui. Pour ce faire, Serge Lehman marche donc dans les pas de Maurice Renard et met en scène un surhomme touchant et atypique. Considéré comme un monstre (même par lui-même), il est traqué en tant que tel et la première partie de l'album nous montre comment le Nyctalope et Marie Curie vont le capturer et tenter de le ramener à la vie civile - dans une débauche de péripéties bien superscientifiques ! Agents du CID, stratogyres, halo supernoir : rien ne manque de la panoplie habituelle de Léo Saint Clair et on peut y ajouter la vision électrique de l'Homme truqué, qui fait de lui un adversaire redoutable même face à quelqu'un capable de voir dans l'obscurité la plus totale...

Maurice Renard est lui-même également convoqué dans le récit - selon la logique mise en place dans la Brigade chimérique où les auteurs de romans scientifiques devenaient les biographes des personnages qu'ils avaient inventés. Ce sont d'ailleurs les actions de ce duo - Jean Lebris et son futur hagiographe - qui sont le moteur de la seconde partie du récit, dans laquelle Serge Lehman a l'intelligence de recycler un autre roman de Maurice Renard (le Péril bleu) afin d'injecter dans son histoire une menace que seul l'Homme truqué peut déjouer grâce à son don. Une façon élégante de chimériser l'œuvre d'un auteur majeur du courant merveilleux-scientifique : bel hommage en même temps qu'idée brillante pour relancer l'action et permettre à Jean Lebris d'achever son périple initiatique. De monstre rejeté, il devient héros populaire - le premier surhomme issu de la Grande Guerre à accepter son destin, ouvrant la voie pour les suivants.

La partie graphique de l'Homme truqué est un véritable enchantement - et je pèse mes mots. Gardant le dynamisme (fortement inspiré du comic-book) qu'il avait su insuffler dans la Brigade chimérique, Gess affine encore son trait ici pour nous livrer des planches d'une virtuosité ébouriffante. Aussi à l'aise dans le drame et l'introspection (parvenant à créer l'empathie pour un personnage dont la moitié du visage - dont les yeux - est dissimulée derrière un complexe appareillage) que dans l'action feuilletonesque (mettant en scène une action cinématographique en diable grâce à un sens du découpage sans faille), il apporte une finesse inédite à son style - et la mise en couleur achève de sublimer le tout. Le grand défi de cet album était également de nous faire comprendre la vision électrique de l'Homme truqué : pari gagné grâce au choix d'une vision subjective sur plusieurs cases, nous montrant la façon dont Jean Lebris perçoit le monde (il discerne l'activité électrique et voit ainsi les êtres vivants comme des amas d'impulsions énergétiques) de façon à la fois évocatrice et poétique.

Une excellente histoire et un dessin superbe font donc de l'Homme truqué une totale réussite, car au plaisir de lire une aussi bonne bande dessinée s'ajoute celui de retrouver un univers familier - mais différent, du fait du décalage temporel (on assiste au début de l'âge des surhommes européens). Ici, le Nyctalope est encore jeune et svelte - et bien plus sympathique que dans la Brigade chimérique. Voir Marie Curie en action est également jouissif. Ajoutons que la Brigade chimérique elle-même fait une apparition remarquée et vous comprendrez que le fan de l'oeuvre d'origine se trouve comblé par cet album - qui n'a finalement qu'un seul défaut : il est trop court et nous donne envie d'encore plus d'aventures chimérques. (...)

Rom1

 

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Merveilleux scientifique
Posté le 03 avril 2013 -

Les maîtres de la lumière !

Le fait seulement de prendre le volume dans ses mains et de voir inscrit un titre qui n'en fini pas de nous fasciner est déjà un facteur de bonne augure. De contempler en outre la magnifique couverture où un homme est en proie à une traque terrible, acculé derrière un arbre entre un curieux engin volant et une bande de chasseurs aux yeux de braises et brandissant une rame singulière, le ton est définitivement donné. On devine dans l'habile jeux d'ombres, traversé d'une spectrale lumière verdâtre, le visage de l'homme surmonté d'un casque dont on soupçonne les propriétés fantastiques....Une image qui en dit long et les vieux lecteurs que nous sommes, commencent déjà à sentir les prémices d'une aventure qui fleure bon un certain parfum d'antan.

