L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Comme un accordéon | Le Nouveau Bonheur Français
Commande librairie Logo caddie
  • Comme un accordéon

Hacène Belmessous

Le Nouveau Bonheur Français

ou le monde selon Disney
Le Nouveau Bonheur Français

Date de parution : février 2009


Illustrateur : Hacène Belmessous

Collection : Comme un accordéon

ISBN13 : 9782841724550

Nombre de pages : 160
Prix : 10,50 €
État : disponible

C’est une mauvaise nouvelle pour ceux qui croient encore en l’idée d’une France égalitaire. À trente minutes de Paris, la multinationale Disney est en train de fabriquer, sous l’œil bienveillant de l’État, la première ville « privatisée » du pays : le Val d’Europe. « Privatisée » parce qu’elle est en dehors du droit commun et qu’elle regroupe une population sociologiquement 
« typée », les classes moyennes. Dans ce monde selon Disney, la ville publique n’est pas cassée, elle est morte. Le moralisme et la planification abusive de la multinationale du loisir ont réussi à tracer un modèle de vie qui marque la fin de l’histoire républicaine française et le début des hystéries communautaires. En un mot, l’avènement du sarkozysme à visage urbain. Le plus étrange est que cette ville neuve n’inquiète personne. Ni le monde politique, ni la société civile.  Mais il y a encore plus angoissant : le Val d’Europe est en train de devenir la référence en matière de productions urbaines et de pactes sociaux ; des centaines d’individus en redemandent chaque année.
  • Revue de presse
+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur Français - Ouest France
Posté le 09 mars 2009 -

Le monde de Disney et son parc d'attraction ”aux portes de Paris", tout le monde connaît. Ce que l'on sait moins, c'est que depuis 1987, la multinationale du loisir est partenaire de l'Etat dans la construction des cinq villes entourant le parc. Dans Le nouveau bonheur français, Hacène Belmessous explore cette banlieue "dorée" pour classe moyenne supérieure. Le mythe de la ville parfaite selon Disney ne résiste pas longtemps sous la loupe du journaliste et chercheur. Entre 2006 et 2007, celui-ci a rencontré les acteurs habitants cadres de Disney, élus, etc. Son étude va voir plus loin que les discours du "bonheur de vivre au Val d'Europe". L'auteur dézingue la volonté normative et uniforme de Disney, mais tape peut-être un peu fort sur cette classe moyenne qui "a préféré la loi de fer de l'urbanisme à celle de l'urbanisme social-démocrate". Reste la révélation d'une réelle crainte, la mainmise d'une entreprise sur la conception d'un espace public.

Isabelle JAFFRE, Ouest France, 04 mars 2009

+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur Français - L'Humanité
Posté le 26 mars 2009 -

« Une ville hors des fracas du monde, conçue pour les seuls "gagnants" »

Dans un essai pertinent, le journaliste Hacène Belmessous nous plonge dans « le monde selon Disney ». Chacun doit y avoir le bon profil économique et social. Entretien.

Dans votre livre le Nouveau Bonheur français ou le monde selon Disney (1), vous faites référence à l’urbanisme de la cité de Noisiel, du XIXe siècle, dont le but était de faire des ouvriers des individus homogénéisés. Aujourd’hui, le nouveau cobaye est, dites-vous, l’habitant du Val d’Europe…

Hacène Belmessous.
À l’époque de la ville industrielle, le patronat souhaitait avoir à sa disposition un individu malléable qui réponde aux besoins de la production. Un individu de compromis qui ne revendique rien. L’ouvrier, en mettant à disposition sa force de travail, était méritant. Le patron le récompensait donc par un logement. Dans la ville de Disney, l’individu doit faire preuve du même mérite en acceptant les « valeurs » du territoire. (...)
 
