L'atalante éditions
Accueil | Auteurs | Le Guin
Commande librairie Logo caddie
  • auteurs

  • Revue de presse
+
Le Guin - Quatre chemins de pardon - eleanore-clo
Posté 20 mai 2008 -

Ce recueil permet d’aborder de nouveaux thèmes au premier rang desquels le pardon. L’auteur se focalise plus particulièrement sur la dualité : trahison, pardon. Selon le dogme catholique, la confession permet, par la réconciliation avec Dieu, de retrouver le chemin des autres et du bonheur. Dieu n’apparaît certes pas dans « Quatre chemins de » pardon mais le cheminement est identique.
Ainsi, Yoss « absous » le corrompu Abberkam qui peut dès lors retrouver l’amour. De même, Rakam pardonne à la gente masculine et peut dès lors aimer.

LE GUIN explore aussi le rôle sociétal d’une religion d’état à travers le tualisme. Les maîtres apprécient cette religion paisible et généreuse [Tual est déesse de la paix et du pardon] qui conforte leur domination et calme les esprits ! Les appendices permettent à l’écrivain de fournir quelques précisions sur ce dogme, poussant d’ailleurs le réalisme jusqu’à monter une religion concurrente, martiale et stoïque, le kamyisme.

La Grande dame de la SF nous livre là un de ses plus beaux livres. Les personnages sont riches et construits avec intelligence. Une multitude de détails et le recours quasi-systématique à une description de leurs parcours renforcent leur authenticité.

La démarche de vulgarisation scientifique apparaît merveilleuse d’efficacité. Les exemples abondent et permettent d’aborder par l’exemple les sciences sociales. Libération d’une femme illustre notamment la théorie de l’Ecole des Annales selon laquelle l’histoire évènementielle ne reflète qu’une partie de la réalité.

Il faut enfin signaler la qualité de la construction. Les multiples et subtiles liaisons entre les quatre nouvelles construisent un panorama global où le tout est supérieur à chacune de ses parties.

eleanore-clo, Le cafard cosmique

+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - le courrier français
Posté 16 décembre 2009 -
D’une écriture constamment élégante et pudique, chacun de ses textes, purs et intelligents, est chargé de cet humanisme rare et de cette révolte contre l’injustice qui en font tout le sel.
Ces destins croisés de femmes dans des mondes où domine oppression et esclavage sont empreints de cette dignité qui fait les vraies héroïnes, celles dont la révolte n’exclut pas le pardon.
Un superbe recueil.


+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - SF Mag
Posté 15 décembre 2009 -
Les quatre nouvelles suivent un canevas simple autour de quelques questionnements fondamentaux: -La survie dans des mondes où les cultures ne se comprennent pas toujours. -La toute puissance des médias, et leur dictature. -Comment lutter contre l'état d'esprit misogyne poussé à la perversité absolue des propriétaires de Werel, surtout quand on est une femme? La dernière interrogation est encore plus prégnante, parce que l'on vit dans un monde de violence où des maître se croient tout permis par principe et tradition. Comment donc pardonner aux autres, et surtout à soi-même, quand on a du endurer les pires injustices et atteintes à son intégrité physique et morale? Que ce soit le groupe ou l'individu, l'auteur les met sur un pied d'égalité en en faisant des entités indépendantes et légiférantes vis-à-vis de leur possible liberté. Une oeuvre qui nous invite à de puissantes interrogations sur le fond tribal et obscur de nos sociétés, même les plus occidentalisées, sur l'égalité homme/femme, et aussi sur la nécessité de préserver ou de sauver l'enfance.
+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - le Soir
Posté 16 décembre 2009 -
C'est magnifique. D'une sensibilité, d'une justesse, d'une pudeur, d'une intelligence extraordinaires. Quand on referme le livre, sa musique s'impose longtemps encore à l'esprit et au cœur.
+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - SF Mag
Posté 15 décembre 2009 -
Les quatre nouvelles suivent un canevas simple autour de quelques questionnements fondamentaux:
 
- La survie dans des mondes où les cultures ne se comprennent pas toujours.
- La toute puissance des médias et leur dictature.
- Comment lutter contre l'état d'esprit misogyne poussé à la perversité absolue des propriétaires de Werel, surtout quand on est une femme?
 
La dernière interrogation est encore plus prégnante, parce que l'on vit dans un monde de violence où des maître se croient tout permis par principe et tradition. Comment donc pardonner aux autres, et surtout à soi-même, quand on a du endurer les pires injustices et atteintes à son intégrité physique et morale?
 
Que ce soit le groupe ou l'individu, l'auteur les met sur un pied d'égalité en en faisant des entités indépendantes et légiférantes vis-à-vis de leur possible liberté. Une œuvre qui nous invite à de puissantes interrogations sur le fond tribal et obscur de nos sociétés, même les plus occidentalisées, sur l'égalité homme/femme, et aussi sur la nécessité de préserver ou de sauver l'enfance.
+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - le Soir
Posté 16 décembre 2009 -
C'est magnifique. D'une sensibilité, d'une justesse, d'une pudeur, d'une intelligence extraordinaires. Quand on referme le livre, sa musique s'impose longtemps encore à l'esprit et au cœur.
+
Le Guin - Quatre chemin du pardon - SF Mag
Posté 15 décembre 2009 -
Les quatre nouvelles suivent un canevas simple autour de quelques questionnements fondamentaux:
 
- La survie dans des mondes où les cultures ne se comprennent pas toujours.
- La toute puissance des médias et leur dictature.
- Comment lutter contre l'état d'esprit misogyne poussé à la perversité absolue des propriétaires de Werel, surtout quand on est une femme?
 
La dernière interrogation est encore plus prégnante, parce que l'on vit dans un monde de violence où des maître se croient tout permis par principe et tradition. Comment donc pardonner aux autres, et surtout à soi-même, quand on a du endurer les pires injustices et atteintes à son intégrité physique et morale?
 
Que ce soit le groupe ou l'individu, l'auteur les met sur un pied d'égalité en en faisant des entités indépendantes et légiférantes vis-à-vis de leur possible liberté. Une œuvre qui nous invite à de puissantes interrogations sur le fond tribal et obscur de nos sociétés, même les plus occidentalisées, sur l'égalité homme/femme, et aussi sur la nécessité de préserver ou de sauver l'enfance.
+
Le Guin - Dons - Phénix Web
Posté 05 mai 2010 -

Orrec est originaire d’une des familles des collines des Entre-Terres, d’une de ces puissantes familles dont un seul regard, une seule pensée peut provoquer la souffrance, la faiblesse, la mort.

Dotées de pouvoirs aussi variés que défaire, parler aux animaux, blesser, rendre malade ou guérir, ces familles se jaugent, se jugent, se testent pour étendre leur domination dans un jeu de pouvoirs dont peu sortent indemnes.

Et Orrec, que ces pouvoirs contraignent à vivre une vie d’angoisse, Orrec, que sa naissance destine à devenir dirigeant, Orrec préfère écouter les histoires que sa mère originaire de là-bas lui lit. Là-bas, où les pouvoirs n’existent pas. Contraint à prendre des décisions qui bouleversent sa vie sans lui apporter le bonheur ou la sérénité, saura-t-il trouver sa place dans ce monde qui ne l’épargne pas ?

Quête initiatique d’un adolescent, presque un jeune homme, dans un monde qu’il ne comprend pas. On vibre avec lui, on souffre avec lui, on espère avec lui. Un roman à l’écriture (et à la traduction) rythmée, agréable, au service d’une histoire comme l’auteure sait en créer !

Si certains d’entre nous ne sont plus assez jeunes pour s’identifier aux personnages principaux, la lecture de ce roman n’est pas pour autant à réservé aux seuls adolescents. La plume d’Ursula K. Le Guin est toujours aussi agréable et poétique quel que soit le public visé.

Surtout ne vous arrêtez pas à la couverture qui peut peut-être en bloquer certains. Si elle apparaît obscure, elle prend toute sa dimension quand on voit les couvertures des autres tomes à venir de cette trilogie (en 4e de couverture du roman).

Miss Mopi - Phénix Web

+
Le Guin - Dons - Le Journal du Dimanche
Posté 07 mai 2010 -
L'américaine Ursula Le Guin est depuis cinquante ans une voix originale, humaniste de la SF. Elle raconte avec poésie et subtilité son histoire de Roméo et Juliette au pays des sorciers. Un très joli conte où elle défend des causes qui lui sont chères : le droit à la différence et la liberté, pour chacun, de choisir sa vie.
+
Le Guin - Dons - Choisir un livre
Posté 31 mai 2010 -

Premier volume de la trilogie des Chroniques des rivages de l'Ouest, ce recueil, traduit de l'anglais, entraîne le lecteur sur les traces de deux adolescents en quête d'eux-mêmes. Avant tout roman initiatique, écrit avec talent, construit avec rigueur, l'intrigue est soigneusement orchestrée pour faire voyager le lecteur et l'amener à bon port, dans les dernières lignes.

Le thème de la liberté est abordé sous plusieurs angles : libre choix, conscience, dépendance... Focalisée principalement sur le personnage d'Orrec, la narration nous livre les différentes perceptions et pensées du jeune garçon dont la personnalité se révèle peu à peu. Au fil d'un récit qui mêle pouvoirs et dons surnaturels, la psychologie des protagonistes -notamment celle d'Orrec et de Gry- s'affine de façon crédible et progressive, mettant en lumière toute la cruauté de certaines familles qui se jaugent.

Cohérente, cette histoire au rythme enlevé ne manque pas d'intérêt et l'on se surprend à se laisser porter par la grande inventivité de l'auteur.

COP - Choisir un livre

+
Le Guin - Dons - Comptines et compagnie
Posté 31 mai 2010 -

Le roman d’Ursula K. Le Guin a le charme des grands classiques du genre et – bien que publié dans une collection à destination des adultes – les ados férus de fantasy devraient y trouver leur compte.

Nathalie Ventax - Librairie Comptines

+
Le Guin - Dons – La revue des livres pour enfants
Posté 16 juillet 2010 -

Orrec vit dans les collines des Entre - Terres. Il fait partie d’un peuple de sorciers qui se transmet des dons de père en fils ou de mère en fille. Notre héros a le pouvoir de défaire, un don terrible avec lequel il va devoir composer pour trouver sa place dans cette communauté où chacun est sur ses gardes dans la crainte de ses voisins.

N.B.

+
Le Guin - Voix - ActuSf
Posté 28 octobre 2010 -

S’inspirant de la tradition orale des nomades du désert, de leur goût pour la poésie dite et chantée, Ursula Le Guin conçoit une société ennemie du livre, cohérente et pertinente. À la façon des religieux irlandais du Haut Moyen Age, dans un monde privé d’écrit, détenir des livres et savoir lire est une promesse de progrès de la civilisation. Que cette promesse soit entre les mains, les yeux et la voix de quelques personnages donne une dimension héroïque et magique au savoir. Préserver le savoir pour le faire éclore plus tard. En garder le secret, même sous la torture. Garder l’espoir tandis que la nouvelle génération sombre dans l’ignorance.

Le récit d’Ursula Le Guin paraît à bien des égards métaphorique. On peut y lire certains parallèles avec la réalité du monde d’aujourd’hui. D’une part avec l’obscurantisme religieux qui vilipende le savoir scientifique dans de nombreux pays du monde, y compris aux Etats-Unis, pays de l’auteure. D’autre part, la montée en puissance de l’oral et de l’image dans la culture mondiale. Non seulement ce mouvement va à l’encontre de l’écriture et de la lecture, mais il les galvaude. Il inscrit l’écrit dans l’instantanéité et non dans la réflexion. Il l’oralise dans sa forme (syndrome SMS et maîtrise de l’orthographe). Il accule l’écrit dans la répétition, dans le compromis et la simplicité et non dans l’authenticité, parfois subtile, de la culture. Pour lutter contre cette négligence contemporaine, le remède d’Ursula Le Guin est simple : lisez, relisez, réfléchissez, un livre est un univers qu’il faut visiter et revisiter. Ne vous contentez pas de la parole, celle des rumeurs, celle des médias, saisissez-vous de la matière de la langue et de la magie qui l’a inspirée.

À tout le moins, on pourra y voir des références à la vie et l’enfance, réelle ou rêvée, d’Ursula Le Guin. Elle a su s’élever en lisant et aider, en écrivant, des générations à mieux comprendre le monde. Et si son œuvre n’était pas destinée à nous libérer, comme Ansul, du joug de l’ignorance, elle nous aura au moins invités à plus de sagesse, de compréhension et de tolérance.

 

Lire l'intégralité de l'article 

+
Le Guin - Dons - L'écran fantastique
Posté 21 juin 2010 -

La grande Ursula K. Le Guin n'a jamais dédaigné écrire pour la jeunesse. Dons est le premier volume de la Chronique des Rivages de l'ouest, deux fois primée, belle histoire d'amour entre deux adolescents de familles rivales, aux pouvoirs respectivement destructeurs et bénéfiques.

L'écran fantastique - Juin 2010

+
Le Guin - Dons - ActuSf
Posté 28 octobre 2010 -

Comme dans les autres ouvrages fantasy d’Ursula Le Guin, l’essentiel n’est pas dans le scénario, mais dans ce que vivent et pensent au présent les personnages. Comme si la découverte anthropologique prévalait sur les événements.