En reprenant le personnage de cette magnifique nouvelle, Serge Lehman contribue avec cette BD superbement illustrée par Gess, à une suite logique et attendue des terribles événements dont Jean Lebris fut la malheureuse victime. Cette idée de prolonger ainsi son incroyable aventure est tout à fait justifiée, non seulement pour donner plus de corps et étoffer ainsi l'univers de la « Superscience » et continuer l'édification des origines des supers-héros Français, mais permet en outre de développer certaines idées et hypothèses à peine esquissées par Maurice Renard et révélées ici pour notre plus grand plaisir.

Sorte de « Cyclope rétro » avec son curieux appareillage de vision, donnant une dimension fort spectaculaire à cet « homme truqué », cette idée de changer l'appareillage de vision est assez bien trouvé, lui permettant de se détacher du commun des mortels, de l'identifier plus facilement et surtout de le distinguer d'un autre personnage de « L'hypertmonde », le Nyctalope. Affublé lui aussi d'une vision nocturne hors du commun, gardien bienveillant d'un Paris sous la menace perpétuelle d'événements étranges, il sait que cet homme peut se révéler un allié utile dont il faudra désormais accepter les extraordinaires propriétés.

Nous prenons ainsi pleinement conscience de cet univers dont il va falloir se familiariser, peuplé d'aussi singuliers mutants Cette merveilleuse femme de science, directrice de l'institut du radium et forte de ses expériences pendant ces dures années de guerre, se prépare à un tournant décisif de l'histoire. Tous savent que ce conflit a généré certaines abominations et qu'un combat de longue haleine commence à prendre forme. La science et son inexorable apogée est sur le point d'avorter de certaines anomalies qu'il faudra bien affronter.

De fait l'univers que nous propose les deux co-auteurs, est-il un savant mélange de celui si riche et si complexe du « merveilleux scientifique » où des éléments épars de cette littérature vont se croiser dans une logique sans faille et faisant appel à des références qui ne pourront que séduire l'amateur du genre. L'intervention à la fin du volume de la fameuse « Brigade chimérique » est un puissant rappel à cet univers déjà mis en place lors de la création de cette unité d'un genre spécial :

« Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté...Mais pas aux araignées ! » S'exclame un des membres avant de passer à l'action !

Dans un Paris qui vibre d'une effervescence toute nouvelle, Maurice Renard en personne se fera le rapporteur des étranges événements qui vont se succéder à une vitesse folle, le témoin et un membre actif de son propre univers qu'il à créé dans ses fictions et prenant forme ici de la manière la plus inattendue : la boucle est bouclée !

Comme pour vouloir donner plus de corps et de cohérence à ce récit le cliché de fin, réalisé par le tout jeune Brassaï est d'une grande beauté et laisse présager une suite aux accents retentissants Cette histoire est traversée de fulgurance visuelle et scénaristique d'une pertinence qui font plaisir à savourer, ainsi ce rappel à un autre grand roman de Maurice Renard « Le péril bleu » venant s'articuler sur un passage du texte d'origine de « L'homme truqué » :

« Qui prouve que l'accoutumance des appareils fabriqués par Prosope n'a pas permis à Jean Lebris de distinguer plus avant, et de découvrir un monde clandestin, un peuple exclusivement formé d'électricité constitué par un fluide si subtil que nos détecteurs les plus impressionnables n'en sont pas influencés ? Un homme, enfin, a-t-il pu entrevoir l'une de ces rares invisibles dont il est philosophique de dire qu'elles nous environnent ? Et cette race use-t-elle à son gré de l'humanité sans que l'humanité s'en doute ? »

Autant de questions, lourdes de conséquences et qui trouvent écho dans cet album, permettant de rebondir sur la thématique de l'invasion extraterrestre dans un final extraordinaire à la hauteur d'une intrique vous tenant en haleine de bout en bout. Et le lecteur ne peut cacher son plaisir face aux nombreuses références qui jalonnent le récit, telle cette rencontre avec Ronsy Ainé, prétexte à un échange des plus savoureux, cette colonne Morris qui affiche une projection du film de Feuillade « Les vampires », cet éditeur Américain qui sur la terrasse d'un café assiste médusé à la destruction du grand palais par les « Sarvants » et trouvant matière à une future histoire (un auteur de Pulp's puisant son inspiration dans « l'Hypermonde »....quelle ironie !) ou cette succulente allusion du Nyctalope au sujet de son biographe :