+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur Français - Témoignage Chrétien
Posté le 27 mars 2009 -

[...] Très critique par rapport à cet « urbanisme libéral », l’auteur cuisine les habitants sur leur rapport au monde extérieur. Cela donne des répliques assez piquantes qui trahissent parfois la mauvaise conscience face à une forme d’égoïsme. « Le monde ? lui répond un habitant. On n’est pas dans le monde à Magny ? Moi, je me pose pas la question du monde. Mon monde, c’est Magny. ». Très atypique, un militant d’un collectif anti-libéral s’explique sur son choix d’habiter dans ce lieu qui incarne tout ce qu’il rejette par ailleurs. « C’est inquiétant si tous ceux qui ont une conscience de gauche abandonnent le navire pour vivre dans des coins comme celui-ci. ».

En fait, le territoire que dissèque Hacène Belmessous est symptomatique d’une question qui nous est posée : face à l’échec des villes construites pendant les Trente Glorieuses, allons-nous continuer à croire en une société du vivre-ensemble qui mise sur la rencontre et la différence ou, au contraire, nous résigner à imaginer ces ghettos ultramodernes qui rassurent l’honnête citoyen fatigué des tensions ultramodernes.

Noël Bouttier, Témoignage Chrétien, 26 mars 2009

+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur français - Sciences-humaines
Posté le 09 juin 2009 -
Disney a-t-il inventé une autre façon de vivre? C'est avec cette question en tête que le chercheur et journaliste Hacène Belmessous nous entraîne sur les pas de son enquête sur le Val-d'Europe, secteur oriental de Marne-la-Vallée dont l'aménagement a été confié par l'État à la société américaine Disney.
En une vingtaine d'années, celle-ci a complètement redessiné les cinq villages de ce territoire briard rural. «Les gens vivent ici pour le cadre, la tranquillité et la sécurité. » Ce propos d'un élu local résume les aspirations des habitants que H. Belmessous a rencontrés dans deux villages, résidentiel et bourgeois pour l'un, plus mixte pour l'autre.La population nouvelle qui s'est installée dans les « maisons Disney» y a, semble-t-il, trouvé un bonheur bâti autour de la propriété d'un pavillon, d'un environnement naturel plus ou moins préservé et de l'assurance de ne pas revivre les affres des cités. Ce «nouveau bonheur français» surfe sur l'échec des banlieues en tournant le dos au projet d'une ville propice aux rencontres et à la diversité, et privilégie le côté rassurant de l'entre-soi. Le logement social, peu conforme à l'individualisme ambiant, y occupe une place restreinte.

+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur français - Urbanisme
Posté le 09 juin 2009 -
L'auteur nous livre l'analyse d'un quartier modèle :Val d'Europe dans le secteur IV de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée. Les champs de betteraves sont transformés enville des loisirs par un accord entre l'État et Walt Disney Company signé fin 1987 (plus de vingt ans après le lancement des villes nouvelles). Ceux qui y habitent sont aujourd'hui dans une ville tranquille-le rêve des classes moyennes-, dans une "cité idéale" isolée dans une France par ailleurs fracturée. Le modèle Disney est décomposéavec clarté dans cette enquête (réalisée en 2006 et 2007), qui présente de nombreux extraits d'entretiens (habitants, promoteurs, acteurs publics et privés de l'aménagement). Il apparaît avec brutalité que "la logique de l'entre soi domine" et que ses principes sont une vision néolibérale de l'espace, une affirmation de l'individualisme, une limitation des capacités d'autonomie des individus... Tout cela affiché, dit la multinationale Disney, dans "un lieu de complémentarité et d'énergie créatrice entre les loisirs, les activités économiques et la vie de tous les jours".Parmi les multiples questions qui interpellent le citoyen comme l'urbaniste, deux nous semblent dominantes et mériteraient de longs débats. Celles liées au rôle du privé : comment se présentent les rapports entre la compagnie Disney et l'État (sous sa forme d'établissement public), qui "feint d'être coproducteur des principes d'une société urbaine nouvelle dans un système d'acteurs et d'économie où l'on cherche en vain des traces d'autonomie communale ? Celles liées à la forme urbaine, la maison Disney étant imposée aux promoteurs sans qu'ils réagissent : petites maisons colorées avec un jardinet aux haies bien taillées, la rue est pour l'automobile et doit être inhospitalière pour le piéton... Une lecture facile et très agréable, mais dont l'objet fait peur tant la "vie heureuse" semble aller de soi dans ce quartier de ville. Là-bas, les hommes sont libérés du poids des autres... Là-bas, on peut être différent des autres (c'est-à-dire ni comme à Sarcelles ni comme à La Courneuve...).
"S'il y avait des Val d'Europe dans toute la France.la France irait mieux", conclut un enquêté ! Pour sa part, l'auteur s'inquiète de la mort du "vivre ensemble" comme véritéde cette nouvelle France urbaine. D'ailleurs, le Val d'Europe échappe à l'effort national de loger les plus pauvres.