 […]Chroniques des rivages de l’Ouest peut être lu indifféremment par des adolescents ou des adultes.La langue d’Ursula Le Guin est lente, onctueuse, veloutée. Par succession de phrases courtes, elle s’étale dans le temps. Elle décrit les sentiments, les êtres, les objets, plus que les mouvements. Elle les décrit sur un ton nostalgique et doux, sans apitoiement. Comme une mythologie continue du vécu. Les dialogues ne sont jamais bavards. Les personnages vont à l’essentiel. La douleur et la nostalgie ne sont jamais larmoyantes. Toutes les émotions sont contenues. Il y a toujours de la dignité dans la joie et la souffrance.

Un livre envoûtant et sage où la conteuse de Terremer met à profit ses dons pour amplifier ceux de ses personnages.

Marc Alotton

Lire l'article en entier 

+
Le Guin - Voix - Le Cafard cosmique
Posté 26 novembre 2010 -

Inutile de faire un dessin : Voix, sous ses airs de Fahrenheit 451 transposé dans un univers de fantasy passablement « réaliste », est un vibrant réquisitoire contre les intégrismes les plus obscurantistes. Mais, contexte oblige, on avouera qu’il paraît cibler tout particulièrement les tendances les plus radicales de l’islamisme, et en premier lieu celui des Talibans. La révolution libératrice ayant en outre plus ou moins un déclencheur extérieur, avec l’arrivée du poète Orrec Caspro flambeau de la liberté, il est difficile de ne pas faire le lien avec l’actualité. Et, disons-le tout net, avec tout autre auteur qu’Ursula K. Le Guin, cela aurait pu sentir passablement mauvais…

Mais, heureusement, il s’agit bien d’un roman de l’auteur des cycles de « l’Ekumen » et de « Terremer » : autant dire que nul excès de manichéisme n’est à craindre dans ce livre d’une profonde humanité et d’une grande justesse, qui sait poser de graves problèmes sans prendre le lecteur pour un imbécile en lui apportant des solutions toutes faites. Le personnage de Némar, la narratrice, est à cet égard une grande réussite, justement parce que sa haine des Alds est palpable, et qu’elle en a conscience ; a contrario, d’autres personnages parmi ses proches, comme Orrec ou le Passemestre, qui font davantage figure de sages, sont bien plus modérés. Belle figure également que celle du Gand des Alds, Iorrath, en opposition totale avec son détestable fils et les prêtres de son entourage, seuls personnages véritablement négatifs du roman – car, oui, le roman a bien quelque chose d’anticlérical, si ce n’est d’antireligieux (Némar, le Passemestre, etc., sont eux aussi très religieux, mais polythéistes, pour ne pas dire animistes).

Mais il s’agit en outre bel et bien d’un roman, et non d’un pamphlet militant, à la fois un peu convenu et politiquement un brin incorrect. L’identification avec les personnages est quasi instantanée, et, si le récit n’est finalement guère épique en dépit de son contexte révolutionnaire – mais on est rarement sur le devant de la scène –, on se prend néanmoins d’enthousiasme pour la cause des Ansuliens, leurs complexes débats politiques quant aux fins et aux moyens, et, par-dessus tout, pour ces personnages si humains, avec leurs faiblesses…

Roman potentiellement « dangereux » par son sujet, Voix se révèle donc en définitive une réussite, et un digne successeur de Dons. Avec ces deux romans, la « Chronique des Rivages de l’Ouest » est d’ores et déjà une belle œuvre de plus à l’actif d’Ursula K. Le Guin. Reste à voir comment elle va conclure tout cela : Pouvoirs arrive au printemps 2011.

Lire l'intégralité de l'article

+
Le Guin - Voix - Elbakin.net
Posté 29 novembre 2010 -

Ce récit calme d’une période mouvementée, riche en sujets de réflexion, peut servir d’agréable pause entre deux histoires pleines de bruit et de fureur, telles qu’en produit la fantasy actuellement.

Lire l'intégralité de l'article

+
Le Guin - Dons - Bookenstock
Posté 15 décembre 2010 -

[…]Ce récit est très troublant, au point même que au tout début j'étais un peu perdue et je ne comprenais pas où Ursula Le Guin (dont j'ai adoré le Terremer) voulait nous emmener. En fait elle ne nous emmène nulle part, elle nous raconte une histoire. Comme si nous étions au coin du feu à l'écouter et dans cette histoire il y a ...des histoires (celles racontées par les personnages du roman) et ces histoires nous permettent de comprendre par petites touches comment fonctionnent ces villages et les gens qui y habitent.

[…]Ce premier tome est très court, un peu plus de 200 pages et pour ma part, passées les 40 premières pages où j'étais un peu perdue, j'ai dévoré le reste quasiment d'une traite et je peux même vous dire que je suis allée lire la quatrième de couverture du tome 2 dès que j'ai eu fini celui ci car il fallait que je sache, que je sois sûre qu'on continuerait à suivre la vie de Orrec et Gry, parce que je ne peux pas les laisser partir comme ça... Il faut rajouter que ce roman est servi par l'écriture réellement magique d'Ursula Le Guin. Elle nous raconte vraiment une histoire avec un tel naturel, qu'on a l'impression de l'écouter et non de la lire et que le récit coule comme un conte d'enfant.

Si l'on en croit la couverture de ce livre, assez différente de la production classique de L'Atalante et l'annonce en quatrième de couverture "pour tous les lecteurs à partir de 14 ans", ce roman est un roman jeunesse. Croyez moi si vous voulez, si tous les jeunesses avaient cette qualité, on ne ferait aucune distinction car Dons est vraiment un roman pouvant être lu par tous et avec le plus grand plaisir.

Phooka.

Lire l'article en entier

+
Le Guin - Voix – Book en stock
Posté 04 janvier 2011 -

Ursula Le Guin démontre une fois de plus qu'elle est une conteuse née! Une conteuse à l'ancienne, comme on imagine, capable de captiver les foules et de les subjuguer par son récit.

On se laisse complètement emporter par sa plume et par sa "voix" justement. Lisant/écoutant ce récit fluide et beau... Beau oui, mais pas sans message.

En effet ce peuple du désert qui a envahi Ansul est tout un symbole. De par son refus de la lecture et de l'écriture, il est tout un symbole. Le symbole de l'obscurantisme et du fanatisme religieux que l'on peut voir parfois pas si loin de chez nous. Et malgré ce sujet, on ne peut plus sérieux, le récit coule comme une rivière. Le Guin ne condamne pas, elle ne pérore pas, elle ne dénonce pas, elle raconte. Et ce peuple du désert forme un monde cohérent avec ses forces et ses faiblesses. On finit même par aimer ce Ioratth, le chef de ce peuple. Et Némar avec son innocence et sa jeunesse va nous raconter sa vision des choses. Par ses remarques "Si vous saviez écrire vous pourriez transmettre vos messages vous même", elle touche les points sensibles sans trop en faire. Elle est l'âme de ce roman....sa voix, la voix de Le Guin.

[…] D'ailleurs pour ceux qui se poseraient la question, il n'est pas nécessaire d'avoir lu Dons pour lire Voix. Le livre est suffisant en lui même.

Voix est un récit presque "oral" (un comble pour un livre non?) sur l'importance de la lecture, de l'écriture. Sur le nécessité des livres comme base de réflexion, comme support de la mémoire. Mais Ursula Le Guin ne donne jamais de leçons, elle raconte une histoire c'est tout. Et croyez moi c'est une très très belle histoire!

+
Le Guin - Voix – Psychovision
Posté 04 janvier 2011 -

Dans ce second tome des «Chroniques des Rivages de l'Ouest», on quitte l'aspect rude et bucolique du volume précédent pour une ambiance plus urbaine mais tout aussi éprouvante. Car il s'agit ici de vivre dans une commune à tendance dystopique, où toute forme de culture et de réflexion est écrasée par un fanatisme religieux qui condamne au moindre écart, à la moindre incartade, qui condamne quiconque ose désobéir.

C'est donc dans cette cité que va apparaître Orrec Caspro, le jeune héros de Dons devenu poète et conteur, et de sa compagne Gry, mais il laissera cette fois la place de narrateur à la jeune Némar, jeune femme qui voudrait juste vivre une vie de citoyenne libre et pouvoir lire et écrire, découvrir de nouveaux textes et de nouvelles langues, jeune femme à l'énorme ouverture d'esprit, mais paradoxalement pleine de haine pour les Alds.[…]

Et c'est justement de donner le point de vue de cette héroïne de second plan que vient toute la force du récit, car plutôt que de choisir celui du personnage héroïque, du héros providentiel, c'est celui  d'une victime qui est choisi, le point de vue d'un personnage à vif dont vient une grande partie de l’intérêt de cette histoire. Vu a travers ses yeux, le récit prend une dimension intéressante et en devient un conte philosophique plein de charmes.
Dans ce roman, Ursula K. Le Guin semble dire que les meilleures armes face à l'intolérance et à l'aveuglement sont la culture et la diversité autant que la compréhension de l'autre.
Car c'est bien de la multiplicité que viendra une cohabitation où l'humanisme régnera, et non pas grâce aux paroles d'une personne, mais grâce aux voix de tous et aussi des histoires qu'elles peuvent apporter, qu'elles soient orales, lues ou écrites.

Cette nouvelle «Chronique des Rivages de l'Ouest»  s'avère donc passionnante et nous propose à nouveau une fantasy originale où ce n'est pas l'action qui domine, mais bel et bien la réflexion, celle des personnages autant que celle des lecteurs. C'est ce détail qui constitue l'indéniable atout de cet saga de fantasy, qui fait qu'on la remarque au milieu de toutes les sorties qu'on croise en librairie.

+
Le Guin - Lavinia - Book en stock
Posté 07 février 2011 -

Quelle claque!

Comment parler de ce roman de Ursula Le Guin?Je peux commencer par la fin et dire que je suis définitivement devenue une Le Guin addict. Après avoir lu Terremer et les deux premiers tomes des Chroniques de l'Ouest, Dons et Voix , elle a réussi à me surprendre à nouveau et à me scotcher en passant encore un niveau au dessus avec ce Lavinia. De la fantasy historique de la plus belle facture. [...]

Au travers de la vie de tous les jours des femmes entourant Lavinia et de Lavinia elle même, nous en apprenons beaucoup sur les liens qui se tissent entre les différentes classes de la société, mais aussi sur les croyances et la façon de vivre de cette époque. On se rend compte que la fille de roi a pour meilleure amie une fille de paysan, puis plus tard une esclave. On voit la vie des hommes à travers les yeux des femmes et surtout la guerre vue par les femmes. Cette façon de raconter la guerre donne du recul. Ce n'est la violence du combat, non, c'est la violence des sentiments. [...]

Ursula Le Guin est une magicienne, une magicienne des mots et des idées. Elle est définitivement une auteur à ne manquer sous aucun prétexte et son Lavinia est une pure merveille !

Merci beaucoup à L'Atalante de publier d'aussi beaux romans.

+
Le Guin - Lavinia - Psychovision
Posté 31 janvier 2011 -

[...] Lavinia est donc un roman pacifiste, prônant la paix plutôt que la guerre, bien loin des soi-disant messages belliqueux que mettrait en avant la fantasy, même s'il est vrai que ce roman est tout de même moins guerrier, car préférant s'intéresser aux personnages et au sentiments, à des vies ordinaires qui vont être bousculées par une guerre et par toutes les tragédies qu'elles entrainent, les conflits qu'elle génèrent.

A travers le portrait d'une vie, Ursula K. Le Guin signe là un grand roman, une oeuvre riche en sentiments et où l'humanité d'une jeune femme résiste toujours, même quand elle est malmenée par la vie et par sa propre famille. Ce roman est un ajout contemporain à une histoire mythologique, mais un ajout qui ne démérite absolument pas et emmène le lecteur sur les traces d'un passé oublié pour livrer un message toujours d'actualité.

Note : 9/10 

+
Le Guin - Dons - Psychovision
Posté 31 janvier 2011 -

[...] Pour faire simple, on pourrait dire que Dons est une quête initiatique sans grande aventure, car il n'y a finalement pas besoin de partir à l'autre bout de la terre pour découvrir qui l'on est, ce qu'on veut, ce qu'on désire et essayer de trouver sa vraie place dans la société ou s'en faire une ; la vie de tous les jours peut aussi offrir cette occasion. C'est ce qui fait toute la force et tout l'originalité de ce roman.

Ursula K. Le Guin nous conte donc ici une histoire très humaine, sans grande magie et sans grandes batailles et c'est ça qui la rend si formidable et merveilleuse, qui fait que ce roman dénote franchement du reste de la fantasy. Certes, les amateurs de grandes épopées en seront pour leur frais, mais Dons apporte une touche singulière à la fantasy, lui propose même une nouvelle voie de développement pour de futures grandes histoires.

Note : 9/10

+
Le Guin - Lavinia -Le Cafard Cosmique
Posté 07 février 2011 -
[...] N’y allons pas par quatre chemins : Lavinia est un chef-d’œuvre, sans doute un des plus beaux romans d’Ursula K. Le Guin, très justement récompensé par le Locus Award 2009. Superbement écrit – et traduit par Marie Surgers –, ils nous dépeint une haute antiquité italienne crédible et riche en détails comme seule ce grand nom de « l’ethno-SF » était capable de le faire. Les personnages – en dépit du jugement peu amène que porte Lavinia sur elle-même – sont tout aussi réussis, complexes et humains, à la mesure de leur place dans l’histoire, la petite comme la grande. Le récit, enfin, est passionnant : outre qu’il donne furieusement envie de lire ou de relire l’Énéide, il fait preuve d’un art de la narration tout à fait remarquable, qui entraîne le lecteur à chaque page, qu’il s’agisse de séquences bucoliques ou introspectives, d’intrigues de palais ou de batailles portées par un puissant souffle lyrique.[...]
 