« Soyez indulgent, Lebris. Tous les feuilletonistes font ainsi, si vous connaissiez celui qui raconte mes aventures ! »

Les allusions ne manquent pas, étoffant un univers riche et généreux. Visuellement l'ouvrage s'avère très réussi et certaines séquences sont tout simplement époustouflantes. La capture de nuit de « L'homme truqué » par Marie Curie et le Nyctalope sont des temps forts de l'album, tout comme la découverte des « Sarvants » construisant un aéronef dans les entrailles du grand palais ( on se remémore un cas similaire dans la nouvelle de Campbell « Who goes there ? ») et le flash-back expliquant au lecteur le terrible épisode du « Péril bleu », baignant volontairement dans un halo bleuté où toutes choses revêtent un aspect vaporeux et irréel.

Le dessin est d'un réalisme surprenant, les couleurs bien nuancées, nous nous retrouvons face à un Gess au style plus abouti, et lorsque j'ai relu la nouvelle de Maurice Renard avant de me plonger dans la BD, malgré les descriptions méticuleuses de l'auteur concernant les « visons » de Lebris, j'étais comme peu frustré, car il me manquait quelque chose. Ce « Petit rien » je l'ai trouvé dans la visualisation de l'artiste, lorsqu'il dessine la vision de l'homme truqué. Le rendu est absolument magique et vous immerge complètement dans l'appareil spectrographique du surprenant personnage.

Truqué ! Je salue ici le merveilleux écrivain qui parvint à trouver un titre si bien approprié car ce mot est l'expression même de quelque chose que l'on transforme pour détourner de sa fonction première, un artifice permettant de modifier de faire croire que....

Dans le cas du personnage de Maurice Renard, il fut effectivement « modifié » et s'il fut « truqué », ce n'est pas pour son intérêt personnel, ni pour lui apporter quelques réconforts, mais pour le bien d'une science impitoyable qui se moque éperdument des états d'âmes de ses victimes. Toute la force et la dramaturgie de cette longue nouvelle réside dans la violence du propos (toutes les personnes impliquées meurent), la fait que la victime reste dans l'interrogation du Qui ? Pourquoi ? Comment ?, mais aussi le fait qu'elle est l'instrument d'une puissance occulte se jouant de sa vie et n'éprouvant guerre plus d'empathie que pour une souris de laboratoire : Etrange destinée que celle de ce personnage hors du commun,dont le regard pénétrant aurait pu bien changer de choses. Mais le propre regard de l'auteur posé sur la science, sa conscience et son profond humanisme en décida tout autrement.

Le fait d'avoir prolongé le destin de ce « Super Héros » est la preuve supplémentaire que notre imaginaire ancien est un vivier inépuisable, riche d'un potentiel insoupçonné, qui ne demande qu'à ouvrir grand ses bras à des auteurs et illustrateurs suffisamment talentueux pour ranimer et entretenir cette puissante flamme de ce « merveilleux scientifique ».

C'est ainsi que naissent les légendes et c'est ainsi que l'univers de « L'Hypermonde » est en passe de devenir une référence du genre !

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - BDGest'
Posté le 05 avril 2013 -

Le 27 mai 1918, l’artillerie allemande pilonne les lignes françaises au chemin des Dames. Afin d’arrêter la percée des armées du Kaiser, le 146ème du capitaine Lebris monte défendre les ponts de l’Aisne. Un tir de shrapnell le laissera aveugle sur le champ de bataille. Six mois plus tard, un être étrange sème la terreur dans la banlieue nord de Paris. Lancés à ses trousses, Marie Curie et Léo Saint-Clair découvriront un Lebris métamorphosé, appareillé de curieuse manière. Sur sa tête, un harnachement métallique lui permet de voir à nouveau, mais en lieu et place des images qu’enregistrait sa rétine, son cerveau visualise désormais les champs électriques.

À travers L’homme truqué, le scénariste de La Brigade chimérique reprend une thématique qui lui est chère : le super-héros, à l’européenne ! De fait, de ce coté ci de l’Atlantique, l’iconographie du surhomme n’a jamais vraiment émergé, laissant un boulevard éditorial à la cohorte d’hommes masqués et capés venus des États-Unis. Toutefois, et depuis peu, le Panthéon des demi-dieux hexagonaux s’orne de nouvelles figures. Faut-il y voir une prise de conscience tardive ou plus pragmatiquement une opportunité commerciale à saisir ? L’avenir le dira ! Quoiqu’il en soit, après Solé et son décalé autant que précurseur Super Dupont, Enrique Breccia (Les Sentinelles) ou Stéphane Créty (Masqué) voire Philippe Adamov (Dakota) tentent d’imposer des supermen (et women) made in France ! Faut-il s’en réjouir ? À la lecture de cette nouvelle publication de L'Atalante, la réponse est assurément oui.