Jean-Paul Biais, Urbanisme, mai-juin 2009
+
Belmessous - le nouveau bonheur français - Archiscopie
Posté le 15 juillet 2009 -
Cet essai engagé est cronstruit autour des témoignanges d'élus, de professionnels du projet urbain, d'habitants et d'acteurs du milieu associatif. L'auteur, collaborateur de la revue Urbanisme, cherche à comprendre en quoi le modèle sécuritaire et les processus de ségrégation en vigueur à Val-d'Europe – avec la complicité de Disney et des pouvoirs publics – entrent en contradiction avec le modèle de mixité sociale qui a prévalu pour les villes nouvelles.
+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur Français - Le Grand Soir
Posté le 05 novembre 2009 -

Il parait que, face à ce projet, François Mitterrand, s’était pincé le nez, avait pudiquement détourné les yeux et affirmé que ce n’était pas sa « tasse de thé ». Il n’en reste pas moins que la classe politique française, de droite et de gauche, a offert sur un plateau à Disney, aux conditions de la multinationale étasunienne, la possibilité de construire un parc d’attractions, mais aussi des villages exprimant sa vision du monde et de l’humanité. S’il offre accessoirement de l’onirisme, Disney impose surtout de l’idéologie, du politique. L’auteur explique comment l’entreprise capitaliste Disney n’est parvenu à ses fins que parce qu’elle a pu bénéficier de la « complicité active d’un État fort » qui lui offrit des équipements (RER, TGV), qui lui permit de déroger au droit commun (par exemple une TVA à 7%) et qui la renfloua indirectement lorsqu’elle devint déficitaire, en 1994 et en 2004, car il s’y était engagé contractuellement. Le partenariat fut signé en 1987. Immédiatement, dans ce land disneyen, l’État a « coupé le cordon ombilical qui le reliait à la société. » Dans le Val d’Europe, l’idéologie disneyenne règne désormais sans partage. Disney n’est plus l’aile marchante d’une culture avilissante mais la nécessaire « représentation euphorisante » de la transfiguration du réel. Plus grave encore, Belmessous explique comment le Val d’Europe a imposé le « séparatisme social » dans le cadre d’un nouvel ordre urbain en France. Ce qui est atterrant, c’est que la gauche des Zones d’éducation prioritaire, du Développement social des quartiers a favorisé le développement d’une pratique du territoire qui contredisait cette politique. Lorsqu’en octobre 1992 Pierre Bérégovoy, Premier ministre décora le PDG de Disney de la Légion d’honneur, la messe était dite. En tant que nouvelle ville – et ville neuve, l’existence du Val d’Europe n’a jamais été débattue devant le Parlement, devant la région Île-de-France, devant les municipalités ni devant aucune association constituée. De manière totalitaire, Disney obtint un monopole d’État, aucun concurrent ne pouvant construire des équipements hôteliers ou sportifs dans son enclave. Le Val d’Europe est un ensemble où l’histoire et l’humanité dans leur continuum sont niées, où le substrat politique et la réalité sociale françaises sont évacués au profit de la vision disneyenne du monde. Ainsi, l’espace public privilégie la circulation ; les trottoirs sont étroits, les bancs publics inexistants, les squares pour enfants rares. La cité n’est pas censée améliorer la condition humaine mais affirmer un « point de vue » sur la société. L’idée est de faire disparaitre la société (qui n’existe pas, comme l’avait prétendu Margaret Thatcher) derrière une myriade d’individus en agrégeant et en favorisant les plus méritants. Disney enchante des valeurs d’un temps sans histoire : pragmatisme contre idéaux ; conscience privée contre conscience sociale, responsabilité individuelle contre responsabilité collective. Le « nous » national est désagrégé. Nous sommes « en plein séparatisme, en pleine idéologie différentialiste, dans le monde d’une seule classe sociale. » L’Autre n’existe plus. La ville de Disney confirme, selon l’auteur, une prédiction d’Hannah Arendt : la politique disparait de l’agora politique. Belmessous cite Marc Sadoun : « Le politique ne réalise plus l’être du citoyen, il en considère l’avoir. Il ne gouverne plus les hommes, il administre les choses. » Dans ce monde, l’urbanisme n’est plus un bien commun, mais un broyeur d’hétérogénéités. L’urbanisme est moins « une valeur d’usage qu’une valeur d’échange. » On retrouve, dans cette optique, un état d’esprit, mais une aussi la vieille pratique anglo-saxonne selon laquelle on n’achète pas sa maison pour se loger (dans le Lancashire comme dans le Périgord) mais en fonction d’un placement à court ou moyen terme. L’auteur ne cache pas que la majorité des habitants du Val d’Europe sont contents d’habiter dans ce monde creux, « déréel, oublieux des autres. » Ils ne sont plus des citoyens mais des lobbyistes qui, par exemple, ont obligé la mairie de Magny à construire un terrain de « skate » qui a couté 100000 euros pour l’amusement de huit familles. Le Val d’Europe est peut-être le laboratoire de la première ville privée européenne.