Lavinia est à n’en pas douter un des meilleurs romans d’Ursula K. Le Guin. Dans sa catégorie hors-normes, il vaut bien Les Dépossédés ou La Main gauche de la nuit. Brillant d’intelligence et de beauté, il débute cette année 2011 sous les meilleurs auspices.
+
Le Guin - Lavinia - Libération
Posté 07 février 2011 -

[...] Agée de 81 ans, Ursula juge Lavinia comme le meilleur roman qu’elle ait jamais écrit. Elle a même expliqué qu’elle en avait désormais probablement fini avec la fiction. Auteur de vingt et un romans, onze volumes de nouvelles, des essais, douze livres pour enfants, six volumes de poésie, Ursula K. Le Guin a une carrière d’écrivain bien remplie et vit dans la même maison depuis plus de cinquante ans, depuis qu’elle s’est installée à Portland (Oregon), avec son mari l’historien Charles Le Guin, épousé à Paris en 1953. Fille d’Alfred et de Theodora Kroeber, deux célèbres anthropologues américains, elle a grandi à Berkeley, en Californie et a envoyé sa première nouvelle à une revue à 11 ans. Après avoir entamé une carrière de poète, elle s’est fait connaître par la SF. Outre son célèbre La Main gauche de la Nuit (1969), elle a imaginé deux cycles majeurs, un de SF, Le Cycle d’Ekumen, l’autre de fantasy, Le Cycle de Terremer. Passionnée depuis toujours par les cultures orientales (elle a traduit Tao Te Ching de Lao Tseu), elle porte un regard subtil sur la manière dont fonctionnent les sociétés et les interactions humaines.

La fille du roi Latium, Lavinia, venue de l’Antiquité, manquait d’épaisseur et de personnalité. N’était qu’une ombre du décor. Doucement, Ursula K. Le Guin a empli une simple mention faite par Virgile. Attentive aux sonorités, au rythme et à la progression du récit, elle a tressé un roman sur le mode d’un poème. Comblant le remords imaginaire de Virgile. «Oh, ma chère, a-t-il dit toujours aussi doucement. Mon inachevée, mon incomplète, mon inaccomplie.»

lire l'intégralité de l'article 

+
Le Guin - Lavinia -Imaginelf
Posté 11 février 2011 -

[...] Ursula Le Guin facilite la plongée dans l’univers de Lavinia par sa plume fluide, adaptée à la personnalité de l’héroïne. De nombreux éléments sensitifs ponctuent le texte, notamment des détails très visuels comme les paysages, forêt ou village, le bord du fleuve. La chaleur du soleil d’Italie, l’odeur des sources d’Albunea, des cris ou des murmures, la chaleur d’un feu… sont autant de points supplémentaires qui rendent le récit extrêmement vivant. L’histoire n’est pas linéaire, mêlant passé, présent et futur ce qui permet de mieux apprécier les causes et conséquences, la fatalité du destin. [...]

Lavinia est une oeuvre sublime, qui sort de ce que la fantasy ou tout autre genre de l’imaginaire peut proposer habituellement. Plein de fraîcheur, rempli de sensations variées et mettant en scène une héroïne magnifique, le roman s’avère très séduisant et remplit ses promesses. L’écriture d’Ursula Le Guin est un plaisir à parcourir, l’auteure a bien réussi son but : donner une existence bien remplie à la princesse latine Lavinia. 

+
Le Guin - Lavinia - ActuSF
Posté 14 février 2011 -

[...] Lavinia puise à la source d’un des textes fondateurs de notre civilisation. Dans ce roman, pourtant, rien n’est mort. Les personnages, situés dans un contexte plausible ne sont jamais écrasés par le poids des descriptions et de la documentation. Ils sont offerts dans un écrin poétique, assez étranges pour captiver le lecteur, assez humains et étoffés pour être attachants.

On hésite à parler d’un roman de Fantasy. L’imaginaire ici s’appuie sans cesse sur une connaissance fine des aventures d’Enée. Ursula Le Guin tisse de sa voix propre un récit personnel et traite le texte du poète antique avec le respect dû aux maîtres que l’on admire. C’est la force de l’hommage ici rendu à Virgile et, par la même occasion, à un professeur de latin qui a su susciter un tel intérêt pour la littérature ancienne.

Lavinia est un excellent roman, au-dessus de la notion de genre.

+
Le Guin - Lavinia - Noosfere
Posté 18 février 2011 -

Avouons-le tout de suite : la mythologie ne m’a jamais passionné. Je connais Homère par le biais d’Ulysse 31 et jusqu’à peu je pensais que l’Enéide était un alcaloïde. Alors la lecture du résumé de Lavinia ne m'a guère excité. Heureusement, juste en dessous était marqué Ursula K. Le Guin, nom rassurant qui m’a convaincu d’entamer la lecture. Bien m'en a pris : ce livre est une perle.

Mais reprenons au début : l’Enéide, œuvre poétique colossale et inachevée écrite par le poète latin Virgile entre 29 et 19 avant JC, déroule les aventures du troyen Enée, de sa fuite de Troie jusqu’à son arrivée dans le Latium et son union avec Lavinia, fille du roi Latinus. C’est à cette dernière que s’intéresse Ursula Le Guin : alors que ce personnage est à peine évoqué dans l’Enéide, elle devient la narratrice du roman. Dès lors, le point de vue change radicalement : le récit démarre à la dernière partie du poème de Virgile et continue après la mort d’Enée. Les guerres et les batailles passent au second plan, supplantées par les intrigues familiales, la diplomatie et la soumission aux oracles et prophéties. Car Lavinia, tout comme son père, place ceux-ci devant tout le reste, jusqu’à leur obéir totalement, quitte à déclencher une guerre. Et si elle peut apparaître comme une femme soumise, cela donne un éclat d’autant plus grand à ses quelques révoltes, face à sa mère ou à Ascagne, le premier fils d’Enée.

Là se situe la réussite du roman : ce personnage au premier abord effacé, victime des événements et des prédictions, se révèle d’une grande complexité, mêlant une force de caractère peu commune et une vision du futur limpide fournie par les oracles à des doutes et des remises en cause régulières. Loin de l’image d’écrivain froid de ses débuts, Ursula Le Guin nous livre avec Lavinia l’un de ses meilleurs livres, portrait d’une femme hors du commun échappée de son poème antique, livre récompensé du prix Locus du meilleur roman de fantasy en 2009. Ajoutons que la culture classique de l’auteur (Le Guin a étudié en France et a rédigé une thèse sur la poésie de Ronsard, lui-même fortement inspiré par Virgile) donne une crédibilité et un réalisme unique à l’univers de Lavinia et vous comprendrez que vous n’avez plus aucune excuse pour passer à coté de ce chef-d’œuvre.

+
Le Guin - Lavinia - Ifisdead
Posté 21 février 2011 -

[...] La fin du roman étant connue, vu que l’Enéide de Virgile est respectée, ce n’est pas spécialement là la valeur ajoutée de ce roman. Mais c’est bien son déroulement, superbe, qui vous donne envie de lire la suite. Comme pour d’autres romans, ce n’est pas ce qui va se passer mais comment cela va se passer qui nous importe. Et on est complètement happé par la vie simple de cette fille latine. Ursula K. Le Guin arrive d’ailleurs à lui créer une personnalité comme on en voit rarement dans les romans de Fantasy. Loin de tout stéréotype, de tous ces personnages féminins à l’indépendance exacerbée ou alors bien trop logique, Lavinia est simplement touchante, vraie.

Bien entendu, il serait difficile d’imaginer cela possible sans le talent d’écriture de l’auteur, ainsi que de l’excellente qualité de la traduction signée Marie Surgers. Le roman, tout au long, et dès lors que l’on a cerné l’idée que le personnage peut de temps à autre nous parler, est d’une lecture des plus aisées. On se retrouve plongée dans le Latium et les divers conflits qui peuvent y avoir lieu. On y entend clairement le choc des armes en métal, et on voit les hommes suer au soleil lors du labeur de la culture de la terre. Toute l’ambiance de l’époque, que ce soit par l’organisation du royaume ou l’importance énorme des dieux y est très bien retranscrite, sans aucun faux pas, maîtrisé d’un bout à l’autre.

Je pourrais faire de nombreuses éloges supplémentaires à Lavinia, mais je me contenterai de vous conseiller sa lecture. Ce roman m’a happé du début jusqu’à la fin, rendant ma séparation avec l’héroïne déchirante. Un roman de ce début d’année 2011 qui vaut clairement le détour.

+
Le Guin - Lavinia - Les Chroniques de l'Imaginaire
Posté 10 mars 2011 -
L'histoire, classique, de la princesse locale épousant le noble étranger et fondant avec lui une ville est de tous les lieux et de tous les temps. Elle était d'ailleurs au coeur d'Ysabel, de Guy Gavriel Kay. L'une des particularités du roman de Le Guin, c'est ce jeu avec le temps où Lavinia se situe quelque part entre cette Troie mythique et disparue dont Enée a fui les flammes, et cette future Rome qu'il est destiné à fonder. C'est aussi d'exister si peu : sans même parler de son existence historique, évidemment impossible à déterminer, elle n'a guère qu'une citation brève vers la fin de L'Enéide. Cela lui donne peu de consistance, mais beaucoup de liberté liée à cette indétermination même.
 
Partant de là, on pourrait en venir à dire qu'il s'agit d'un roman sur le processus de l'écriture lui-même : d'où viennent les personnages d'un auteur ? Quelle existence ont-ils ? Comment est-il possible de reprendre les personnages d'un autre écrivain ? Quelle est la responsabilité de l'auteur par rapport à ses personnages ? Pourquoi choisit-on un personnage plutôt qu'un autre ? Toutes ces questions viennent fatalement à l'esprit de tout lecteur, étant soulevées en filigrane par cette ombre à qui Le Guin offre son clavier en guise de lait ou de sang.
 
Lire la suite de l'article
+
Le Guin - Lavinia - Arcanes Fantasy
Posté 01 mars 2011 -

[...] Un peu à la façon de Marion Zimmer Bradley qui vingt ans plus tôt nous proposait une relecture de la guerre de Troie , Ursula K. Le Guin réécrit avec Lavinia un épisode peu connu de la mythologie romaine, et ce d'un point de vue exclusivement féminin. Mais Lavinia est aussi l'antithèse d'Hélène puisque la première refuse ce que la seconde laisse faire ; les conséquences sont néanmoins les mêmes, bien que dans des proportions différentes.

La guerre, qu'elle soit latente ou bel et bien réelle, est en effet au coeur du roman puisque l'époque est violente et que tout problème se règle par le sang. Pourtant certains s'interrogent sur le bien fondé d'une telle brutalité, parmi lesquels Lavinia bien sûr, mais également son père et Enée. Et c'est là qu'Ursula Le Guin se démarque franchement de Marion Zimmer Bradley, puisque le lecteur ne détectera nul manichéisme dans la prose de la première, là où il était omniprésent dans celle de la seconde.

Et au-delà de la guerre, c'est toute la société de l'époque que l'auteure décrit de manière très détaillée, de la façon dont on se nourrissait aux pratiques religieuses, en passant par l'exercice du pouvoir qui ne dispensait nullement de participer activement à la vie quotidienne de la cité. Et bien sûr, dans cette société pré-romaine, les rôles des hommes et des femmes étaient très différenciés, mais associés, faisant de la condition de chacun un élément à part entière d'une société parfaitement codifiée.

En tout cela les personnages mis en scène dans Lavinia sont particulièrement fins et émouvants. De plus la prose de l'auteure est à la fois travaillée, belle et facile d'accès. Et comme l'histoire est en elle-même passionante, le lecteur tient avec Lavinia une incontestable réussite. Les lecteurs du magazine Locus ne s'y sont d'ailleurs pas trompés en lui décernant son prix en 2009.

+
Le Guin - Lavinia - Les Vagabonds du Rêve
Posté 10 mars 2011 -

Un véritable plaisir alors même que je ne suis pas une inconditionnelle de l'auteur. Seulement comment ne pas s'attacher à Lavinia ? Une existence qui ne tient à presque rien. Quelques vers perdus à travers l'Énéide, elle-même perdue dans un vaste héritage qui tombe déjà presque en poussière dans l'indifférence. Mais un poète a prononcé son nom, même une seule fois, et voilà qu'un autre poète lui insuffle la vie. Car il y a de la poésie dans ce récit, de ce "supplément d'âme" qui caractérise la fantasy dans ce qu'elle a de meilleur, quoiqu'il ne s'agisse pas d'un roman de fantasy.

Lavinia suivra donc le dessein que lui ont tracé le poète et les dieux mais elle le suivra de son plein gré, en femme libre d'elle-même, malgré tout.
Entre retours sur sa vie et visions à venir, une figure de femme pleine d'intensité, très belle, servie par une écriture à la hauteur et structurée par une solide érudition, jamais tout à fait visible mais bien présente.
J'ai beaucoup aimé. Pas étonnant que ce roman ait obtenu le Locus Award 2009. C'est peu de dire qu'il le méritait. 