Serge Lehman joue sur plusieurs tableaux pour développer son univers. Tout d’abord, il pose la science comme la bienveillante source de tous les progrès et en fait, de facto, la condition sine qua non à l’apparition des principaux protagonistes de ce récit comme de ceux qui suivront. Parallèlement, en usant d’une narration empruntant tour à tour à la biographie, au récit ou au feuilleton, il décline son scénario en autant de registres qui lui donnent non seulement un rythme, mais également une visuelle et virtuelle légitimité en l’assimilant, dans sa mise en forme, aux parutions du début du siècle dernier. Dans cette même veine, le trait semi-réaliste de Gess, s’appuyant sur un design technologique rétro-futuriste, utilise à bon escient un encrage appuyé et une couleur essentielle à la compréhension de l’histoire puisqu’elle oscille entre la nuit la plus sombre - où Lebris et le Nyctalope sont confinés - et les couleurs d'un monde qu’eux seuls sont en capacité de percevoir.

En parallèle des Brigade Chimérique, cet album évoque brillamment la part d’ombre et de lumière qui accompagne chaque super-héros !

S. Salin

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Planète BD
Posté le 08 avril 2013 -

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après le succès inattendu de La Brigade Chimérique, Gess et Serge Lehman reviennent aux origines de l'organisation et aux sources de l'Hypermonde en adaptant librement le roman éponyme de Maurice Renard, paru peu après la Première Guerre mondiale. Le pitch intéressant - une gueule cassée opérée par des savants fous qui retrouve une vision électrique et terrorise Paris - est le prétexte à une réflexion toujours aussi stimulante sur le statut ambiguë du héros, modèle voué aux ténèbres, la symbolique du monstre magnifique, mais aussi le rôle de la science - progrès ou fléau ? "Prophétie ou menace ?" "Merveilleux scientifique" - et son usage. S'appropriant les codes du feuilleton en les mélangeant à une veine comics, Lehman louvoie encore une fois entre l'hommage et la fiction autonome, lorgnant aussi du côté d'Alan Moore et sa fameuse Ligue des Gentlemen Extraordinaires. Les personnages, ambigus, sont dotés d'une belle profondeur tandis que le scénario pose les bonnes questions. A la fois intelligent, audacieux et divertissant, L'Homme truqué est le complément indispensable de la série-mère La Brigade Chimérique et autres Masqué. D'autant que Serge Lehman a depuis fluidifié ses récits et gagné en force narrative en ciblant l'essentiel. Le propos n'en est que plus limpide.

Un dessin vif, détaillé, spectaculaire et varié, une intrigue maline et solide, il n'en faut pas plus pour nous convaincre définitivement de la qualité de cet univers "radiumpunk" riche et fascinant, et de ce duo d'auteurs. En espérant une suite...

Olivier Hervé

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Littexpress
Posté le 12 avril 2013 -

Les sources et influences

L'univers des auteurs nous plonge dans une ambiance « steampunk » ou plutôt devrait-on dire « radiumpunk ». Cet ouvrage s'inscrit dans les années 30, période qui a fasciné le scénariste Serge Lehman avec leurs héros de feuilletons fantastiques et de science-fiction. Ce sont d'ailleurs ces feuilletons oubliés qui ont servi au scénariste à créer les « super-héros européens ». Cette création répondait aussi à un vide : petit, le scénariste ne comprenait pas pourquoi les super-héros étaient tous américains et a voulu combler cette frustration après avoir découvert que ces héros avaient existé dans la littérature populaire de l’entre-deux-guerres.

Au delà de cette influence, les auteurs créent un univers reprenant l'ambiance et les codes de cette époque : fausse propagande reprenant tous les codes du genre, naissance du cinéma, présence de feuilletonistes au fil de l'histoire. Cet ouvrage constitue donc un hommage à cette littérature, mais aussi, en un sens, à cette époque, à l'ambiance des années 30.