Bernard GENSANE

+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur Français - Librairie La Plume et l'Écran
Posté le 28 juillet 2009 -

Cette étude sociologique, sur le secteur IV de Marne-la-Vallée, présente sous la forme d'un essai fort bien écrit des conclusions accablantes.

L'auteur reprend tous les thèmes contre lesquels je me bats depuis 11 ans, en matière culturelle pour proposer une autre vision que celle de la monoculture policée d'EuroDisney.

Dans le secteur IV de MLV a été créée une ville neuve pour les classes moyennes, habitée par les valdeuropiens, où règnent l'individualisme et l'hégémonie de la multinationale américaine. Un laboratoire à ciel ouvert sur les visions d'une caste, les disneyens, pour construire une nouvelle société française. L'Etat français, au sens technocratique, complice de cette expérience grandeur réelle, impose les visions des disneyens contre les élus et les habitants.

A lire d'urgence pour comprendre les enjeux sociologiques du XXIème siècle pour la société française.

+
Belmessous - Le nouveau bonheur français - Lien social
Posté le 19 janvier 2010 -

L’expérience du Val d’Europe constitue une singularité à l’échelle d’un complexe d’urbanisation. Quand Marne-la-Vallée émerge, en 1971, le rêve de la cinquième ville nouvelle de la région parisienne se fracasse contre la crise qui survient dans les années qui suivent. C’est la signature en 1987 de l’accord avec Disney, ses 30 000 emplois et 915 millions d’euros de chiffre d’affaire espérés, qui la sauve. Le marché passé est un modèle de bienfaisance de la puissance publique à l’égard de l’univers capitaliste : de fortes réductions fiscales sur l’achat des terrains, le monopole garanti sur tous les équipements sportifs et hôteliers, une TVA réduite de 18,6 % à 7 %, des programmes immobiliers librement assumés par la multinationale américaine. Il était intéressant d’aller voir, dix-sept ans après l’ouverture du parc d’attraction, ce qu’était devenue la région. Les cinq communes composées de petites maisons de pierre et de fermettes mitoyennes de vestiges classés n’ont pas résisté bien longtemps à la conception rationnelle du territoire des urbanistes de Disney qui, ne respectant ni les valeurs de l’intérêt général ni les idées républicaines, ont soumis le territoire à leurs propres intérêts, imprégnant décor, esthétique, atmosphère et même le symbolique. L’aménagement s’est fait hostile aux piétons, privilégiant l’univers de la voiture. Les bancs publics ont été proscrits, les squares pour enfants se sont raréfiés. Tout doit valoriser le repli sur soi et broyer l’hétérogénéité. Le refus d’un permis de construire est invalidé par le préfet, garant de l’engagement d’un Etat central qui a vendu le pouvoir des communes contre le marché de l’emploi. Il ne reste plus aux élus locaux, comme seule liberté, que de décider de baptiser les axes de noms défiant le géant américain : rue Haddock, avenue René Goscinny, rue Morris… Le Val d’Europe s’ouvre à tous ceux qui sont prêts à se convertir à la Disney way of life. Les couches moyennes ont répondu