Hélène - 05/03/2011 - Les Vagabonds du Rêve

Retrouvez l'article complet sur le site des Vagabonds du Rêve

+
Le Guin - Lavinia - Elbakin.net
Posté 16 mars 2011 -

Couronné notamment par un Locus Award en 2009, ce nouveau roman signé d’un grand nom comme Le Guin était fatalement attendu.
Ici, elle donne vie et prête voix à un personnage oublié, Lavinia, à peine évoqué dans l’Enéide de Virgile. Et pourtant, celle simplement présentée dans la légende comme la femme destinée au héros, l’épouse destinée à jouer un modeste rôle strictement défini à l’aube de Rome, ne manque pas d’épaisseur…
Pas de réelle surprise en vue : Ursula K. Le Guin nous livre là un beau portrait de femme, feutré, subtil, complexe, prenant pour cadre une étonnante Antiquité, le tout par le biais d’une plume douce, amère, mais toujours poétique.[...]

Lire la suite de l'article

+
Le Guin - Lavinia - Le Journal du Dimanche
Posté 04 avril 2011 -
Lavinia, c’est la fille de Latinus, qui régnait avec sagesse dans un passé lointain sur un petit royaume situé le long du Tibre: là où sera un jour créée la Rome antique. Elle conte son histoire. [...]
"Sans guerre, il n’y a pas de héros. Serait-ce vraiment un mal? Oh, Lavinia, il n’y a qu’une femme pour poser pareille question…"
À la vertu liée à la victoire elle préfère la sagesse, la piété. Elle accepte son destin, mais tient à sa liberté. Depuis cinquante ans, Ursula Le Guin délivre des messages profondément humanistes dans des récits de science-fiction d’une exceptionnelle qualité. Elle a ici choisi un cadre historique qu’elle a méticuleusement étudié et l’Énéide de Virgile que découvriront sans doute, grâce à elle, de nouveaux lecteurs.  
 
Michel Pébereau - Le Journal du Dimanche ( suite de l'article )
+
Le Guin - Lavinia - Courrier français
Posté 04 avril 2011 -

Les latinistes convaincus ont sûrement rencontré, au fil des écrits, le personnage de Lavinia, ne serait-ce que dans L'Eneide de Virgile, pourtant à peine évoquée dans ces pages. Pourtant, le personnage de Lavinia joua un rôle clé dans l'histoire de Rome à ses origines, son monde donnant naissance à la civilisation moderne occidentale. Elle vécut dans l'ombre d'Enée, libre malgré tout et gardant le chois de son destin, tout en se protégeant. Ce destin peu banal, qui fut à l'origine d'une des plus importantes guerres de l'Antiquité, la romancière Ursula K. Le Guin a choisi de le raconter sans fioriture mais avec élégance et poésie, en un récit juste et fulgurant, vivant portrait d'une femme libre et digne. Lavinia, qui égale sans peine les chefs d'œuvre pourtant nombreux de l'auteur (dont le célèbre cycle de Terremer), a décroché le Locus Award 2009, l'un des très grands prix consacrés à la littérature de l'imaginaire.

Christian Robin - Courrier français 11.03.2011

+
Le Guin - Voix - Culture hebdo
Posté 05 avril 2011 -


Interdit de lire et d’écrire

On savait que les régimes totalitaristes ne portent pas trop dans leur cœur les intellectuels, car ces poseurs de questions deviennent gênant et risque de déstabiliser le pouvoir en place. C’est ce qui se passe avec les Alds qui ont pour croyance que des démons se cachent sous les mots. D’où leur interdiction aux leurs de lire ou écrire sans quoi c’est la peine capitale qui s’applique. Mais c’est sans compter le poète Orrec Caspr et son épouse Gry. Lui, est conteur. On peut imaginer qu’il désapprouve les Alds. Il faut donc les rééduquer à la beauté des mots. Ce sujet pour le moins fantaisiste revient à l’écrivaine Ursula K. Le Guin qui maîtrise la langue et la rythmique du récit comme pas une. Du moins dans la traduction éclairée de Mikael Cabon. On a adoré.

Daniel Rolland - Culture Hebdo

+
Le Guin - Voix - Lectures
Posté 12 avril 2011 -

Et un classique incontournable de la SF. et de la fantasy, l'Américaine Ursula Le Guin l'est indéniablement, elle que la critique a depuis longtemps apparentée à Tolkien et à Frank Herbert. Née en 1929, Le Guin continue d'écrire, sans nul essoufflement. Vient de paraître, Voix, premier volet d'une trilogie qui promet d'être remarquable.

Le récit a pour cadre un vaste territoire imaginaire, Les Rivages de l'Ouest, dont le centre est la ville d'Ansul, de très ancienne culture, dont l'auteur donne un plan détaillé en tête de son roman. Ansul, cité magnifique, cœur du monde, avant que surgisse l'invasion barbare.

Cité de l'harmonie, de l'art, de la haute pensée, Ansul est tombée sous la coupe des Alds, peuple de nomade des déserts de l'Asudar, incultes, fanatiques, dévastateurs. Ces ennemis de toute culture interdisent les livres, car selon eux, les mots seraient le repère des démons. Cependant, il demeure au cœur de la ville, une salle cachée, où seuls peuvent pénétrer quelques rares initiés et où sont sauvegardés des livres. La narratrice se souvient qu'à quatorze ans, alors qu'elle ne savait même pas lire, elle détenait de par sa mère morte, le secret pour pénétrer dans ce sanctuaire. C'est des livres que la toute jeune fille acquerra le pouvoir de libérer Ansul des oppresseurs barbares ; aidée en cela par le vieux passemestre, le maître de la culture traditionnelle, personnage fascinant, doté d'une aura de sagesse et de bienveillance, dont les réflexions lapidaires ne peuvent qu'interpeller.

Roman d'évasion, certes, mais porteur de sens. Éloge du langage, des livres, de la culture, laquelle l'histoire l'a montré en Perse et en Chine, a le pouvoir d'absorber les envahisseurs incultes.

 

Jacques Crickillon - Lectures

+
Le Guin - Lavinia - L'écran fantastique
Posté 15 avril 2011 -

L'Énéide, le poème épique de Virgile, raconte la guerre opposant Turnus à Énée jusqu'à la victoire de ce dernier. Bien que long de 10 000 vers, il ne cite qu'une seule fois la femme à l'origine du conflit, Lavinia, que sa mère avait promise au guerrier du Latium, alors que les augures disaient au père de l'offrir au Troyen. Mais Virgile le savait inachevé et le vouloit voir brûler à sa mort. Il y eut au fil du temps diverses tentatives pour le compléter. Ursula Le Guin a préféré donner le point de vue de Lavinia sous une forme romanesque, tout en débarrassant le récit de ses dieux et en restituant au mieux les conditions de vie de l'époque. Son texte est moins épique : les combats sont résumés en deux pages par une éloquente litanie de meurtres en cascade, mais il donne vie et force à ce qui fait le moteur du récit. Le Poète rêvant à son œuvre apparaît à son héroïne, lui narrant les scènes où elle est absente. Au final, ce poème en prose complète avec finesse l'œuvre originale en éclairant respectueusement ses contours.


Claude Ecken - L'écran fantastique

+
Le Guin - Lavinia - Bifrost
Posté 06 mai 2011 -

Période faste pour l’Atalante. Les parutions d’auteurs francophones se multiplient et Ursula K. Le Guin nous réjouit le cœur et l’intellect. Pendant que l’excellent cycle pour la jeunesse Chroniques des rivages de l’Ouest poursuit son bonhomme de chemin (la conclusion est prévue pour mars), l’éditeur nantais nous gratifie d’un roman adulte, auréolé du Prix Locus, excusez du peu. Même si une récompense n’est pas toujours un gage de qualité, elle apparaît ici amplement méritée, distinguant en outre un roman admirable.

Abandonnant les préoccupations très contemporaines, Ursula Le Guin nous invite à un voyage dans le passé, quelque part entre mythe et réalité, en cette terre du Latium où naîtra la Rome républicaine puis impériale. Une pause enchanteresse et bucolique où s’exerce l’acuité redoutable du regard de l’ethnologue. Une parenthèse empreinte de poésie et de lyrisme. Une invitation à relire L’Enéide de Virgile, texte épique s’il en est, retraçant le périple d’Enée et les origines mythiques de la cité de Rome.

La place de Lavinia tient à peu de choses dans L’Enéide, son rôle constituant à devenir la femme du héros Enée, et par la même à sceller l’alliance entre les Troyens et les Latins. Ursula Le Guin choisit de faire de la jeune femme la narratrice et le personnage titre de son roman. Lavinia apparaît ainsi comme la réécriture, du point de vue féminin, d’une partie de l’épopée de Virgile. L’auteur mourant apparaît lui-même dans le récit, comme une apparition spectrale en provenance du futur, lorsque Lavinia se recueille dans le secret du sanctuaire de sa famille. Le dialogue noué entre les deux personnages – le réel et le fictif – se révèle très touchant, un des moments forts du roman. Le poète lui dévoile le passé – la guerre de Troie, le séjour en Afrique chez Didon – et le futur – l’arrivée d’Enée et la période augustéenne -, se faisant ainsi oracle. On le constate rapidement, ce dispositif narratif sert de prétexte à une réflexion sur la liberté et le destin, sur le réel et la fiction. Personnage anecdotique et pourtant capital de l’épopée – en elle, la lignée d’Enée fait souche -, Lavinia ne vit qu’au travers des écrits de Virgile. Ici, elle incarne la légende, restant consciente de son caractère fictif, en grande partie imaginaire, et interpellant avec régularité le lecteur à ce propos. Ce faux monologue impulse un sentiment de trouble. Il rend la jeune femme d’autant plus réelle. Lavinia  sa liberté. Un destin pour ainsi dire gravé dans le marbre. Forcer la main de son père, s’opposer à sa mère, à sa famille et à son peuple. Épouser la cause de l’étranger, de l’exilé. Exister en tant que tel et non uniquement sous la plume d’un autre. incarne aussi un destin livresque et tente de s’accorder

Lorsque le roman débute, Enée débarque avec armes et bagages. Lavinia assiste à l’événement annoncé par le spectre de Virgile. Puis, sans transition, l’histoire se décale dans le passé. Ursula Le Guin nous plonge au cœur du Latium archaïque. Immersion immédiate aux côtés de gens simples, petits paysans, esclaves, maisonnée du roi Latinus. La limpidité de la narration et l’authenticité de la reconstitution frappent aussitôt l’esprit. Une vie près de la nature, le sacré imprégnant par ses rites chaque geste du quotidien. Les couleurs, les odeurs, les sons, rien ne manque. Le cadre du drame à venir est dressé. Il ne reste plus aux évènements qu’à se dérouler, fatidiques puisque déjà écrits. Alors en attendant, on fait connaissance avec Latinus, vieux roi fatigué désirant la paix. Avec son épouse Arnata, rendue folle par le chagrin, avec Turnus, impétueux et jeune souverain de Rutulie, avec Drances, conseiller roublard de Latinus. Avec Enée enfin… On s’émerveille du traitement des personnages, de l’atmosphère envoûtante tissée par Ursula Le Guin. Un tropisme dépourvu d’artifices et de fioritures. Tout l’art du conteur au service de la littérature.

A près de 80 ans, Ursula Le Guin démontre avec Lavinia que le meilleur de son œuvre n’est pas derrière elle. Loin de s’endormir sur son passé, elle écrit un roman tout bonnement époustouflant. Lavinia rappelle ainsi les litres les plus importants de bibliographie, Les Dépossédés ou La Main gauche de la nuit pour n’en citer que deux. Et il s’impose comme une des parutions incontournables du début de l’année 2011.

 

Laurent Leleu- Bifrost

 

+
Le Guin - Pouvoirs - Les chroniques de l'imaginaire
Posté 12 mai 2011 -

Gavir connaît sa place et son avenir : il est un esclave de la maison Arcamand, et plus tard il remplacera Everra, le professeur qui enseigne à tous les enfants de la maison, maîtres et esclaves. Et il ne parle qu'à sa soeur aînée, Callo, de ces "souvenirs" qui lui viennent d'évènements qui ne se sont encore jamais produits. Gavir serait parfaitement heureux sans Holby, fils bâtard du Père, dont les règles ont fait un esclave, et qui en souffre violemment, et sans Torm, le fils cadet brutal du Père, qui le préfère à son aîné Yaven. Gavir enfant ne sait pas que sa place, son avenir et tout ce qu'il aime vont un jour laisser place à un mur noir, sans mémoire, d'où n'émergeront, peu à peu, que les vers qu'il a appris.

Pouvoir de se souvenir, pouvoir de dire, pouvoir de tuer, ou de sauver, pouvoir sur l'autre en général, tous ces différents pouvoirs sont au coeur de ce roman, sous-tendu par une réflexion sur l'origine du pouvoir et sa fin : d'où vient-il ? comment l'obtient-on ? Est-il légitime d'utiliser quelque moyen que ce soit pour l'obtenir ? Y a-t'il quelque chose de plus important ? Le Guin y remet donc sur le métier un thème illustré, notamment, dans Terremer.

Bien sûr, elle y poursuit la réflexion sur la liberté et l'esclavage, quelle que soit la forme que ce dernier prenne, qu'elle avait abordée dans les tomes précédents. On y retrouve aussi (c'est une constante dans toute son oeuvre) le thème de la différence homme/femme, dans cette illustration extrême qu'est la vie si codifiée des gens du Marais. Enfin, est déclinée sous une autre forme encore l'importance de la culture, comme instrument de liberté et de connaissance de soi autant que du monde.