Cet ouvrage réinterprète aussi des données historiques : Première Guerre mondiale, nazisme, Seconde Guerre mondiale, découverte du radium, communisme soviétique. En somme, le fantastique ne fait que s'intégrer avec finesse dans une trame historique bien connue, laissant ainsi quelques repères fixes au lecteur.

Avis sur l'ouvrage

Étant lectrice de comics, j'avais moi aussi ressenti la même frustration que Serge Lehman : pourquoi diable tous ces super-héros naissent-ils de l'autre côté de l'Atlantique ? Aussi, voir un auteur créer ou plus exactement faire resurgir de l'ombre ces héros européens m'a tout de suite enthousiasmée.

L'histoire, portée par un dessin très fluide m'a captivée très rapidement, et malgré la densité du récit et des références, j'ai pris énormément de plaisir à lire cet ouvrage. Mais je crois que ce qui me rend encore plus sensible à cet ouvrage, ce sont les références à la littérature que l'on peut trouver au fil des pages, véritable hommage à l'écriture.

Alternant humour et intrigue prenante, cet ouvrage est à mettre entre les mains de tous les amateurs de super-héros, de fantastique, ou même simplement des curieux amoureux de littérature en tous genres. De plus, l'édition en intégrale est d'un point de vue formel très belle et possède un dossier très complet, intéressant pour comprendre toutes les références de l'ouvrage. 

Céline

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Buveurs dencre
Posté le 17 avril 2013 -

Si vous avez aimé la Brigade Chimérique, retrouvez l'univers "radiumpunk" de la série dans ce nouvel album qui s'inscrit dans le même univers fictionnel.

Nous sommes en 1918. Le lieutenant Jean Lebris est grièvement blessé aux yeux dans un des derniers combats de la première GM. Il est kidnappé par une mystérieuse organisation qui teste sur lui un système expérimental de vision électrique. Relâché six mois plus tard près de Paris, Lebris, affublé d'une prothèse en métal qui lui mange la moitié du visage terrorise malgré lui la population. La presse à sensation lui trouve son nom : l'homme truqué.

Pour éviter que la psychose ne s'installe, le Nyctalope et Marie Curie décident de mettre la main sur l'Homme Truqué. Ils comprennent vite que Lebris est un homme honnête et droit, dont les superpouvoirs (il perçoit visuellement les flux électriques) vont lui permettrent de contrer une menace venue d'un autre monde. L'Homme Truqué sera secondé dans son enquête par Maurice Renard, écrivain et journaliste, qui apparaît donc auprès de sa créature puisqu'il est l'auteur du roman dont cette BD est très librement adaptée.

Univers cohérent et hyper référencé, mise en abyme perpétuelle, savant mixage de personnages historiques et de héros phares de la littérature populaire du début du 20e siècle, on peut comparer l'univers de la Brigade Chimérique à celui de la ligue des gentlemen extraordinaires, créée par Alan Moore. Un must pour les amateurs du genre.

Yves

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Phénix Mag
Posté le 19 avril 2013 -

Après la fin de la Première Guerre mondiale, un homme sème la panique dans le nord de Paris. Avec son étrange casque, il semble se jouer de la nuit et échappe facilement à la police. Le Nyctalope, aidé par Marie Curie, tente de le capturer pour éliminer cette menace et comprendre les pouvoirs de cet homme.

L’histoire s’inspire du livre éponyme de Maurice Renard, et se voit intégrer de superbe façon dans le monde mis en scène dans la Brigade chimérique. L’intrigue est bien menée, mais c’est par son étrangeté que ce monde séduit. L’image colle parfaitement aux textes et les couleurs, parfois inquiétantes, rythment le récit au fil des pages.

Une passionnante découverte de l’univers des Brigades chimériques.

Chris de Savoie

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - BD Sud-Ouest
Posté le 22 avril 2013 -

Gloria, Alleluia ! Le duo Gess-Lehman, que l'on pensait en stand–by après la clôture de La Brigade Chimérique, est de retour. Nous avions fort heureusement tort. La surprise n'en est que plus belle.

Magistrale saga relatant les toutes dernières heures de gloire des super-héros européens, La Brigade Chimérique regroupait, à l'instar de la Ligue des Gentlemen Extraordinaires de Moore, les créations des grands feuilletonistes de l’entre-deux guerre, à l’orée d’un nouveau conflit mondial, dans un ensemble osé, dense et passionnant.