en masse, séduites par la constitution d’une élite socio-économique et la réputation d’une microsociété vivant en paix et en totale harmonie. C’est bien volontiers qu’elles se réclament d’une culture basée sur un optimisme méritocratique. Bien entendu, le Val d’Europe se protège des plus pauvres. Des 20 000 personnes en attente de logement social dans le département, aucune ne peut entrer, un candidat local étant toujours retenu quand un appartement se libère. On assiste depuis le milieu des années 1990 à la multiplication des enclaves résidentielles, des micro territoires vigilisés et vidéosurveillés. « Val d’Europe est-il le laboratoire à ciel ouvert de la première ville privée européenne ? » (p.121), s’interroge l’auteur.

Jacques Trémintin

+
Belmessous - Le nouveau bonheur français ou le monde selon Disney- France Inter
Posté le 28 septembre 2010 -

La création envisagée d'un 3ème parc de loisirs et la construction d'un village nature à Disneyland Paris.

Eurodisney a signé il y a tout juste une semaine, une convention qui prolonge jusqu'en 2030 son partenariat avec l'Etat et les collectivités locales. Un partenariat public/privé unique en France !

La compagnie Disney veut en effet encore agrandir son site de Marne-la-Vallée dans l'Est de Paris et va donc poursuivre l'aménagement de ce territoire de plus de 2 000 hectares. Et au coeur du projet, l'activité touristique bien sûr, mais aussi l'organisation d'un énorme ensemble urbain.

Au-delà des parcs de loisirs, dans la stratégie Disney, il y aussi un formidable projet immobilier qui vient s'intégrer à un territoire où les promoteurs ont un cahier des charges très strict. Tout ou presque -juqu'à la couleur des volets parfois- doit correspondre à la marque Disney. C'est le Val d'Europe.Population en 1987 quand Disney est arrivé : environ 5 000 habitants. Aujourd'hui, ils sont 28 000.

Car cela fonctionne : les maisons "Disney" se vendent comme des petits pains. Eurodisney a par exemple épuisé avec dix années d'avance les droits à construire prévus par la convention initiale. Explications de Didier Arino, directeur du cabinet Pro Tourisme, spécialiste du Tourisme hexagonal.

En gros, Disney aménage le territoire comme il l'entend avec d'énormes avantages et la contre-partie, c'est 55 000 emplois depuis 1987. Et la compagnie américaine table sur 70 000 nouveaux emplois dans les 20 prochaines années.

11 000 logements supplémentaires vont également être construits. Et si ces habitations se vendent si bien, c'est que Disney propose aussi un certain cadre de vie. C'est ce que raconte Hacène Belmessous, journaliste, auteur d'un livre sur le sujet qui s'appelle Le nouveau bonheur français ou le monde selon Disney.Et c'est vrai que la plupart des habitants de ces nouvelles villes sont très heureux d'y vivre. Ce qui n'empêche pas de se poser des questions.

Une homogénéité urbanistique certes, mais également donc sociale, où tout serait beau, propre, sécure et paisible. Presque une ville-refuge en quelque sorte. Ecoutez ce qu'en pense Dominique Coquet, directeur adjoint d'Eurodisney.