Tout cela dans une langue très lisible pour le lecteur adolescent à qui le roman est destiné, et qui ne pourra que s'attacher aux personnages de son âge qui le peuplent. L'action y est quasi constante, ce qui encouragera le jeune lecteur à poursuivre. Enfin, s'il peut bien sûr se lire seul, on aura davantage de plaisir à lire la fin si on sait qui sont les personnages qui y apparaissent.

Il n'y a rien d'étonnant à ce que ce roman habile et abouti, que les adultes prendront également beaucoup de plaisir à lire, ait obtenu le prix Nebula en 2008.

 

Mureliane - Les chroniques de l'imaginaire

+
Le Guin - Pouvoirs - ActuSF
Posté 23 mai 2011 -
Troisième volet des Chroniques des rivages de l’Ouest, Pouvoirs a reçu le prix Nebula 2008 du meilleur roman.
Dans ce dernier récit de la trilogie, le vrai pouvoir est dans l’apprentissage de la liberté, par la mémoire et la culture. L’enfant, puis l’adolescent esclave devient un adulte libre. Prisonnier de sa famille et de la société qui l’assujettit à un rôle de marionnette, qui le poursuit quand il s’émancipe, le jeune soumis trouve sa voie grâce au savoir. Et s’ils sont si peu nombreux à trouver la leur, c’est qu’il doit bien s’agir d’un « pouvoir », salutaire pour le héros et salutaire pour la société sur laquelle il exercera, par son esprit et sa voix, un véritable pouvoir.
C’est Gavir lui-même qui nous conte son histoire. Sans parti pris, sans amertume, il relate les faits tels qu’il les a perçus au moment où il les a vécus. Élevé très jeune dans la famille Arca, il est reconnaissant à Père et à Mère de traiter les esclaves avec justice et sans cruauté. Proche de sa sœur, Callo, la seule personne à qui il peut se confier librement, il se réfugie dans la lecture et l’histoire d’Etra et des rivages de l’Ouest. En dépit des vexations jalouses de quelques enfants de la famille, il se sent chez lui parmi les siens. La guerre entre Cités-Etats va changer la donne. Sollicité par des maîtres, il va découvrir des formes de littérature interdites, prônant la liberté et l’égalité des citoyens. Il va découvrir l’impuissance et la haine, quand sa soeur, pourtant promise à l’un des enfants de la famille, sera humiliée et tuée par l’un de ses persécuteurs.
 
Cet événement va l’entraîner, presque fortuitement, dans une marche progressive vers la liberté. Une liberté individuelle et sauvage, d’abord, puis une liberté collective de révoltés, non dénuée de soumission. Son don de mémoire lui vaut alors un certain confort. Son don de prescience attisera les convoitises lorsqu’il sera de retour dans son village natal. Gavir tire parti de ses pouvoirs, mais il est aussi toujours, lui-même, un enjeu de pouvoir. Il représente la connaissance, le savoir. Il est convoité par la famille, par les maîtres d’Etra, par le général de la forêt, qui veut libérer les esclaves, par les sorciers des Marais. Ce n’est que parmi d’autres hommes de savoir qu’il trouvera la paix.
 
Ursula Le Guin, dont les qualités de conteuse ne se vantent plus, a le pouvoir de recréer de l’intérieur, à travers les yeux d’un enfant, une société esclavagiste, mais vertueuse, telle la Rome des grands siècles. Famille élargie, grande ville agricole à la campagne, vertu aristocratique et charges sénatoriales, Gavir vit dans un monde qu’il considère comme naturel. Et cet univers s’impose au lecteur, avec ses grandeurs et ses infamies, où les rancœurs, les jalousies, les passions et les bonheurs simples sont retracés avec tendresse et rigueur, sous le scalpel aiguisé d’une ethnologue pleine de compassion. Un enchantement de dépaysement et de lecture.
 
Ursula Le Guin ne s’appesantit sur rien, mais ne voile rien. Comme une caméra qui balaie incidemment un paysage sans le juger, mais en le découvrant lentement tel que le réalisateur le voit, la conteuse effleure la société et en dévoile les failles à travers le parcours singulier de son personnage. Les failles, mais aussi la voie libératrice, Via libertatis. Car dans toute oppression, il y a une issue de secours. Ursula Le Guin ne donne pas de leçon. Elle déroule un chemin de survie, comme le fil d’un destin ou d’une destination, en suivant son héros. 
 
Cette capacité à traiter en profondeur humaine un sujet qu’elle semble frôler, d’un regard presque historique, est vraiment propre à Ursula Le Guin, qui reste l’une des plus belles voix de la Fantasy et de la SF. Ce n’est pas tant le style que le ton et la distance mêlée d’empathie forte et généreuse avec ses personnages qui sont remarquables. Le rythme est lent, comme pour donner davantage de profondeur à l’instant ou à la mémoire des sentiments. Le point de vue est empreint tout à la fois de proximité et de recul. On devine que le héros qui s’exprime à la première personne a désormais un âge avancé et qu’il se penche sur sa jeunesse avec une compréhension nostalgique. L’auteur fictionnel est blasé, rien dans ses souvenirs n’évoque l’indignation ou la réprobation définitive. Il ne démontre rien. Il raconte et ce faisant, il montre la voie.
 
Et c’est sans certitude, sans universalisme saillant, sans l’air d’y toucher, qu’Ursula Le Guin nous rappelle ce pour quoi nous apprenons, ce pour quoi nous savons : pour respecter les autres et être libres.
 
Marc Alotton - ActuSF
 
+
Le Guin - Lavinia - Télérama
Posté 03 juin 2011 -

Chez le Latin Virgile, elle n'était rien ou presque ; chez Ursula Le Guin, elle est tout. Grande prêtresse américaine de la fantasy, l'auteur de Terremer s'empare de la femme d'Enée, Lavinia, à peine évoquée dans L'Enéide, pour en faire l'héroïne féministe d'une passionnante évocation du Latium antique. Fille du roi Latinus, Lavinia refuse le parti qui lui est promis car un oracle lui a prédit qu'elle épouserait un étranger. Elle sait qu'ainsi elle provoquera la guerre mais ira jusqu'au bout...

On retrouve ici les thèmes qui depuis cinquante ans parcourent l'œuvre d'Ursula Le Guin : place de la femme, réflexions sur la foi et la guerre, croyance dans le pouvoir des mots. A la première personne, son roman conte l'éveil à la vie d'une jeune femme. Et s'enrichit d'une réflexion sous-jacente sur l'écriture, qui jamais pourtant ne vient altérer le charme du ­récit.

Hubert Prolongeau - Télérama
+
Le Guin - Voix - olyaolenka.over-blog.com
Posté 16 juin 2011 -
En commençant ce tome ci, je n'étais pas sure de retrouver Orrec et Gry. Je n'avais lu que les premières phrases de la 4ème de couverture (parce que je n'aime pas les lire), et ils n'étaient pas mentionnés. J'avais donc simplement l'espoir de les retrouver sans en être sure. Mais après quelques pages, je voulais savoir. J'ai donc lu la 4ème de couverture en entier, et en voyant leurs deux noms, j'étais rassurée et j'ai continuer ma lecture le coeur léger. 

Durant le premier tome, c'était Orrec qui nous racontait son histoire. Ici, c'est Némar, jeune fille appartenant à la maison du passemestre. Les débuts du livre sont assez durs, puisque nous apprenons la descente en enfer de la ville d'Ansul et surtout de ses habitants.

Puis par la suite, nous suivons tout simplement l'histoire de Némar, sa vie de tous les jours avec cette peur constante. A travers Némar, nous apprenons également l'histoire de sa famille, les Galva, et celle du passemestre, et également leur religion.

Puis un beau jour, Orrec et Gry font leur apparition, et à partir de ce moment, les évènements s'enchaînent. Au fur et à mesure du livre, nous apprenons à connaître ce couple. Car nous les avions quitté alors qu'ils étaient en fin d'adolescence dans le tome précédent. Alors que l'histoire de Némar se passe une vingtaine d'année après le départ d'Orrec et de Gry de leurs foyers. C'est donc un nouveau couple que nous rencontrons. Ils ne sont plus les enfants qu'ils étaient, mais ils sont deux adultes ayant traversé plusieurs pays, découverts de nombreuses coutumes. Orrec est devenu un poète connu et reconnu de tous, et Gry s'occupe toujours des animaux.

J'ai adoré leur évolution, ce qu'ils sont devenus. Gry est certainement mon personnage préféré, son fort caractère, déjà aperçu dans Dons, est toujours présent, et elle n'hésite pas à dire haut et fort ce qu'elle pense. Le couple que forment Gry et Orrec est plein de douceur et d'amour, c'est ainsi que je le ressentais. 

J'aime également beaucoup Némar. Néanmoins, il faut remarqué qu'elle incarne un personnage qui est assez cliché. Une orpheline qui est pris sous l'aile d'un vieux monsieur érudit, et qui possède un héritage particulier. Mais au final, tout est tellement bien tourné, et l'histoire si intéressante que ça ne m'a pas dérangé le moins du monde.

Mais à travers ces personnages principaux, il y a également tous les autres qui sont présentés : Tirio, le passemestre, Ista également, Gudit ... chaque personnage à sa place et son rôle, et on ne peut que les apprécier. 

Une chose que j'ai particulièrement aimé dans ce bouquin, c'est la place qu'ont les livres justement et la lecture. Ce peuple qui risque la mort pour préserver les derniers livres restants, je trouve ça tellement beau, courageux, et juste. 

Ce tome est beaucoup plus intense que le précédent. Et si l'une des critiques que j'ai pu faire aux romans d'Ursula Le Guin, c'est à dire un certain manque d'action, oubliez la ! Ici nous en avons ! Tout est parfaitement rythmé, et on ne s'ennuie pas une seule seconde.

Cette histoire n'est pas seulement un livre d'apprentissage. C'est aussi un livre sur tout un peuple opprimé qui se bat. C'est aussi un livre dans lequel la religion est présente et importante. Bref, c'est une superbe histoire, magnifiquement contée. 

Si j'avais adoré le premier tome, celui ci m'a encore plus touchée, c'est un véritable coup de coeur.

 

Olya - olyaolenka.over-blog.com

+
Le Guin - Dons - Lecture jeunesse
Posté 27 juin 2011 -

Ce premier tome des Chroniques des rivages de l'Ouest (qui a obtenu le Pen/USA Award en 2005) se situe non pas sur ces rivages mais dans l'arrière-pays, région vallonnée des Entre terres où les Brantors, propriétaires de domaines agricoles et sorciers, tous dépositaires d'un don, cherchent à la fois à maintenir la pureté du lignage pour une bonne transmission de leurs dons et à conserver leurs terres (malgré les attaques de leurs voisins), voire à les agrandir. Ces dons sont variés : guérison, appel du gibier, asservissement, destruction, etc., parfois dangereux et même mortels. Ils passent par la voix, le regard, la main... La fantasy dans cette fiction n'a donc rien à voir avec celle des récits héroïques pleins de guerres spectaculaires, d'elfes, de nains, de dragons et de magiciens... Dans cette société figée, la vie est dure, souvent cruelle et violente, la pratique de la sorcellerie, celle de microsociétés assez renfermées.
Le roman, écrit à la première personne est centré sur les souvenirs d'Orrec – depuis sa petite enfance jusqu'à la fin de l'adolescence -, qui est un des deux personnages principaux avec son amie d'enfance, Gry, et qui a hérité du pouvoir de défaire, pouvoir de destruction, apparemment sous sa forme la plus terrifiante : il a donc décidé de neutraliser son regard en portant un bandeau, préférant devenir temporairement aveugle pour ne pas faire un usage incontrôlé de ses capacités. Ce récit initiatique de facture classique analyse très finement la maturation fort douloureuse et difficile d'Orrec en plongeant le lecteur au cœur de ses sensations, pensées, rêves, l'évolution de ses relations avec son père et son amie Gry et sous-tend une réflexion sur la transmission et la liberté. Dans une société aussi figée, est-il possible d'échapper à un destin tout tracé, d'acquérir une conscience autonome, de s'émanciper ? Que faire du don, y en a-t-il un autre usage ? Ce roman atypique et singulier, semé de récits dans le récit, à l'écriture poétique, ne sacrifie pas aux canons d'une fantasy spectaculaire et met en place un monde très crédible et des personnages finement caractérisés dont on pressent et on attend les aventures pour les deux tomes suivants, sans doute sur les rivages de l'Ouest. Il s'adresse à un lectorat curieux et sorti de la préadolescence.


Marie-François Brihaye – Lecture jeunesse

+
Le Guin - Lavinia - Lecture jeune
Posté 29 juin 2011 -

Une fille de roi, Lavinia, courtisée par de nombreux prétendants, attend Enée, l'étranger que les oracles lui ont promis et avec qui elle se mariera pour donner naissance à une dynastie dont les descendants fonderont la ville de Rome et un empire immense. Lavinia, héroïne du roman éponyme, est évoquée en quelques vers par Virgile dans l'Enéide. Ursula K. Le Guin reprend cette trame, mais renverse le point de vue en donnant la parole à cette jeune femme qui devient la narratrice : "C'est mon poète qui m'a rendu réelle [...], qui m'a donné la capacité de me souvenir de ma vie, de mon identité". Magnifiée par une écriture très attentive aux paysages et aux émotions, sa voix convoque un Latium à l'âge de bronze, mi légendaire, mi réel, avec sa vie quotidienne paisible malgré quelques guerres, ses fêtes et ses rites religieux. Lavinia, pieuse, loyale et sensible, mais aussi déterminée et lucide, évolue dans cet univers simple et plein de mystères à la fois.