Les deux auteurs nous livrent un prequel prenant place près de vingt ans avant la série-mère, placé dans un univers qu'il est convenu d'appeler l'Hypermonde. L’homme truqué, relecture des écrits éponymes de Maurice Renard, met en scène un officier de l’armée française rendu aveugle dans les tranchées, qui sert de cobaye à une équipe scientifique. Cette dernière lui greffe un appareillage qui lui permet de voir les courants électriques. Un don ? Certainement. Une malédiction ? Encore plus sûrement. Capturé par Marie Curie, la reine de l’Atome, alors au faîte de sa gloire, et le Nyctalope , déjà hanté par sa postérité, il s’allie à eux pour lutter contre un danger extraterrestre.

Serge Lehman poursuit avec ce récit son travail de réhabilitation d'une littérature de genre trop souvent tombée dans l'oubli, véritable devoir de mémoire, en remettant au goût du jour ces personnages souvent étonnants, contemporains de Fantômas et du Docteur Cornelius. Il y peaufine une réflexion sur la notion de super héros, sillon qu’il creuse également dans une seconde série, Masqué, aux éditions Delcourt.

Gess adapte son trait à cette nouvelle période, offrant à cet univers vintage une véritable cohérence visuelle, bien loin des canons imposés par Tardi en la matière, dans son « Adèle Blanc-Sec ». Cet Homme truqué, premier tome des chroniques de l’Hypermonde, laisse présager le meilleur pour la suite. Parce qu’il y aura une suite, hein, les gars, déconnez pas ! En attendant, on va relire l'intégrale de la Brigade...

Philippe Belhache

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Blog à part
Posté le 30 mai 2013 -

Paris en 1919: alors que le peuple se réjouit de la fin de la Grande guerre, un être étrange à la tête de fer rôde dans la banlieue nord. Marie Curie, la « Reine du Radium », et Léo Saint-Clair, alias Le Nyctalope, joignent leur force pour capturer celui que les journaux ont appelé L’Homme truqué.

Si je vous dis que L’Homme truqué est une bande dessinée signée par Serge Lehman (au scénario) et Gess (aux dessins), vous aurez sans doute compris qu’il s’agit là d’une préquelle de La Brigade chimérique, des mêmes.

Comme souvent, on y trouve le héros et son biographe – en l’occurrence Maurice Renard, l’un des innombrables feuilletonistes fantastiques de l’époque. On y croise aussi d’autres personnages de l’époque, comme J.H. Rosny aîné et Brassaï.

L’intrigue est tout à fait dans l’esprit de l’époque, avec une invasion extra-terrestre (reprise du Péril bleu, du même Renard), mais ce n’est pas un simple pastiche des ouvrages de l’Entre-deux-guerres. Il comporte quelques approches intéressantes et modernes, comme des considérations sur le thème des monstres dans la société et de l’altérité.

D’un point de vue graphique, le style de Gess a tendance à ne laisser personne indifférent, mais personnellement, je trouve qu’il apporte un certain cachet à l’ensemble. L’adjonction dans la narration de « cartons », sous la forme de coupures de journaux ou de couvertures de magazine, est une touche sympathique.

Même si ce n’est pas une bande dessinée du niveau de La Brigade chimérique, si on a aimé cette dernière, il est facile de se laisser séduire par L’Homme truqué. L’histoire est plaisante et bien réalisée et il y a clairement de quoi donner des idées aux amateurs de jeux pulp ou de super-héros (vous allez rire: il paraît qu’il y en a un qui fait les deux…).

Alias

Blog à part : troisième époque

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Mythologica
Posté le 24 juin 2013 -

Cette bande dessinée est une adaptation, très libre, du roman de Maurice Renard publié en 1921 qui est aujourd’hui tombé dans le domaine public. Vous pouvez donc le télécharger gratuitement si vous souhaiter connaître les origines de cette histoire. Le scénariste Serge Lehman fait donc revivre ce personnage né en 1921, avec l’aide de la plume de Gess. Cette BD fait suite à leurs précédents albums narrant les aventures de La Brigade Chimérique.

La bande dessinée raconte l’histoire de l’Homme truqué. Rapidement arrêté par Léo Saint-Clair et Marie Curie, on découvre que cet homme n’avait pas pour but de terroriser la population. Le capitaine Lebris a été enlevé sur le champ de bataille, mutilé, puis relâché sans explication. L’histoire prend ensuite un chemin bien différent et l’Homme truqué y jouera en grand rôle.