Et Disney annonce, d'ici 2030, un investissement tous financements confondus de plus de 8 milliards d'euros dans la zone. On comprend aisément que la signature officielle de cette convention la semaine dernière se soit déroulée à Matignon en présence du Premier ministre.

Par Nasser Madji 

+
Belmessous - Le Nouveau Bonheur français - Ouest france
Posté le 25 juin 2009 -

Le monde de Disney et son parc d'attraction "aux portes de Paris", tout le monde connait. Ce que l'on sait moins, c'est que depuis 1987, la multinationale du loisir est partenaire de l'État dans la construction des cinq villes entourant le parc. Dans le nouveau bonheur français, Hacène Belmessous explore cette banlieue "dorée" pour classe moyenne supérieure. Le mythe de la ville parfaite selon Disney ne résiste pas longtemps sous la loupe du journaliste et chercheur. Entre 2006 et 2007, celui-ci a rencontré les acteurs habitants, cadres de Disney, elus, etc. Son étude va voir plus loin que les discours du "bonheur de vivre au Val d'Europe". L'auteur dézingue la volonté normative et uniforme de Disney, mais tape peut-être un peu fort sur cette classe moyenne qui "a préféré la loi de fer de l'urbanisme libéral à celle de l'urbanisme social-démocrate". Reste la révélation d'une réelle crainte, la mainmise d'une entreprise sur la conception d'un espace public.

ouest france, 12 juin 2009

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Autour du fauteuil
Anthony Galifot
Livre9
Le tropique des serpents
Marie Brennan
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En juin, tous les ebooks d’Olivier Paquet sont à 4,99 €
Posté 09 juin 2017 -

  olivierpaquet_site.jpg

En juin, Olivier Paquet est à l’honneur. Découvrez les romans de cet auteur multi-primé : la trilogie du Melkine, Structura Maxima ou encore sa dernière parution, Jardin d’hiver. Ils sont tous en numérique et à prix réduit.

+
Le mois de l'imaginaire : octobre 2017
Posté 24 mai 2017 -

  logomoisimaginaire.jpg

Chers lecteurs,

Cette année, aura lieu au mois d’octobre la toute première édition du Mois de l’Imaginaire : une grande fête dédiée aux littératures de l’imaginaire impulsée par un collectif d’éditeurs.

Au travers de multiples initiatives lancées à la fois par les maisons d’éditions, les libraires, mais aussi par vous, lecteurs, le Mois de l’Imaginaire entend célébrer la science-fiction, le fantastique et la fantasy, et faire du mois d’octobre un rendez-vous annuel pour tous les amateurs et les curieux.

Sur la page Facebook du Mois de l'imaginaire, vous pourrez suivre toutes les actualités liées à cet événement et découvrir les nombreuses initiatives que vous réserve le Mois de l’Imaginaire : parutions exceptionnelles, opérations spéciales et rencontres en librairie, dédicaces, jeux-concours et plein d’autres surprises.

Tous ensemble, nous prendrons la parole pour partager avec vous nos coups de cœur, notre actualité et nos évènements.

À très vite, et rendez-vous en octobre en librairie pour célébrer l’Imaginaire ! 

+
Notre collection poche débarque !
Posté 24 mai 2017 -

 grandangle-poches-general.jpg

Voilà bientôt 30 ans que notre collection s'étoffe, et nombre des livres que nous avons publiés ne sont disponibles qu'en grand format. Certains libraires s'étant montrés encourageants, voire insistants (merci!), L'Atalante Poche voit donc le jour et arrive dans les rayons le 25 mai prochain avec 6 premiers titres. Rendez-vous chez votre libraire !

+
Jean-Claude Dunyach, lauréat du prix Imaginales
Posté 23 mai 2017 -

Bravo à Jean-Claude Dunyach, lauréat du prix Imaginales dans la catégorie nouvelle pour Le clin d'œil du héron

   heron_site.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 16 juin 2017 par Spyro1
Ben depuis ils sont passé a lune autre guerre, je pense que ce tome cloturerait celle là, ensuite après une 30 aine d'années de guerre ininterrompue, le sel de la série se perdrait un peu a mon sens [...]