Contre l'avis général, elle choisit son destin d'épouse d'Enée même si le prix à payer en est la guerre et le sang versé. Autour d'elle gravitent des personnalités riches et complexes, son père, Latinus et sa mère, Amata, Enée et son fils Ascanius, Turnus, un de ses prétendants, toutes très humaines et attachantes. La narration se déploie sur plusieurs décennies mais de façon non linéaire, Ursula K. Le Guin trançant des arabesques dans le temps avec de fréquents retours dans un passé héroïque ou des projections dans un avenir contemporain de Virgile. Seuls le spectre du poète mourantn venu rencontrer Lavinia, et le poids d'oracles s'exprimant dans les rêves, donnent une coloration fantastique au roman.

Cet ouvrage inclassable a été récompensé par le prix Locus 2009. Tout à la fois épique, tragique, fantastique et lyrique, il plonge le lecteur dans une Antiquité lointaine qui n'est pas sans rappeller parfois le monde des seigneurs paysans de la Chronique des rivages de l'Ouest. Lavinia interroge aussi subtilement le statut de la femme dans la société antique, le poids et le rôle des rites religieux, l'art de la diplomatie, et plus largement les notions de destin, de liberté et d'immortalité. Au lecteur de prendre le temps de savourer un livre très dense, de découvrir une époque inattendue et un magnifique portrait de femme.

 

Marie-Françoise Brihaye - Lecture jeune

+
Le Guin - Chroniques des Rivages de l'Ouest - Bifrost
Posté 28 juillet 2011 -
Ces dernières années, délaissant - pour un temps ? - ses incontournables cycles de " Terremer " et de " l'Ekumen ", Ursula K. Le Guin a livré une nouvelle trilogie de fantasy avec " Chronique des Rivages de l'Ouest ", composée de " Dons " (Pen/USA Award 2005), " Voix " et " Pouvoirs " (prix Nebulla 2008); ce qui fait tout de même une belle brochette de récompenses, a fortiori si l'on y rajoute le prix Locus ô combien mérité remporté par l'excellentissime Lavinia, paru en début d'année chez le même éditeur. Pour ceux qui en douteraient, il semblerait donc que l'auteur de La Main gauche de la nuit a encore bien des choses à nous dire...
 
Chronique des Rivages de l'Ouest ", à l'origine, a été vendue comme une série de littérature " jeunesse ". On notera cependant que l'Atalante a choisi de ne pas insister sur cette dimension " jeunesse ", et de publier ces trois volumes dans la collection " La Dentelle du Cygne " ; ce qui apparaît particulièrement justifié à leur lecture. Ce qui est certain, c'est que les adultes auraient bien tort de s'abstenir de lire cette série en se basant sur cette seule catégorisation, car Ursula Le Guin, tout en se pliant à sa manière aux contraintes de l'exercice " jeunesse ", prend bien soin de ne jamais rabaisser son lecteur, mais au contraire de l'élever en l'amenant à réfléchir de lui-même sur des sujets graves et sérieux dont l'actualité ne saurait faire de doute: tendance qui ne dessine de plus en plus nettement au fil du cycle, jusqu'à culminer avec la réflexion politique et éthique de Pouvoirs, qui s'inscrit dans la droite lignée des Dépossédés et de Quatre chemins de pardon.
 
L'essentiel de l'action de Dons se concentre dans les collines des Entre-Terres. Là vivent des fermiers, qui sont tous autant de sorciers, ayant hérité de leur lignage un " don " particulier. Orrec dispose ainsi du pouvoir de destruction : il peut " défaire " tout et n'importe quoi, y compris le vivant. Un pouvoir qui le terrifie au point qu'il a choisi de ne pas en faire usage en se "mutilant": il s'est " aveuglé " à l'aide d'un bandeau sur les yeux. Car il est réputé avoir l'Oeil sauvage, et peut-être bien l'Oeil fort... Ce court roman nous rapporte ainsi les souvenirs d'Orrec, de sa plus tendre enfance à ce que l'on appellera son " émancipation ", si ce n'est l'âge adulte. On le suit donc dans ses jeux innocens avec son amie Gry, et dans sa vie de famille avec ses parents Canoc et Melle, la citadine enlevée il y a bien longtemps. Car les fermiers se révèlent parfois illards, et leur vie, déjà passablement rude, est faite de tensions régulières, débouchant parfois sur des guerres privées. Les chefs de clans, les " brantors " négocient ainsi des alliances et des mariages de raison, et leurs domaines sont autant de petits fiefs sans suzerain supérieur. Les Entre-Terres connaissent une forme d'anarchie continuelle, dont les habitants se satisfont la plupart du temps, mais qui peut avoir des conséquences cruelles. Ursula Le Guin, dans ce court roman, se montre toujours aussi douée pour inventer et décrire par le menu des sociétés complexes et crédibles. Un cadre de choix pour développer une thématique initiatique passionnante, où domine la question du libre-arbitre, fondamentale pour l'ensemble du cycle. Et on y retrouve tout ce qui a toujours fait le talent de l'auteur, le sens du détail, sa pertinence anthropologique, sa subtilité dans l'émotion, son talent pour la caractérisation des personnages... et une certaine atmosphère indéfinissable, particulièrement réussie.
Voix adopte pour sa part un cadre urbain, la cité portu es, et, surtout, voient dans les livres l'oeuvre des démons. Après avoir pris la ville, ils ont anéanti la bibliothèque et instauré un régime de terreur. La résistance n'est guère que symbolique ; il s'en trouve quelques uns pour sauver des livres, et les amener à Galvamand, la Maison de l'Oracle, où ils savent qu'ils seront en sécurité. Car Galvamand possède une bibliothèque secrète, et Némar sait tracer dans l'air les lettres qui ouvrent la porte de cette caverne au trésor. Mais si les Alds méprisent les livres, ils raffolent des poètes; aussi accueillent-ils chaleureusement le célèbre Orrec Caspro. Le Gand des Alds attend du poète qu'il récite pour lui les chants guerriers de son peuple, mais les habitants d'Ansul n'ont aux lèvres qu'un poème de la composition même d'Orrec, qui a nom " Liberté "... Sorte de Fahrenheit 451 transposé dans un univers de fantasy, Voix est un vibrant réquisitoire contre les intégrismes les plus obscurantistes. Avec tout autre auteur qu'Ursula K. Le Guin, cela aurait pu sentir passsablement mauvais... Mais nul excès de manichéisme n'est à craindre dans ce livre d'une profonde humanité et d'une grande justesse, riche en belles et complexes figures. L'identification avec les personnages est quasi instantanée, et, si le récit n'est finalement guère épique en dépit de son contexte révolutionnaire, on se prend néanmoins d'enthousiasme pour la cause des Ansuliens, leurs subtils débats politiques quant aux fins et aux moyens, et, par-dessus tout, pour ces personnages si humains, avec leurs faiblesses...
Pouvoirs, enfin, prolonge et achève ces réflexions sur la liberté, l'identité, le savoir et les relations complexes que ces notions entretiennent. Le narrateur est cette fois Gavir, un jeune esclave de la Cité-Etat d'Etra, qui n'a jamais véritablement connu la liberté - il a été enlevé tout enfant - et se contente dès lors volontiers du statu quo. Mais de graves événements surviennent, qui vont amener l'enfant des Marais, doté d'une mémoire prodigieuse et de facultés prophétiques, à fuir ses maîtres et à faire le difficile apprentissage de la liberté, en même temps qu'il cherchera à définir son identité. Long et douloureux périple - tenant de l'exode ou de la diaspora -, qui l'emènera à croiser nombre de personnages hauts en couleur, dont un charismatique émule de Spartacus et de Robin des Bois, et à remettre en question tout ce qu'il croyait savoir ; car la réalité et l'apparence ne font pas toujours bon ménage, et la liberté, la vraie liberté, n'est pas chose si répandue de par les Rivages de l'Ouest. Bien plus long que les deux romans précédents, Pouvoirs est tout aussi réussi, et en reproduit les qualités. 
 
Avec " Chronique des Rivages de l'Ouest ", Ursula K. Le Guin lire à nouveau une brillante trilogie riche de son intelligence coutumière, et les amateurs de la dame ne seront certainement pas déçus du voyage. Chaque volume, pris indépendamment, est du plus grand intérêt, et, si l'on n'osera pas dure que l'on n'osera pas dire que l'on y atteint les sommets des meilleurs volumes de " L'Ekumen " ou de Lavinia - c'est que la barre est placée très haut -, on passe néanmoins à chaque fois un excellent moment dans cet univers " réaliste ", propice à la réflexion éthique et politique.
Dons, Voix et Pouvoirs sont donc à recommander, au-delà des considérations d'âge, à tous ceux qui apprécient la fantasy subtile et intelligente, bien loin des clichés de la big commercial fantasy lobotomisante et sans âme.
 
Bertrand Bonnet
Bifrost
 
   
 
+
Le Guin - Chroniques des Rivages de l'Ouest - Galaxies n°12
Posté 28 juillet 2011 -

On ne présente pas Ursula Le Guin. Sa bibliographie parle pour elle. Les romans de cette grande dame de la SFF, imprégnés de son goût pour la découverte et l'exploration de sociétés étrangères, visent toujours à cerner, dans le chaos des formes, la constante qui est au coeur de toute vérité humaine. On l'appelle parfois religion, ou plus simplement : lien. Les êtres de La Guin, comme dans le vrai monde, sont liés par le besoin de croire aux fictions qu'ils se créent.

Le cycle des Rivages de l'Ouest, qui fait plus qu'évoquer les lumières et les couleurs du monde de Terremer, est une oeuvre de la maturité, où le ton, la distance, la langue posée définissent les personnages et les situations :

Dons, premier volet de la trilogie, est un conte sur le renoncement. Dans les collines des Entre-Terres, vivent des tribus dont certains membres sont doués de pouvoirs surnaturels. D'un mot, d'un geste, d'un regard - comme le jeune Orrec Caspro, figure centrale du roman - ils peuvent créer ou détruire. Face à cette incertitude, le pays vit dans une sorte d'équilibre de la terreur. Orrec a hérité de son père d'un don sauvage de destruction qu'il n'a pas voulu et qu'il ne sait pas maîtriser. Etouffé par la menace constante que représente cette puissance incontrôlable, il décide de se bander les yeux, renonçant à son don mais aussi à son destin, au milieu social qui l'a vu naître. Commence dès lors pour lui un étrange parcours initiatique, fait de déchirements, d'errements, de rencontres décisives. Accompagné de Gry, la belle charmeuse d'animaux, il apprendra à creuser son sillon dans la chair d'un monde qui, pour lui être devenu étranger, n'en reste pas moins la matière sombre avec laquelle on forge des rêves.
Ce roman est la parfaite illustration littéraire d'une réflexion engagée par Marcel Mauss, à l'occasion de son essai sur la signification sociale du don. Comme son illustre aîné, Le Guin montre que le don dans les sociétés tribales n'est pas un acte gratuit, mais qu'il obéit plutôt à une logique propre, et comporte une obligation de réciprocité. Le don est créateur de lien : le don oblige celui qui le reçoit, qui ne peut se libérer que par un contre-don. Pour Mauss, le don comportait trois étapes : l'obligation de donner, l'obligation de recevoir et l'obligation de rendre. Ainsi d'Orrec : il y a une contrepartie à son renoncement. La perte (ou le don) du don paternel lui permet d'en recevoir un autre, par sa mère : une qualité d'écoute, une empathie qui se transforme peu à peu en art de conter, de recréer en imagination ce que ses yeux ne peuvent plus voir. Le contre-don d'Orrec, ce qu'il rendra aux autres, c'est la magie de sa voix, ses poèmes, ses histoires. C'est d'ailleurs la conclusion de ce petit ouvrage très réussi, qu'on peut lire comme une métaphore subtile sur le passage à l'âge adulte, récitée dans une langue à la fois élégante et précise qui sied admirablement bien à la littérature jeunesse. 
 
Dans le second tome, Voix, la perspective s'est quelque peu déplacée. L'histoire cette fois est racontée du point de vue de Némar, une petite ratte de bibliothèque : passion périlleuse lorsqu'on vit dans une ville où posséder un livre est condamnable. Ansul était jadis une cité admirable, riche de nombreux lieux dédiés à l'étude, à la connaissance. C'était avant l'invasion des Alds. Ces nomades du désert croient en la présence de démons dissimulés entre les mots. Aussi proscrivent-ils la pratique de la lecture et de l'écriture, sous peine de mort. La résistance culturelle s'est organisée autour du passemestre Sulver Galva, dont la Maison abrite le fameux sanctuaire des livres hanté  par Némar. Les habitants d'Ansul y cachent le peu d'ouvrages qui ont échappé aux Alds, ainsi que leurs espoirs de libération : une prophétie a annoncé que la renaissance de la ville sortirait de ce gouffre du savoir, d'une image, d'un mot, ou d'un signe. Voilà qu'arrivent des Entres-Terres le poète Orrec Caspro et son épouse, invités à la cour du maître des Alds. Orrec charme les nomades par sa musique et sa poésie. Mais dans la voix du conteur, gît aussi l'étincelle qui saura éveiller les forces endormies du peuple d'Ansul et le pousser à se révolter contre l'oppresseur.
 