Ma première réflexion s’est portée sur le fait que je ne m’attendais pas à autant de science-fiction dans cette BD, ni qu’elle survienne si rapidement. On est en 1918 : les bases sont posées ; et puis, tout d’un coup, à la page d’après, on se retrouve face à une espèce de vaisseau spatial qui prend tout une page. Et ce vaisseau n’a en fait aucune origine extraterrestre, mais appartient bien aux enquêteurs humains !

Le style du dessinateur est assez agréable, il porte une attention particulière aux plis de mains, aux cheveux et aux plis des vêtements qui ont pour effet de donner vie aux protagonistes. Les traits traduisent bien le mouvement et nous entraînent dans l’action. Entre deux événements, Gess rend hommage aux différents styles graphiques de l’époque en consacrant une page entière à une affiche ou une couverture de magazine, puis il termine par un style photographique plus moderne qui vient appuyer le dernier rebondissement.

InfoComete

+
Lehman, Gess - L'Homme truqué - Le Parisien
Posté le 24 juin 2013 -

Dans la « Ligue des Gentlemen Extraordinaires », le fameux scénariste Alan Moore (« V pour Vendetta », « Watchmen », etc.) s’amusait à faire vivre des aventures à de vieux héros de la littérature fantastique, comme le Dr Jekyll ou le capitaine Némo, dans un Londres de fer et de vapeur. L’Homme truqué ne peut que plaire aux amateurs de cette BD. Cet album joue sur les mêmes ressorts : des superhéros dans un contexte à la fois rétro et futuriste aux nombreux clins d’oeils et références. Ainsi, on ne s’étonne guère de croiser une à qui le radium a donné des supers pouvoirs ou encore Maurice Renard, l’auteur même du livre dont la BD est une libre adaptation. Quelque peu cérébrale, cette histoire tient par son savant dosage entre mystère épais et franche action.

Le Parisien

+
Gess, Lehman - L'homme truqué - les vagabons du rêve
Posté le 09 juillet 2013 -
« L’ombre. La ténèbre. Voilà ce qui sied aux gentilshommes-justiciers » (p. 11). 
Sans avoir lu L’Homme Truqué (1921), le roman de Maurice Renard qui a servi de base à cet album de B.D, on peut néanmoins éprouver davantage qu’une simple curiosité à sa lecture. Lehman et Gess s’en sont vraisemblablement inspirés en l’adaptant à leur univers de la Brigade Chimérique
Le roman, selon Les Maîtres du Fantastique en Littérature, a pour héros un « mutilé dont les yeux ont été remplacés par des électroscopes qui transforment sa perception : le voici continuellement plongé dans une féerie lumineuse, un monde nouveau et étrange » (p. 110). 
Le moins que l’on puisse dire c’est que ce personnage est ici pleinement respecté, avec de très beaux effets visuels colorés pour témoigner de sa vision surréelle. Le travail sur les couleurs est d’ailleurs l’un des points forts de l’album (comme dans la Brigade Chimérique), même si l’on peut regretter quelques scènes nocturnes monochromes où... l’on n’y voit pas grand'chose, un peu comme dans certains films visionnés sur une bonne vieille VHS. Question d’ambiance, sans doute, mais l’effet n’est pas franchement réussi. 
La Brigade Chimérique est un savant mélange de comics et de feuilleton. En six albums, la série décrit un monde où les (super) héros de la littérature populaire sont bien réels. Depuis, un jeu de rôles est né pour explorer plus avant sa richesse. On retrouve ici le Nyctalope, dans un rôle plus avantageux, et l’on se dit que le héros de Jean de la Hire a le vent en poupe ces dernières années, avec aussi les rééditions et les inédits publiés par les excellentes éditions Rivière Blanche. 
L’Homme Truqué du titre est une victime de la guerre de 1914, comme d’autres hyperêtres (les super-héros de la Brigade ici réduits à ne faire qu’une brève apparition). Ses pouvoirs permettent au Nyctalope et à Marie Curie de dévoiler une invasion extra-terrestre... tout droit sortie du classique de Renard, Le Péril Bleu ! 
Les arachnophobes apprécieront.
Les auteurs adorent évidemment Maurice Renard, le roi du « Merveilleux Scientifique », ou, tout simplement, l’un des pionniers de la S.F. C’est avec un infini respect qu’ils utilisent le formidable imaginaire de l’auteur français (qui figure ici parmi les personnages principaux) pour obtenir quelque chose de neuf et d’énergique qui plaira tant aux spécialistes de l’ « anticipation ancienne » qu’aux novices en la matière. Ces derniers seront à coup sûr séduits par une belle efficacité, scénaristique comme artistique. En témoigne un excellent prologue situé en pleine première guerre mondiale.
 
Patryck Ficini - Les vagabonds du rêve
+
Gess, Lehman - L'homme truqué - Grégoire de Tours
Posté le 30 mars 2017 -
Le 146e RI est basé à Toul en 1914 et il est donc composé de Lorrains en majorité, fin mai 1918 il participe effectivement à l’offensive du Chemin des Dames. L’album commence à mettre en trois pages celle-ci. Une double-page montre le capitaine Lebris soigné dans une mystérieuse clinique afin qu’il puisse retrouver la vue.

Toutefois il s’avère que cette aide a été prodiguée par de mystérieux extra-terrestres. Cet ouvrage est une adaptation d’un roman de Maurice Renard paru en 1921, il y est mis d’ailleurs en scène de manière explicite à la page 23. Ce roman de science-fiction reflète l’importance en nombre des gueules cassées et autres invalides et l’espoir de pouvoir les guérir entre autres par l’usage du radium, d’où l’importance jouée ici par Marie Curie.

Dans un style qui rappelle celui des BD avec super-héros américains dans les années 1930 et l’insertion ponctuelle de plusieurs unes de journaux français à sensation, les illustrations portent un grand dynamisme.
 
Alexandre - Grégoire de Tours
  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Les lions d'Al-Rassan
Guy Gavriel Kay
Livre9
Jardin d'hiver
Olivier Paquet
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En juin, tous les ebooks d’Olivier Paquet sont à 4,99 €
Posté 09 juin 2017 -

  olivierpaquet_site.jpg

En juin, Olivier Paquet est à l’honneur. Découvrez les romans de cet auteur multi-primé : la trilogie du Melkine, Structura Maxima ou encore sa dernière parution, Jardin d’hiver. Ils sont tous en numérique et à prix réduit.

+
Le mois de l'imaginaire : octobre 2017
Posté 24 mai 2017 -

  logomoisimaginaire.jpg

Chers lecteurs,

Cette année, aura lieu au mois d’octobre la toute première édition du Mois de l’Imaginaire : une grande fête dédiée aux littératures de l’imaginaire impulsée par un collectif d’éditeurs.

Au travers de multiples initiatives lancées à la fois par les maisons d’éditions, les libraires, mais aussi par vous, lecteurs, le Mois de l’Imaginaire entend célébrer la science-fiction, le fantastique et la fantasy, et faire du mois d’octobre un rendez-vous annuel pour tous les amateurs et les curieux.

Sur la page Facebook du Mois de l'imaginaire, vous pourrez suivre toutes les actualités liées à cet événement et découvrir les nombreuses initiatives que vous réserve le Mois de l’Imaginaire : parutions exceptionnelles, opérations spéciales et rencontres en librairie, dédicaces, jeux-concours et plein d’autres surprises.

Tous ensemble, nous prendrons la parole pour partager avec vous nos coups de cœur, notre actualité et nos évènements.

À très vite, et rendez-vous en octobre en librairie pour célébrer l’Imaginaire ! 

+
Notre collection poche débarque !
Posté 24 mai 2017 -

 grandangle-poches-general.jpg

Voilà bientôt 30 ans que notre collection s'étoffe, et nombre des livres que nous avons publiés ne sont disponibles qu'en grand format. Certains libraires s'étant montrés encourageants, voire insistants (merci!), L'Atalante Poche voit donc le jour et arrive dans les rayons le 25 mai prochain avec 6 premiers titres. Rendez-vous chez votre libraire !

+
Jean-Claude Dunyach, lauréat du prix Imaginales
Posté 23 mai 2017 -

Bravo à Jean-Claude Dunyach, lauréat du prix Imaginales dans la catégorie nouvelle pour Le clin d'œil du héron

   heron_site.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 16 juin 2017 par Spyro1
Ben depuis ils sont passé a lune autre guerre, je pense que ce tome cloturerait celle là, ensuite après une 30 aine d'années de guerre ininterrompue, le sel de la série se perdrait un peu a mon sens [...]