D'un récit sur le renoncement, Le Guin passe à un récit d'affrontement : un combat de mots. Mots sortis des livres contre mots sortis des bouches. Fictions contre fictions. Combat feutré dans lequel les hommes, littéralement, ne sont que des porte-parole ; dont l'enjeu n'est pas moins déterminant que ceux qui se déroulent sur d'autres champs de bataille ; et dont l'issue n'est jamais véritablement tranchée. Sur cette question vertigineuse, Le guin a l'intelligence de la neutralité, même si sa symbolique semble parfois noyée dans une intrigue trop touffue pour un livre de ce calibre, et qui prend son temps pour se déployer. La peinture de la société d'Ansul, violente, décadente, haute en couleur, occasionne quelques longueurs ; elle est aussi, à bien des égards, plus chaleureuse, plus fascinante que celle des Entres Terres. Rapprochement des contraires, introspection. Tout Ursula Le Guin est là. Comme souvent chez elle, l'essentiel n'est pas dans le scénario, assez riche en rebondissements, mais dans la découverte des rapports qu'entretiennent ses personnages, dans leurs pensées et leurs travaux quotidiens, dans cette somme de petits rien qui vont des vies, des nations, des mondes.

Une lecture essentielle pour les ados qui n'en peuvent plus de Percy Jackson et de Tara Duncan...   

Sam Lermite
Galaxies - numéro 12
+
Le Guin - Lavinia - Biblioteca Magazine
Posté 29 juillet 2011 -
"Comme Hélène de Sparte j'ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d'être donnée, d'être prise, en choisissant mon homme et mon destin."
 
Dans l'Enéide, Virgile ne la cite qu'une fois. Jamais il ne lui donne la parole. Prise dans les filets du poète qui n'écrira l'épopée des origines de Rome que des siècles plus tard et sans avoir le temps de l'achever avant sa mort, Lavinia transforme sa condition en destin. De ce qui sera écrit elle fait une vie de son choix. 
 
Traduit de l'américain, cet ouvrage a obtenu le Locus Award 2009, un prix prestigieux consacré à l'imaginaire. De la même auteure : le cycle de " Terremer " ; Dons ; Voix.
 
Biblioteca Magazine n° 152
Janvier 2011
 
+
Le Guin - Lavinia - Le Soir
Posté 01 août 2011 -

Ursula K. Le Guin est un des tout grands auteurs des littératures de l'imaginaire. Cette Américaine de 81 ans a écrit des chefs-d'oeuvre, comme La main gauche de la nuit, Le nom du monde est forêt, L'autre côté du rêve, Les dépossédés.

Son imaginaire s'ancre sur l'individu et les sociétés. Les sciences sociales, l'anthropologie sont ses vecteurs théoriques, mais ce sont les êtres qui la concernent. Et elle n'a pas son pareil pour mettre en scène des personnages, humains ou extraterrestres d'ailleurs, et des mondes qui sont à ce point crédibles qu'on se croirait dans un roman réaliste.

Lavinia est un personnage de mythologie et de poésie. Elle apparaît dans L'Enéide de Virgile. Enée s'établissant dans le Latium prend la fille du roi Latinus pour épouse. C'est Lavinia. Trois vents pages dans Lavinia. Qui sont la voix de cette oubliée du poète romain. Et cette voix est réelle comme un rêve. Ou un poème. 

Car davantage peut-être qu'un roman, c'est une longue ode que Le Guin écrit. Avec une maîtrise absolue du style, de la subtilité, de la fluidité de la prose. Et c'est un hymne à Lavinia, c'est-à-dire à la femme, forte et fragile, décidée et désemparée, pour qui l'on se bat et pour qui l'on conclut la paix. 

Enée est un guerrier couturé, un bel homme, un bon mari, un héros venu de Troie pour établir les racines de l'empire romain, comme le veut l'histoire de Virgile. Mais c'est Lavinia qui le choisit, qui l'épouse, qui force son destin et permet ainsi la fondation de Rome. L'histoire de Rome est féministe. Comme l'histoire du monde, Ursula La Guin vous le dira.

Superbe réflexion sur la place de la femme dans la société, sur la religion et les rites, sur le pouvoir, ce Lavinia est un ravissement. Un pur plaisir de lecture, que l'on savoure lentement.

 

Jean-Claude Vantroyen

+
Le Guin - Pouvoirs - Biblioteca Magazine
Posté 22 août 2011 -
Le jeune Gavir, esclave au service d'une grande famille, reçoit parfois des visions de l'avenir. C'est un pouvoir qu'il ne peut ni expliquer ni contrôler et que sa chère soeur aînée lui conseille de garder secret pour ne pas s'attirer les courroux de ses maîtres.
 
Quand une terrible tragédie anéantit sa foi en tout ce qu'il a jamais connu, il s'enfuit, aveuglé par le chagrin. Commence alors pour lui un dangereux voyage vers un but qu'il ne comprend pas : cherche-t-il la liberté ? son peuple ? l'objet véritable de ses étranges pouvoirs ?
 
Ce troisième et dernier volume de la " Chronique des rivages de l'Ouest " - après Dons et Voix - a reçu le prix Nebula 2008 du meilleur roman américain de science-fiction et de fantasy.  
 
 
Biblioteca Magazine
n°155 avril 2011 
+
Le Guin - Voix - Les Chroniques de l'imaginaire
Posté 24 janvier 2013 -

L'histoire racontée dans cet opus se déroule une vingtaine d'années après les évènements décrits dans le tome précédent. Si on y retrouve Orrec et Gry, l'histoire ne tourne plus autour d'eux, ils n'interviennent qu'à titre de témoins et d'acteurs importants, mais secondaires. Tout ici est centré sur Galvamand, la grande maison des Galva, véritable personnage central. Le thème principal de Voix est la libération d'un peuple, d'un culte, d'un savoir, et d'une source, et les voies, et les voix qu'elle peut emprunter. On y retrouve aussi l'interrogation sur les dons, et ce qu'ils exigent de leurs détenteurs.

Ursula Le Guin semble y renouer avec plaisir avec ces grandes scènes de foule révolutionnaire évoquées, de loin, dans Les dépossédés, et surtout dans A la veille de la révolution (nouvelle parue dans son Livre d'Or). De même le thème des mots interdits évoque Le dit d'Aka, mais il est abordé d'une manière différente, plus tranchée peut-être et plus optimiste, peut-être parce qu'il s'inscrit dans une oeuvre plutôt destinée à la jeunesse. Que les adultes ne se détournent pas pour autant de ce roman intelligent, tendre, pétri de tolérance, qui leur plaira autant qu'aux adolescents auxquels il est destiné.

Mureliane (11/10/2010)

+
Le Guin - Dons - Les Chroniques de l'imaginaire
Posté 24 janvier 2013 -

Si ce roman évoque les Chroniques de Ténébreuse, de Marion Zimmer Bradley, avec les différents laran des familles, on n'y retrouve pas moins le thème, propre à Ursula Le Guin, de l'inversion : chaque don pourrait, peut-être, être utilisé pour soigner et augmenter, son usage présent n'étant qu'un détournement de ce pouvoir de base, pour des raisons de survie. Ce qui nous amène à cet autre thème fréquent d'une innocence à la racine, à présent perdue.

Par ailleurs, le personnage d'Orrec, et surtout ses rapports avec son père, Canoc, sont très intéressants et magistralement décrits ou suggérés, dans leur ambivalence, par l'auteure. Certes, l'histoire du jeune garçon dont on ignore le don potentiellement périlleux, et qui doit trouver sa propre voie parmi les épreuves, est un grand classique, et ne pourra que plaire à un public jeune, mais les différents niveaux de lecture enchanteront également les parents. Ce peut être aussi une bonne porte d'entrée pour qui ne connaîtrait pas encore la talentueuse auteure américaine.

Mureliane (16/04/2010)

+
Della Chiesa - Utopiae 2006 - Les Chroniques de l'imaginaire
Posté 29 janvier 2013 -

Bienvenue dans un Japon où fumer est devenu une habitude tellement répréhensible qu'on assiste à une véritable chasse aux sorcières. Les fumeurs sont devenus persona non grata et encourent l'éradication. Bienvenue dans un monde où l'on réinvente la résurrection du Christ afin de convertir une race extraterrestre à la religion. Bienvenue dans l'univers de Magdalena Moujàn Otaño où les basques créent une machine à remonter le temps afin de découvrir leurs origines, mettant ainsi en lumière les bienfaits des progrès futurs redécouvrant les vertus de la vie passée.

Voilà quelques-uns des thèmes abordés par les nouvelles contenues dans ce nouveau numéro de Utopiae. On connaît maintenant le concept de ce recueil de textes présentés par Bruno della Chiesa qui est de réunir des écrivains de sexe, de culture, de continent et de langue différents. De plus, Utopiae présente l'avantage non négligeable de proposer un dossier en postface, une sorte de concentré biographique déclinant rapidement les identités et faits d'armes de chacun et chacune ainsi que la datation des nouvelles réunies. Dans cet ouvrage, les récits tournent autour d'un thème principal plus ou moins développé selon les auteurs et qui est la religion, sujet traité le plus souvent de manière drolatique ou sur le mode ironique. En effet, il est parfois question de retourner les armes utilisées par la religion contre elle pour la combattre, ou bien encore de renouveler le thème des croisades en créant un nouveau mode de conversion, en vendant un modèle de religion et en utilisant des méthodes très peu catholiques. On trouve aussi le côté prêche de la bonne parole dans la nouvelle du japonais Yasutaka Tsutsui, prêche qui va tourner au fanatisme et à la dictature.

Parmi ces dix récits, on retiendra en particulier la magnifique nouvelle d'Ursula Le Guin, qui traite de la rencontre de deux solitudes avec une sorte de variation autour du thème de Roméo et Juliette c'est-à-dire un amour impossible entre deux jeunes gens appartenant à deux familles rivales. On doit également accorder une attention particulière à l'histoire de Vincent Gessler, très poignante, développant un sujet fort et une souffrance envahissante. La nouvelle de Helmuth W. Mommers interpelle également le lecteur. Elle expose un renversement de réalité saisissant à notre époque où la défense de la nature est un sujet si brûlant. En effet, les personnages se complaisent dans la virtualité ainsi que dans un monde aseptisé où les contacts sont réduits à leur plus simple expression. Le naturel et la réalité n'ont absolument plus leur place dans ce monde, au milieu de ces gens qui ne sortent qu'avec un masque et s'astreignent à une hygiène de vie des plus contraignantes et fatigantes. Il est aussi intéressant de se pencher sur la dernière nouvelle de ce recueil où l'absurde et la drôlerie sont clairement mis à l'honneur par le biais d'un gag sans cesse renouvelé : celui de l'arroseur arrosé. Parvenir à imaginer son héros s'enfuyant sur une bicyclette et régler tous les problèmes au chapitre treize de façon volontairement irrationnelle démontre une haute capacité humoristique.

Cet ouvrage jouant sur toute la gamme de l'humour par le biais de formes de culture aussi différentes que passionnantes est un vrai bonheur pour partir à la découverte ou la redécouverte d'auteurs bourrés de talent et de verve littéraire.

Sig (09/02/2007)

+
Le Guin - Lavinia - Mauvais genres
Posté 24 juin 2013 -

Attention, il s'agit ici de Littérature (remarquez la majuscule). Ursula Le Guin nous offre un magnifique roman, réécrivant et complétant le poème inachevé du Poète. Pour ce faire, elle donne voix à Lavinia, fille du roi Latinus dont le destin est à peine évoqué dans l'Eneide. Et ce cri d'Enée aux enfers que j'ai mis en exergue pourrait résumer la vision de Lavinia : fille de roi dans un pays en paix, sa vie et celle de son peuple sont bouleversées par l'arrivée des troyens. La guerre est rendue inévitable par la personnalité des chefs de la région qui ne voient en Laviana qu'un trophée à conquérir et dans les combats que l'occasion d'obtenir la gloire.

Lavinia n'est pas une princesse de conte de fées. C'est une jeune femme au fait de ses devoirs et obligations et avant le débarquement des troyens, elle a déjà été confrontée aux difficultés : ses frères sont morts en bas âge et sa mère a sombré dans la folie, folie qui attisera les braises du conflit et lui vaudra l'inimitié d'une partie des femmes de son peuple. C'est aussi une femme religieuse, responsable des pénates de sa maisonnée et à l'écoute des oracles. Elle rencontrera le Poète en songe sur un des sites sacrés où sa famille vient depuis des générations consulter les dieux et celui-ci lui révèlera une partie de sa destinée, celle liée à Enée.

Dans sa postface, l'auteur explique que la quasi disparition de l'enseignement du latin est en train de nous priver de ce chef d'oeuvre de Virgile et que ce livre est destiné à proroger son souvenir, c'est une réussite ! Ursula Le guin complète l'Eneide avec maestria, y apportant sa sensibilité humaniste et transformant cette épopée tragique en un superbe roman.

Benoit Furet

+
Le Guin - Voix - Mauvais genres
Posté 24 juin 2013 -
Voix est le deuxième volume de la trilogie Chronique des Rivages de l'Ouest. J'ai déjà parlé du premier ici.

Ce nouveau livre se passe à Ansul, une cité de culture, d'arts et de commerce, où la religion est omniprésente, des dieux étant associés à tous les lieux de la ville, qu'ils soient publics ou privés. Pour son malheur, Ansul la pacifique a été conquise par les Alds, une peuplade venue du désert dans un esprit de croisade. La religion des Alds professe la malfaisance de l'écrit et désigne Ansul comme le lieu où se trouve la source du Mal.

Le personnage au coeur du récit est Némar, une jeune orpheline, fille de la conquête (sa mère fut violée par un soldat ald). Némar a trouvé refuge dans la maison de l'Oracle où une pièce secrète sert à celer les livres à présents interdits à la fureur destructrice des Alds. La situation va évoluer avec l'arrivée d'Orrec, qui n'a plus rien de commun avec l'adolescent de Dons. Il est devenu un célèbre conteur itinérant, passant sa vie sur les routes avec sa compagne Gry à la recherche de nouvelles histoires et de nouveaux publics.

Récit sur la tolérance, la religion et la guerre, Voix est, comme le premier volume, un récit de passage. C'est aussi un très bon livre de fantasy pour qui veut n'en faire qu'une lecture au premier degré. J'ai beaucoup aimé ce bouquin, plus que le précédent car il y est beaucoup question des livres et un livre qui parle de livres est forcément bon.

Benoit Furet

+
Le Guin - Dons - Mauvais genres
Posté 24 juin 2013 -

Premier volume d'une trilogie, Dons nous raconte l'adolescence d'Orrec, héritier d'un clan de sorciers des Entre-Terres. C'est d'abord un récit initiatique qui nous est conté. L'aspect fantastique introduit par la magie, le don de la famille, n'est qu'un prétexte, une façon de mettre en scène ce qui est en premier lieu une histoire sur la transition entre l'enfant et l'homme. L'action se passe dans une région appelée les Entre-Terres qui semble relativement isolée du reste du monde. Là vivent les clans de sorciers, chaque famille possédant un don particulier. Les alliances, querelles, trahisons en tous genres vont bon train entre les différents clans toujours à l'affût d'un avantage sur leurs voisins. En dehors de la famille proche et "douée", le clan inclut toute une domesticité taillable et corvéable à merci, un vrai système féodal.

Orrec est l'héritier d'un clan au pouvoir terrifiant, celui de détruire d'un simple regard tout ce qui leur déplaît. Malheureusement, son don est erratique et il s'impose un bandeau sur les yeux pour ne pas l'utiliser à mauvais escient. Ce livre nous conte son adolescence, période déjà difficile parfois et dont les écueils sont exacerbés par sa situation dans le clan, son don et la manière dont il à choisi de s'en accommoder.

Un très bon livre d'Ursula Le Guin. La psychologie de ses personnages est comme toujours très bien rendue et, si l'histoire peut être abordée comme une simple fiction, une lecture plus psychologique est tout aussi intéressante.

Benoit Furet

+
Le Guin - Lavinia - Albdoblog
Posté 16 décembre 2017 -

Lavinia – fille du roi des Latins avant l’illustre Rome antique – est «destinée» à devenir l’épouse d’Enée qui fut l’objet d’un célèbre (et incontournable) poème épique : l’Énéide, de Virgile. Or, dans cette œuvre, le poète ne la cite qu’une fois, jamais il ne lui donne la parole, jamais il ne lui prête la moindre action phare. C’est tout juste si le lecteur, au détour d’une ligne, prend connaissance de son existence et de son futur rôle. Elle est en fait une simple figurante.
  
Dans le roman d’Ursula Le Guin, Lavinia prend bien plus de consistance. L’auteur utilise une astucieux procédé pour écrire son roman, et l’attacher à l’univers de la Fantasy. C’est en effet, Virgile  lui-même qui va insuffler le premier souffle en couchant son nom sur le papier et entamer une relation « spectrale » avec la jeune femme.  Et Lavinia va alors prendre son destin en main.Initialement, Lavinia, fille de Latinus (roi des Latins) est fiancée à Turnus – parent de sa mère avec laquelle elle entretient une relation distante et teintée d’amertume.
L’arrivée d’Enée l’apatride bouleverse ces projets de mariage.
 
Virgile, au crépuscule de sa vie – qui contera l’épopée de son époux des siècles plus tard – apparaît d’une manière spectrale dans la vie de Lavinia et va influer sensiblement sur sa destinée. Le poète se pose en trait d’union entre la passé et le futur, mais également entre le roman et le poème épique. Il se fait à la fois prophète et confident, provoquant sans doute l’avènement de Rome des siècles plus tard…
 
Il est impossible de ne pas s’attacher à cette jeune femme lumineuse, qui refuse d’être une femme trophée/objet en s’aliénant en partie sa propre mère. Elle choisit une route différente, pleine d’obstacles et de réprobation qu’elle affronte avec bravoure. Comme dans l’essentiel de ses romans, les personnages, et notamment cette jeune femme, sont vivants, intéressants et crédibles. Il m’a été difficile de ne pas faire un trait d’union avec les plus connus des récits de Racine et ses tragiques destins féminins. C’est d’ailleurs un peu cette similitude d’époque et « d’esprit » qui m’a beaucoup plu  et attitrée dans Lavinia ( j’aime les pièces de théâtre et l’œuvre de Racine, entre autres).
 
La fibre anthropologue de Le Guin est nettement perceptible dans le traitement de cette société antique. Non seulement, elle maîtrise la place de la femme, la religion, les liens et traités entre tribus/villes, mais, elle  insuffle une véracité remarquable et très visuelle. Cet aspect « sciences sociales », la nature même de cette fantasy autre, le rythme pas des plus soutenus, pourraient toutefois rebuter des amateurs de magies chatoyantes qui recherchent un roman à base historique ET plein d’action.
 
- Lutin 82, le  18/03/16.
+
Le Guin - Lavinia - Au pays des cave trolls
Posté 16 décembre 2017 -

Lavinia a obtenu le Locus Award 2009, le prix de la plus prestigieuse revue américaine consacrée au domaine de l’imaginaire.

Ursula Le Guin est une auteure américaine reconnue dans les domaines de la fantasy et de la science-fiction. Elle a écrit des romans, nouvelles, poèmes et livres pour enfants.  Son premier grand succès est le roman La Main gauche de la nuit publié en 1969. Ce roman sera récompensé par les prix Nebula en 1969, puis Hugo en 1970. Parmi ses romans, on peut citer le cycle de l’Ekumen et le cycle de Terremer. Lavinia est un roman indépendant né de la passion de l’auteure pour l’œuvre de Virgile.

Dans l’Énéide, Virgile parle très peu de Lavinia, seconde épouse d’Énée. Ursula Le Guin a décidé de lui consacrer un roman pour rendre hommage à l’œuvre de Virgile. Le roman raconte ainsi la vie de Lavinia mais également la fondation de la ville de Lavinium directement liée au destin de Lavinia.

Lavinia est une princesse latine vivant dans une ville proche de la région de Rome. Elle est la fille de Latinus, le roi des latins et d’Amata. Pour une princesse, elle a eu une enfance assez libre mais aussi tragique marquée par la mort de ses deux frères et la folie de sa mère. Une fois arrivée en âge d’être mariée, Lavinia est très courtisée, son statut étant assez enviable. Le prétendant le plus assidu est son cousin Turnus mais Lavinia va consulter les oracles afin de l’aider dans ses choix. C’est alors que le poète (Virgile mais pas cité dans le texte) lui apparait pour lui annoncer son destin: épouser Énée et lui donner un fils.

Lavinia est ainsi le récit d’une femme qui choisit son destin, et son prétendant contre l’avis de sa mère et arrive à s’imposer auprès de son père en sachant les conséquences de ses choix. En effet, la guerre est en toile de fond du récit: la guerre de Troie avec le passé d’Énée et la guerre à venir liée à la situation de Lavinia et de l’arrivée des étrangers. La guerre est vue par les femmes tout au long du récit, que ce soit Lavinia ou les femmes ou filles de soldats. Ce point de vue est très intéressant et peu utilisé en fantasy.  Il rend le récit de la guerre à la fois plus réaliste et plus poignant. Lavinia est un personnage attachant et intéressant, c’est une femme forte même si ce n’est pas une guerrière ou une magicienne, elle va au bout de ses idées. Les autres personnages, à part Énée sont assez peu développés, le roman étant raconté à la première personne.

Le choix de Lavinia n’est pas sans conséquence pour son pays avec la guerre entre les compagnons d’Énée et son peuple, pour un prétexte futile (la blessure d’un cerf à la chasse) et des conséquences personnelles pour elle et sa famille. Cependant, elle ne prend pas sa décision au hasard, elle est aidée par le poète qui lui dit son avenir. Cette mise en abime de l’histoire est intéressante et originale, elle replace Lavinia dans le récit de Virgile. Mais elle est aussi un peu gênante, car on sait à l’avance ce qui va se produire et le roman se révèle un peu sans surprise. C’est plaisant aussi de savoir comment les choses vont se produire mais on en sait presque trop dès le début et j’ai trouvé cela dommage.

Le roman ne raconte pas seulement la vie de Lavinia mais aussi comment la ville de Lavinium fut fondée. La ville fut fondée par Énée en l’honneur de sa femme. Énée et Lavinia eurent un fils. Parmi les descendants d’Énée, on trouve Jules César et les romains considéraient Énée comme le père fondateur de leur civilisation. Énée est ainsi un personnage important dans la mythologie romaine et la partie de sa vie contée dans ce roman est moins connue que celle relative à la guerre de Troie.

Lavinia est donc un roman offrant un univers antique avec un aperçu détaillé de la société romaine avec tout ce que l’on pouvait y rencontrer, allant des liens familiaux, à l’aspect religieux et à l’organisation des cités. C’est un roman sur le destin d’une femme et les répercutions de ses choix. Il est intéressant sur bien des points mais ce n’est pas mon préféré de l’auteure, le manque de surprises m’ayant un peu dérangée.

- Célindanaé, le 11/04/17. 

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Je m'en rappelle - 579 impressions marseillaises
Serge Valletti
Livre9
Un roman de quartier
Francisco González Ledesma
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
En février, Lazare en guerre à prix réduit en numérique
Posté 12 février 2019 -

Le premier tome de "La Guerre sans fin", Paria, sort dans moins de deux semaines ! À cette occasion, nous vous proposons de découvrir "Lazare en guerre" à prix réduit en numérique.
Sur Kobo, sur Emaginaire, sur Amazon et partout ailleurs.

lazareenguerre499.jpg
+
Johan Heliot à la Foire du livre de Bruxelles
Posté 12 février 2019 -
Le samedi 16 et dimanche 17 février, venez rencontrer Johan Heliot à la Foire du livre de Bruxelles.
Il sera en dédicace le samedi à 17h et le dimanche à 11h, 16h ainsi que 17h30.
Le dimanche à 16h, il interviendra lors de la table ronde : Frankenstein, le mythe est vivant.
 
heliot_3.jpg frankenstein_1918_s.jpg
+
L’Atalante, 30 ans au compteur
Posté 11 février 2019 -

« Au départ une petite librairie de 15m2 spécialisée dans le cinéma au cœur de la ville de Nantes. Puis la librairie s’agrandit et devient édition, et du cinéma passe à l’imaginaire et à la science-fiction. C’est d’abord un catalogue étranger, dont une prise de guerre qui lui permet de se consolider : Terry Pratchett et sa saga du Disque-monde. Puis peu à peu des auteurs français, et non des moindres : Pierre Bordage avec sa trilogie des Guerriers du silence, Roland Wagner, Serge Lehman et maintenant Catherine Dufour. En 30 ans, L’Atalante est devenue l’un des piliers de la SF en France. C’est son anniversaire que nous fêtons aujourd’hui. »

Nicolas Martin, La Méthode scientifique sur France Culture – 26/01/2019

Écoutez l'émission

 franceculture.png

+
Manuscrits
Posté 21 janvier 2019 -

Et la session de l’an passé ?

En 2018, nous avons reçu 885 manuscrits lors de l’ouverture de notre session annuelle de janvier, changement de méthode dont nous sommes satisfaits. Nous y avons trouvé une plus large proportion de fantasy (50 %) que de science-fiction (40 %) et assez peu de fantastique (10 %), sans compter les inclassables…
Plusieurs textes nous ont semblé prometteurs, mais souvent il leur manquait un petit quelque chose pour être publiables. N’hésitez pas à persévérer, à retravailler vos textes ou à en écrire d’autres. Faites-vous plaisir, surtout.
Un dernier conseil, le plus important selon nous : lisez ! Inspirez-vous, baignez dans les récits de vos prédécesseurs. Pierre Bordage, Michael Moorcock, Guy Gavriel Kay, Orson Scott Card, Ursula K. Le Guin, Jean-Marc Ligny, Becky Chambers pour n’en citer que quelques-uns. Il y a l’embarras du choix.

Lors de cette session, merveille !, nous sommes tombés sur une pépite. Il s’agit d’un roman de fantasy historique revisitant un mythe soufi. Il nous emmène en terres franques, en Syrie et en Irak. L’écriture de l’autrice est bouleversante tant par son érudition sur le sujet que par sa galerie de personnages fabuleux, tous uniques et ancrés dans leur époque et leur culture. Nous sommes heureux de bientôt publier L’Appel des Quarante, le premier opus de "La Rose de Djam", par Sandrine Alexie
   retoursur2018_manuscrits_2019_s.jpg
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected